Concert des Fall Out Boy (Lille, 25 octobre 2008)

Il y a des concerts un peu inespérés. C’est le cas de celui des Fall Out Boy, le groupe originaire de Chicago le plus en vue du moment, qui vient s’échouer à Lille pour conclure leur tournée avant la sortie de leur nouvel opus. Une petite salle, un prix très abordable et un concert à […]

Concert des Fall Out Boy (Lille, 25 octobre 2008)

Il y a des concerts un peu inespérés. C’est le cas de celui des Fall Out Boy, le groupe originaire de Chicago le plus en vue du moment, qui vient s’échouer à Lille pour conclure leur tournée avant la sortie de leur nouvel opus. Une petite salle, un prix très abordable et un concert à cent à l’heure. J’y étais et je te raconte, photos à l’appui !

La question existentielle de tout concert est : à quelle heure se pointer à la salle et commencer à faire le poireau pour tenter d’avoir une bonne place une fois dans l’arène ? D’autant plus que le concert Lillois des Fall Out Boy est en placement libre aussi bien en fosse qu’en gradins.

C’est donc armée de trois compatriotes, de bonnes chaussures et d’une cargaison de nourriture que j’arrive au Zénith Arena de Lille à 17h15. Le sandwich à la main et le nez congelé, je savoure les discussions hautement philosophiques des jeunes fashions derrière nous : « Oué, moi je vais au concert des BB BRunes la semaine prochaine juste pour y aller tu vois ? ». A leur âge (14 ans, ils l’ont dit) nous on aurait tué pour aller voir les 2be3 à la salle des fêtes du coin…

Vers 18h30, des hurlements féminins suivis de vagues humaines vers l’avant ponctuent l’attente dans le froid. A 19h, les portiques s’ouvrent et les vigiles arrachent frénétiquement les bouteilles d’eau des mains. Mon appareil photos habilement planqué sous un pull passe sans souci. A grandes enjambées nous montons vers les gradins et squattons quatre places avec vue imprenable sur la scène.

A 20h pétantes, le groupe de première partie commence. C’est Ace Out, un groupe nordiste qui chante en anglais. Avant le concert, je m’étais renseignée via Youtube : c’est du lourd. Et ce fut du lourd ! Cinq chansons ont suffi à mettre une ambiance terrible. A la fin, les techniciens virent les matos et en remettent d’autres. Noir. Hurlements. Fausse joie. Sur les billets, « Fall Out Boy + Guests » ne signifie non pas l’apparition d’autres groupes du label Decaydance comme beaucoup l’ont fantasmé (moi la première j’avoue) mais plutôt que deux groupes se chargent de la première partie…
Et là c’est le drame : les BP Zoom se font copieusement huer et siffler. On devine un changement de dernière minute dans la tracklist pour tenter de sauver le navire mais rien n’y fait : ils quittent la scène presque en courant.

Cette fois-ci, les techniciens virent tout. Seuls trois micros en pied, une batterie et une banderole géante FALL OUT BOY sont sur scène. Noir. Hurlements. Les quatre musiciens font leur entrée et entament aussitôt un tonitruant Thanks for the memories. Le ton est donné d’entrée. Le groupe ne se ménage pas et enchaîne les tubes : Dance dance, This ain’t a scene but it’s an arms race, The take over the breaks over

Ils nous gratifient de quelques morceaux de leur nouvel album joliement intitulé Folie à deux, dont le premier single I don’t care est un pur tube. Ils font également deux reprises très rock : Beat it de Michael Jackson et American Boy d’Estelle. Pas de blabla inutile (sauf pour demander à la fosse de ne plus envoyer de préservatifs sur scène, soit disant qu’ils s’en servent pas en coulisses… ahah) : les Fall Out Boy feront quinze titres en une bonne heure de concert.

A la fin, Pete (épouse-moi si tu passes par là) chope un micro et fini dans la fosse où je soupçonne le vigile d’avoir frôlé la mort par étouffement. D’ailleurs sans lui, il y aurait eu peu d’animation… Patrick Stump (le chanteur des FOB) reste constamment derrière son micro, casquette vissée sur la tête et adresse juste un ou deux mots en français. Pas très démonstratif le garçon.

Aux derniers accords de Saturday, Pete remonte sur scène à côté des trois autres membres du groupe. Salut. Lumière. C’est fini.

Ce fut court et épuré mais très dense. Côté musique, les titres sont conformes aux CDs et Patrick Stump possède une voix dont j’ignorais la puissance ! Côté ambiance, les Fall Out Boy sautent dans tous les sens et savent mettre le feu en sollicitant tout le temps le public, n’hésitant pas à récupérer tous les objets qui atterrissent à leurs pieds et en décorer leurs micros. En bref : un super concert !

Les liens à voir :

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Flo
    Flo, Le 1 novembre 2008 à 18h23

    De rien :v:
    C'est vrai que la reprise d'Estelle était pas claire au début, mais le refrain rock j'ai adoré !
    Maintenant mon rêve absolu est de voir Panic at the disco... :domokun:

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)