Conseils de survie dans un appartement manquant de luminosité

Certains logements, aussi jolis soient-ils, manquent de luminosité. Sophie Riche vous donne quelques conseils pour bien le vivre, ou corriger le problème.

Certains logements sont vraiment très jolis : on les visite et, BIM, le coup de coeur. La révélation, le bonheur. La joie pour toujours. Tu déposes ton dossier, il est accepté, tu vis dedans et tu ne te sens plus uriner de plaisir.

Et puis, en vivant dedans, tu te rends compte qu’un truc te chiffonne. Tu comprends pas trop, mais tu manques d’énergie pendant la journée, et tu n’apprends parfois qu’en regardant la télé ou en allant acheter du pain la couleur du ciel ? Ton appartement manque de luminosité. Je sais ce que c’est : c’est mon cas.

Je vis depuis deux mois dans le plus adorable des logements, c’est même mieux que ça. Au-delà de tout ce que ça implique (je vis avec ma moitié, et c’est un bonheur au quotidien), j’aime cet endroit, je m’y sens bien, c’est chez moi. Le truc, c’est que c’est en rez-de-chaussée, avec des fenêtres hautes, entre plusieurs immeubles. Et que donc, c’est sombre et humide un peu comme ma vulv ah nan j’l’ai déjà faite celle-là.

appartCanapé avec vue… mais sur des fenêtres et en levant très très haut la tête.

Alors si tu es dans le même cas que moi, que ton appartement est sombre et que ça te dérange, je te propose de suivre quelques-uns de ces conseils, si ça te dit.

Illuminer son chez-soi

La solution qui vient en premier à l’esprit, c’est de lutter contre le manque de luminosité en cherchant à en ramener. Des lumières, des miroirs qui, bien placés, agrandissent la pièce et font se réfléchir la lumière du dehors des photophores ou de la fausse lumière du jour… Y a de quoi faire !

Opter pour l’option cocon

Une maison ou un appartement avec peu de luminosité, ça a un petit côté cocon rassurant pas dégueulasse pour un sou. Je te propose donc une petite sélection d’accessoires de décoration qui viendront rajouter encore un peu de chaleur à ton nid douillet.

Des guirlandes, des tapis, des gros plaids, des lumières tamisées… À toi de voir et de trouver, selon ton budget et selon tes goûts. Voici quelques propositions.

Être mobile

L’idéal, si tu passes beaucoup de temps chez toi, est encore selon moi d’être mobile, de pouvoir changer ton bureau de place pour suivre la lumière.

Par exemple, chez moi, l’endroit le plus lumineux le matin, c’est ma chambre, puis le midi, le salon. Les jours où j’ai un grand besoin de lumière, je change de pièce pour travailler afin de profiter le plus possible de la lumière. Si tu peux faire pareil, essaie, tu verras, c’est pluss mieux.

Avoir une autre source de lumière

Y a une chanson d’Enrico Macias qui dit que les gens du Nord ont dans le coeur le soleil qu’il n’y a pas dehors. Bon, on va pas se mentir : ce n’est pas totalement vrai. Tout simplement parce qu’avoir du soleil dans le coeur, ça fait mal. J’veux dire, son atmosphère, au soleil, elle fait carrément un million de degrés, tu vois, tu peux pas avoir ça dans le coeur sinon ton coeur, il brûle.

Mais en tout cas, y a de l’idée : pour se réchauffer vu qu’il fait moche dehors, les gens du Nord, selon Enrico Macias, ont le sourire et l’humanité faciles. Un truc pour compenser, quoi.

Ma méthode, c’est que chaque jour, pendant minimum un quart d’heure, j’écoute des chansons qui me rappellent le soleil, les vacances et les apéros. Genre Jack Johnson, les Beach Boys, le tube de l’été de ton choix ou tout autre style qui te fout du monoï dans le coeur (mais là encore, pas pour de vrai. C’est dangereux).

Sortir prendre l’air

J’ai grandi à la campagne, passant autant de temps que possible et bien plus encore dehors dès que le temps le permettait (mais comme c’était en Picardie, bon… c’était pas si souvent que ça). Du coup, je pense être plus disposée à faire partie des gens en manque de lumière et d’air frais. De ces gens qui, même l’hiver, même non-fumeu•r•se•s, préfèrent déjeuner, dîner ou boire des coups en terrasse tellement ils ont BESOIN de ça pour être bien.

Alors voilà, mon ultimate conseil, c’est de se trouver toutes les excuses possibles pour prendre l’air. Sortir marcher vingt minutes jusqu’à la boîte postale, aller faire les courses au second supermarché le plus près de chez toi plutôt qu’au premier, pour profiter un peu plus de la lumière, proposer à un pote d’aller pique-niquer dans un parc (emmitouflés dans quatre ou cinq pulls pour ne pas avoir trop froid)… Que tu sois en période de révisions intenses, en mode totale glande, en télétravail ou autre, il vaut mieux que tu t’échappes un tout petit peu de chez toi pour ne pas craquer sur le long terme (ou même sur le court).

À lire aussi : Conseils pour se motiver à réviser (ou autre tâche barbante)

Voir le bon côté des choses

Après tout, à force de ne pas voir la différence quand tu es chez toi entre un ciel gris foncé et un ciel bleu et dégagé, t’es carrément préparée à affronter l’arrivée de l’automne vénère, celui qu’est tout gris. Personnellement j’en viens même à l’attendre avec impatience : je suis moins triste de voir qu’il fait un temps nul quand je suis dans ma maison sombre que de voir le ciel bleu sans pouvoir en profiter des yeux et du moral.

Et toi, tu vis dans un appartement avec peu de luminosité ? Comment tu vis ça ? Viens nous le raconter dans les commentaires !

Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • La_chieuse
    La_chieuse, Le 8 octobre 2015 à 17h24

    Merci pour l'article SPP! Bon, je suis de l'autre côté de la gaussienne. Issue de 3 générations de parisien habitués à l'enfermement et à l'appartement cocon, j'adooore les appartements peu lumineux! Cette ambiance feutrée m'indique que je suis à l'abri du reste du monde. Je préfère un appartement orienté Nord à un appartement orienté Sud, ça me permet de ne jamais avoir trop chaud, ou le soleil dans la figure (ou PIRE, dans l'écran :cretin: ). Mon appartement actuel est idéal pour moi, orienté Nord-Est, je vois le jour se lever et récupère la pale luminosité matinale et poétique. Et dès 10h, plus de soleil pour t'embêter. En revanche je rafole de luminaires et bougies, on a 8 sources de lumière dans notre salon de 20 m² !!:gnih: Et je ne compte pas les bougies et photophores.
    En été on se calfeutre volets fermés chez nous, attendant que ce temps de l'enfer se passe :ninja:; pour mieux résusciter dès l'automne avec de longues promenades emitouflées au milieu des rues et parcs désertés.
    Mon malheur c'est qu'on déménage pour plus grand et mieux placé, mais orienté Sud-Est. Avec des baies-vitrées tout le long :crying:. Donc je suis en train de regarder les stores vénitiens, les volets roulants mécaniques et électriques et les stores de balcon, pour retrouver mon intimité. :red:

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)