Comment (et pourquoi) s’inscrire sur les listes électorales ? [Mise à jour]

Comment s'inscrire sur les listes électorales ? C'est facile, mais il faut s'en assurer avant le 31 décembre !

Comment (et pourquoi) s’inscrire sur les listes électorales ? [Mise à jour]

Mise à jour du 9 novembre 2016 — 2017 sera une année électorale en France ! 

Si tu n’as jamais voté, ou si tu as déménagé, tu n’es peut-être pas inscrit•e sur la liste électorale de ta commune de résidence. Pour pouvoir prendre part aux élections présidentielles et législatives, tu dois vérifier que tu figures bien sur la liste, avant le 31 décembre 2016.

Toutes les infos sont sur service-public, ici ! 

Mise à jour du 26 novembre 2015 —

Comment et dans quel cas s’inscrire pour voter par procuration ?

Voter par procuration, je vous le disais un peu plus bas dans cet article, c’est l’astuce du turfu pour voter dans votre ville… sans y être. Ça peut paraître un peu compliqué dit comme ça alors que c’est super simple et super pratique !

Dans quel cas voter par procuration ?

Le vote par procuration vous concerne si vous êtes inscrit•e dans une ville mais que vous ne pouvez pas vous rendre au bureau de vote vous-même le jour J. Ce qui peut arriver si, par exemple, vous êtes toujours inscrit•e là où vivent vos parents mais que vous avez depuis déménagé pour expérimenter la grande aventure de la vie ! Vous (le mandant) allez alors donner l’autorisation à une autre personne (celle de votre choix, qu’on appelle un mandataire) de mettre à votre place le petit bulletin dans l’urne (petit bulletin que vous aurez choisi selon vos convictions bien sûr).

Comment voter par procuration ?

    • Télécharger le formulaire officiel ici
    • L’imprimer et le remplir. On vous y demande le nom complet, l’adresse de résidence et la date de naissance du mandataire : pensez donc à vous renseigner avant.
    • Aller à un tribunal d’instance, un commissariat de police ou de gendarmerie (n’importe lequel, même si celui-ci ne se situe ni dans la ville où vous habitez actuellement, ni dans la ville qui recevra votre vote), ou dans un consulat/une ambassade (si vous habitez à l’étranger). Munissez-vous du formulaire et d’une pièce d’identité et indiquez que vous voulez établir une procuration.
    • Pour en savoir plus, rendez-vous avec Les Décodeurs sur cet article du Monde.
    • Petit conseil, en tant que personne ayant déjà voté par procuration : mieux vaut vous y prendre le plus tôt possible. Si vous choisissez de donner procuration à un•e militant•e mais que vous ne connaissez personne, il y a souvent des indications pour trouver quelqu’un sur le site du parti en question. Et si ce n’est pas le cas, contactez-le ! Les militant•e•s seront ravi•e•s de vous aider.

 Article initialement publié le 15 septembre 2015 :

Pour pouvoir voter, il faut s’inscrire sur la liste électorale de sa ville. Et voter, ce n’est pas que pour les présidentielles ! En décembre 2015, nous serons appelé•e•s aux urnes pour les élections régionales 2015. Annoncez-le à tous vos contacts sur Facebook !

Voter, ce n’est pas non plus réservé aux citoyen•ne•s les plus zélé•e•s. Aller voter (et donc s’inscrire sur une liste électorale, vous suivez ?), c’est pour tout le monde. Parce que c’est un droit, dont on se doit de profiter à fond.

À lire aussi : Vote 4 Stuff : quand les célébrités encouragent à voter

Voici un petit topo sur les différents moyens de s’inscrire sur une liste électorale — et en passant, quelques arguments pour vous rappeler à quel point c’est important de voter !

À lire aussi : Vote de valeur : un nouveau système électoral est-il possible ?

Un délai rallongé pour aller s’inscrire pour voter

Vous avez jusqu’au 30 septembre 2015 inclus pour aller vous inscrire !

Nous sommes en 2015, et aujourd’hui, il n’y a rien de plus simple que de s’inscrire sur une liste électorale. L’État vous en donne les moyens et fait tout pour ce que ce soit accessible à toutes et à tous, que ce soit au coeur de la plus grande ville de France ou bien du fond de votre trou d’expatrié•e, au plus profond de la jungle du Zimbabwe.

L’exclu, c’est que cette année vous profitez, en plus, d’un délai rallongé pour vous inscrire sur ces fameuses listes électorales. Ayant moi-même magnifiquement galéré pour m’inscrire et ayant frôlé l’illégalité en finissant par être inscrite à deux endroits en même temps, je puis vous dire que mon premier petit bulletin dans l’urne, je l’ai savouré. Vous avez donc cette année jusqu’au 30 septembre 2015 inclus !

