Une inspectrice du permis de conduire donne ses conseils pour réussir l’examen

Tu galères avec le permis de conduire ? Tu comptes le passer et tu cherches des conseils ? Lise a demandé à une inspectrice de l'examen ses astuces pour être au top le jour J.

Une inspectrice du permis de conduire donne ses conseils pour réussir l’examen

Mise à jour du 9 novembre 2018

Bientôt une « baisse drastique » du coût permis de conduire ?

Emmanuel Macron l’a annoncé vendredi 9 novembre depuis Lens, à l’occasion du sixième jour de son itinérance mémorielle pour le centenaire de la fin de la Grande Guerre :

le prix du permis de conduire pourrait « baisser drastiquement » dans le futur projet de loi d’orientation des mobilités !

Une « baisse drastique » du prix du permis de conduire à venir ?

Actuellement le prix moyen du permis de conduire en France oscille entre 1600 et 1800 euros. Un prix inaccessible pour un ou une adolescente ou étudiante moyenne.

Pour l’instant ce n’est qu’un projet de loi en cours d’examen, et aucun montant n’a été donné par le chef de l’Etat. Emmanuel Macron a juste évoqué un « financement » du permis de conduire.

Il a aussi  parlé de changements concernant le code de la route, qui pourrait être intégré au programme scolaire « pour aider à avoir le permis plus vite et moins cher ».

À voir dans les semaines à venir si le projet de loi va se concrétiser !

Publié initialement le 5 mai 2017

Quand on passe l’examen du permis de conduire, on a tendance à demander des conseils à tout le monde. De fait, les rumeurs à propos de l’obtention de ce sacro-saint papier rose se multiplient.

Ayant passé mon examen pas moins de quatre fois, je les ai écoutées, les rumeurs. Je suis allée les chercher sur Internet, j’ai questionné tou•tes mes potes qui avaient eu leur permis et aussi ceux et celles qui l’avaient pas eu. C’est limite si la quatrième fois, j’avais pas un trèfle à quatre feuilles planqué dans la poche.

Et pour être honnête, ces petites histoires m’ont plus embrouillée qu’autre chose. Pour mettre les choses au clair, j’ai rencontré Clémentine Gonzalez, inspectrice de l’examen du permis de conduire et secrétaire nationale au SNICA FO. Ensemble, on détricote ces rumeurs et on tord le cou aux idées reçues.

Conseils pour réussir le permis de conduire : quel comportement adopter le jour de l’examen ?

Si l’inspecteur•trice touche les commandes, c’est foutu : c’est une rumeur qui a la vie dure. Mais qu’en est-il vraiment ? Clémentine Gonzalez m’explique que ce n’est pas une règle inéluctable.

« Il arrive par exemple qu’un inspecteur touche les commandes au moment de sortir ou de rentrer dans une place, parce qu’il considère que le lieu est compliqué. Dans ce cas, ce n’est pas éliminatoire. »

En fait, il faut bien garder en tête que rien n’est binaire. Quand on est élève, on essaie de trouver des règles précises pour se rassurer. Mais le but de l’examen, c’est avant tout de vérifier qu’on a acquis les connaissances nécessaires et s’assurer qu’on conduit de façon sécurisée.

Et si on sent clairement que c’est raté, on fait quoi ? Imaginons qu’on pense avoir fait une erreur éliminatoire et qu’on ne se sente plus la force de continuer, comment réagir ?

« J’ai plusieurs fois vu des candidats paniquer en pensant qu’ils avaient fait une grosse erreur, et perdre leurs moyens. C’est dommage parce que parfois ils ne sont pas encore éliminés, mais c’est en perdant leurs moyens qu’ils font alors de grosses fautes.

Si ça arrive, il faut se ressaisir, essayer de se détendre un bon coup et faire son possible pour finir le parcours. Même si c’est raté, ça permet au candidat de tirer des leçons et de cibler ses points faibles pour la prochaine fois. »

C’est vrai qu’on peut avoir tendance à perdre les pédales (voitures, pédales… Vous l’avez ?), mais l’essentiel est de garder la tête froide. Quand on panique, on ne respire plus correctement. Quand on ne respire plus correctement, le cerveau est moins oxygéné. Et alors… On devient con.

Ça c’est moi quand j’ai grillé une priorité et que l’inspecteur a appuyé sur le frein.

Examen du permis de conduire : et si l’inspecteur n’est pas sympa ?

L’examen du permis de conduire est stressant pour plein de raisons : il y a beaucoup d’enjeux derrière, le moindre petit geste nous semble décisif… Du coup, on a tendance à surinterpréter le comportement de l’inspecteur•trice.

Combien de personnes vous ont déjà dit « j’ai raté mon examen du permis, mais mon inspecteur•trice n’était pas sympa » ? Clémentine Gonzalez tient à clarifier un point : leur devoir, c’est uniquement de juger les compétences du ou de la candidat•e.

« J’ai déjà entendu dire qu’on donnait moins le permis l’été pour éviter que les jeunes partent direct à 200 à l’heure en vacances. C’est complètement faux. Les barèmes et les critères sont exactement les mêmes que le reste de l’année.

