Community : la nouvelle meilleure série du monde

Avec toutes les séries qui circulent en ce moment, on a parfois tendance à se dire qu’innover va devenir de plus en plus compliqué. Mais fort heureusement, il y a toujours une petite bande pour avoir une idée originale et nous apporter une brise fraîche et nous empêcher ainsi de poursuivre toute activité constructive. A […]

Community : la nouvelle meilleure série du monde

Avec toutes les séries qui circulent en ce moment, on a parfois tendance à se dire qu’innover va devenir de plus en plus compliqué. Mais fort heureusement, il y a toujours une petite bande pour avoir une idée originale et nous apporter une brise fraîche et nous empêcher ainsi de poursuivre toute activité constructive. A l’heure où nous devrions toutes être tiraillées entre révisions, projets de vacances et recherche de job d’été, j’ai décidé de ne pas vous faciliter la tâche et de vous parler de cette petite série qui monte, qui monte.

Je vous présente donc Community, ou : la meilleure série du monde en toute objectivité, j’te jure.

Community, c’est l’histoire d’une bande de personnages tous plus colorés les uns que les autres qui se retrouvent dans un community college, une université publique donc, et qui ne le vivent pas spécialement bien. Bien loin de Yale, de Princeton et autres universités prisées, ils tentent d’accepter leur « condition » et de s’apprivoiser les uns les autres. Voici le trailer officiel de la série :

Chargement du lecteur...

Des personnages disons… pittoresques

On y retrouve Jeff Winger (Joel McHale), avocat déchu forcé d’aller côtoyer la plèbe afin de renouveler son diplôme qui vient d’expirer, loin de son appartement de célibataire luxueux et de sa vie trépidante d’homme de pouvoir. Mais comme on ne change pas la nature de l’homme, il trouve bien vite une raison d’accepter son destin, en la personne de Britta Perry (Gillian Jacobs), jeune blondinette au caractère en acier trempé, féministe convaincue et écolo militante, qui tente de remettre sa vie sur les rails en reprenant ses études.

Voyant que son charme n’opère pas, Jeff ne perd pas la face et tente alors une autre approche, en créant un groupe de travail avec d’autres camarades du cours d’espagnol. Petite note en passant : le prof d’espagnol est ici un certain Señor Chang, interprété par le merveilleux Ken Jeong (vu notamment dans Very Bad Trip ou dans En Cloque : Mode d’Emploi). Mais suite à une entourloupe créée uniquement dans le but de se taper Britta, Jeff se retrouve alors à la tête d’une bande, plus que d’un groupe de travail, qui deviendra, et là on sort les mouchoirs – une famille.

 

Sisi la famille ! (okay elle était facile, celle-là)

C’est long, mais après, c’est bon !

Ce qu’on pourrait reprocher à la série, c’est le temps qu’elle met à se mettre en place. On est un peu plus habitués au prémâché et il devient difficile de faire l’effort de s’accrocher, au risque de passer à côté de quelque chose d’exceptionnel. Ouais, je sais, je mâche pas mes mots, mais Community est vraiment une série exceptionnelle, dans laquelle on ne retrouve pas ces discours pétris de bons sentiments et de politiquement correct qui sont pour nous les européens, souvent difficiles à digérer.

Les personnages représentent tous une certaine catégorie, certes, mais cette fois ils ne s’en cachent pas. Ca sent pas la mission remplissage de quota pour faire plaisir à tout le monde et surtout, oh surprise : il y a un arabe. Bon d’accord, il est interprété par Dany Pudi, un acteur d’origine indienne et polonaise, mais c’est quand même une sacrée évolution.

Le personnage d’Abed soulève évidemment les questions habituelles, à savoir : arabe = terroriste, mais elles sont seulement survolées avec humour à travers le personnage raciste et homophobe de Pierce Hawthorne (Chevy Chase), papy ringard spécialiste des pieds dans le plat et persuadé d’être le type le plus cool du monde. Abed Nadir est peut-être le personnage le plus apprécié de la série. Grand, maigre, les yeux globuleux avec la prestance d’un moineau sous LSD, il se donne lui-même le rôle de narrateur des aventures du groupe de travail et ne parle qu’à l’aide de références cinématographiques et télévisuelles.

Batman et Robin

Une bien belle bande de cas

Il y a aussi Shirley Bennett (Yvette Nicole Brown), une mère de famille noire fraîchement divorcée, qui peine à se remettre de ce changement brutal, et qui doit faire face aux avances graveleuses de Pierce, toujours piquées d’une pointe de racisme inconscient.

Et puis il y a Troy Barnes (Danny Glover), ancien quarterback lui aussi déchu qui ne parvient pourtant pas à se séparer de sa veste de lycée, symbole d’une gloire à jamais disparue. C’est d’ailleurs le complice absolu d’Abed et chaque générique de fin est un petit sketch les mettant en scène dans leurs délires très particuliers, ce qui fait de Community une série qui se déguste de la première à la toute dernière minute.

Et à tout ça se joint Annie Edison (Alison Brie), qui a connu Troy au lycée et dont elle était folle amoureuse à l’époque où elle était encore un cas social névrosé. Elle essaye néanmoins de reprendre un nouveau départ en oubliant ce qui la caractérisait dans son ancien établissement, mais heureusement pour nous, il lui reste encore quelques traces de ses névroses.

Un exemple de ce qu’Abed et Troy nous offrent en fin d’épisode :

Chargement du lecteur...

Bref, Community est une série originale, extrêmement drôle, qui prend tous les plus gros clichés pour les retourner, les déformer et en faire quelque chose de nouveau, et qui se fout pas mal du politiquement correct. Et puis on peut y croiser une guest-star de temps en temps, comme par exemple Jack Black, Owen Wilson ou Anthony Michael Hall. Pour situer un peu le tout, si vous avez aimé Arrested Development, vous allez sans aucun doute adorer Community. Et croyez-moi, ce serait dommage de passer à côté, alors donnez lui une chance même si vous ne vous sentez pas convaincues au bout de deux ou trois épisodes, ça vaut vraiment la peine de persévérer.

Et pour finir, Batman: The Dark Knight à la sauce Community :

Chargement du lecteur...
Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 25 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Eloyce
    Eloyce, Le 12 juillet 2010 à 15h50

    Je viens de terminer la saison 1 :happy: J'ai vraiment beaucoup aimé, c'est plein d'humour, c'est bien fait, on ne s'ennuie pas.
    Une saison 2 ?

Lire l'intégralité des 25 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)