L’examen du permis de conduire est public, on a un devoir de neutralité. L’inspecteur n’est pas là pour juger la personne mais ses connaissances. D’ailleurs, contrairement aux rumeurs, nous ne sommes soumis à aucun quota. »

À lire aussi : Cinq astuces pour partir en vacances à la dernière minute (sans se ruiner)

Diaboliser l’inspecteur•trice, ça ne sert à rien et ça fait paniquer encore plus. Clémentine Gonzalez me l’assure : ce n’est pas grave si notre conduite n’est pas parfaite le jour de l’examen. L’essentiel, c’est de montrer qu’on a les connaissances requises et qu’on a une conduite sécurisée.

Pour ma part, j’ai confondu ma droite et ma gauche au permis et ça ne m’a pas empêchée de l’avoir. D’ailleurs, je l’ai obtenu un été. Prends ça dans les dents, la rumeur !

Moi au lendemain de l’obtention de mon permis.

Permis de conduire : comment choisir mon auto-école ?

Réussir son examen, ça se passe aussi en amont. Avant d’avoir été inspectrice, Clémentine Gonzalez était monitrice dans un centre de formation à la conduite. Quand je lui demande comment choisir son auto-école, elle me prévient :

« On voit fleurir beaucoup d’offres low-cost pour avoir son permis à petit prix, surtout dans les grandes villes. Il vaut mieux s’en méfier : si ce n’est pas cher, c’est souvent qu’il y a des frais supplémentaires par la suite. Ou encore qu’il n’y a pas de cours théoriques donnés par un moniteur, par exemple. »

Se renseigner au maximum vous évitera les déboires : demander aux potes qui ont déjà eu leur permis de conduire, aller discuter sur place avec les moniteurs•trices avant de faire un choix… C’est important de prendre en compte le facteur humain.

Sur certains groupes Facebook, j’ai pu remarquer que des particuliers se plaignaient parce que leur auto-école leur imposait des heures de conduite en plus avant de passer l’examen. Une pratique qu’ils considéraient comme douteuse. L’inspectrice tient à nuancer :

« Effectivement, les activités des auto-écoles ne sont pas suffisamment contrôlées par l’État. Ça peut donner lieu à des dérives, mais sachez qu’elles n’ont pas le droit de vous imposer n’importe quoi.

En revanche, il faut garder en tête que les moniteurs sont là pour vous aider. S’ils pensent que vous avez besoin de tel nombre d’heures avant de passer le permis, la plupart du temps c’est qu’ils considèrent que vous n’êtes pas prêt•e. »

Si ça se passe comme ça par exemple, c’est qu’il faut reprendre des heures !

À lire aussi : Passer le permis en candidat libre, une façon méconnue de faire des économies

On récapitule tous ces conseils :

  • Prendre le temps de choisir son auto-école sans se fier uniquement au critère du prix
  • Prendre au sérieux les conseils des moniteurs•trices
  • Le jour J : respirer à fond pour réduire le stress
  • Éviter de diaboliser l’inspecteur•trice
  • Ne pas se torpiller en dramatisant une erreur !

Et n’oubliez pas : garder son calme, ne pas paniquer, c’est la clé de la réussite !

À lire aussi : Comment j’ai enfin réussi à passer mon permis (contre vents et marées)

COMMENT AVOIR UN TEINT PARFAIT ?

Commentaires
  • MystRune
    MystRune, Le 11 novembre 2018 à 23h53

    Pour le code, si t'es pas trop just niveau finance, faut pas hésiter à s'inscrire à l'examen assez rapidement. Au pire tu perds 30 euros, et tu sais comment ça se passe et à quoi ressemble les questions, au mieux ça passe et c'est réglé. Il n'y a aucune conséquence au fait de louper le code, à part les 30 (ou 20) euros de perdu, suffit de se réinscrire ensuite jusqu'à ce que ça passe. Mon conseil c'est d'essayer de comprendre la notion exacte qui va être testée dans la question. La plupart des pièges s'évitent en pigeant le but de la question. Typiquement, en terme de sécurité, faut souvent prendre la réponse avec les distances les plus grandes, quand il s'agit de drogue ou d'alcool, les montant les plus faibles, etc. Et une lecture attentive fait le reste du taff (particulièrement sur les constructions de phrase "est-ce que je DOIS faire l'un ET l'autre", "l'un OU l'autre", "est-ce que je PEUX faire", si on demande une suite d'actions - lecture globale - ou la prochaine action seulement - mise en situation - "je vais m'arrêter d'abord ici, ensuite là", "je m'arrête là (et la suite on verra plus tard, c'est pas le sujet de la question)"...).
    Note : pour celles qui galèrent à calculer les distance, vous êtes pas les seules, j'ai déjà trouvé des erreurs de calcul (conséquentes) dans les réponses (du code rousseau, qui me semble être une référence tout de même). Et je ne suis pas sûr qu'il y ait des "vrais" calculs à l'examen, à part connaitre les distances d'arrêt fonction de la vitesse, mais ça peut s'apprendre par coeur.

    Perso, j'en suis à l'étape permis et pour l'instant, ça veut pas. 3 essais, 3 erreurs éliminatoires (et pourtant suffisamment de points). Par contre, c'est jamais les mêmes alors je me dis que le jour où j'aurai épuisé la liste des erreurs éliminatoires possibles, je devrais l'avoir ce fichu examen.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!