Dans quels cas faut-il vous (ré)inscrire sur les listes électorales pour voter ?

  • Si vous avez déménagé
  • Si vous avez envie de voter

Dans quels cas n’y a-t-il pas besoin de vous (ré-)inscrire sur les listes électorales ?

  • Si vous allez avoir dix-huit ans au plus tard la veille des élections régionales, et vous n’avez pas déménagé depuis votre recensement (à 16 ans) ? Vous êtes inscrit•e automatiquement. Dans ce cas, vous devriez recevoir un courrier de la part de votre mairie vous en informant.
  • Attention pour les expatrié•e•s, votre cas peut être différent ! Assurez-vous auprès de votre ambassade ou consulat que vous êtes bien inscrit•e sur les listes.
  • Si vous n’avez pas déménagé. Héhé.

À lire aussi : Allemagne : un droit de vote dès la naissance ?

west wing

Comment s’inscrire pour voter, concrètement ?

Le premier moyen pour vous inscrire, c’est de vous rendre directement à votre mairie. Il vous faudra pour cela amener dans votre petite besace :

  • une pièce d’identité (carte d’identité, passeport, ou encore permis de conduire avec votre tête de repris•e de justice dessus)
  • un justificatif de domicile datant de moins de trois mois (ça peut être votre facture de téléphone fixe, d’EDF, de gaz, ou encore une attestation de domiciliation si par exemple vous habitez en cité universitaire, qui est à demander à votre administration) (courage).

Et puis hop ! On enregistrera votre demande et vous enverra sous peu votre jolie carte d’électeur ou d’électrice, aux couleurs de la République.

Le même processus, mais à distance, peut se faire par courrier. Il vous faudra alors remplir le formulaire de demande d’inscription sur les listes électorales à télécharger ici, et les mêmes pièces justificatives devront y être jointes, à adresser à la mairie de votre commune. Mais attention : il faut que le courrier parvienne à la mairie le 30 septembre au plus tard, c’est-à-dire qu’il vous faut le poster avant. Cette fois-ci, le cachet de la poste ne fait pas foi !

Enfin, pour ceux et celles qui ont la chance d’avoir une mairie raccordée au système en ligne (les Français•es expatrié•e•s en sont donc malheureusement privé•e•s), vous pouvez faire votre demande par Internet ! Il suffit de créer votre compte sur mon-service-public.fr, de bieeeeeeen vérifier que votre commune a effectivement adopté ce système en ligne, et de suivre les instructions. Dans ce cas, il faudra scanner les pièces justificatives (toujours les mêmes, bah oui).

À lire aussi : Je veux comprendre : la controverse autour du vote par Internet

Le droit de vote (notamment féminin) est une chance française

Aujourd’hui, et ça n’a pas changé depuis le début de cet article, nous sommes en 2015. Et en 2015, tout le monde n’a pas le droit de vote dans le monde. Parfois aussi le droit de vote existe mais ne signifie que très peu de choses, parce que les résultats sont faussés, manipulés, truqués.

Ici en France, le droit de vote est accordé à tou•te•s les citoyen•ne•s majeur•e•s, et le processus électoral est strictement contrôlé pour s’assurer que les résultats correspondent bien aux votes. C’est une chance inouïe ! Croyez-moi, je viens de Syrie (petit article plus élaboré très bientôt) et pendant longtemps, je n’ai même pas pensé à voter : ce n’était pas la peine. Le parti au pouvoir contrôle fermement les résultats et obtient toujours 90% des voix sur un nombre de votant•e•s égal à la population du pays…

En 2015, tout le monde n’a pas le droit de vote dans le monde

Vous êtes désabusé-e-s ? Vous ne croyez plus (ou n’avez jamais cru) aux politiques ? Vous pensez qu’on vous ment sans cesse, qu’on vous fait des promesses qui ne seront jamais tenues, qu’on vous prend pour des moutons lobotomisés ? Vous n’avez pas tout à fait tort. Moi non plus, aujourd’hui, je ne vais pas voter avec des étoiles dans les yeux. Mais ce n’est pas en refusant de voter et de choisir vos représentant•e•s que ça va changer ! En 2012 déjà, Clémence Bodoc avait égrené les mauvaises raisons de ne pas aller voter ; elles n’ont pas vraiment changé depuis.

D’abord, il faut vous souvenir que vous votez pour vos représentant•e•s, c’est-à-dire les gens qui doivent véhiculer vos idées et vos opinions, les faire remonter pour les transformer en actions concrètes, en lois… Si vous ne vous exprimez pas, vous pouvez être sûr•e que personne ne connaîtra vos opinions et votre volonté de changement.

À lire aussi : Psychologie et comportement politique : comment vote-t-on ?

parks and rec

Si vous estimez n’avoir pas le choix parce que personne ne vous convient, et ce malgré la multitude de partis en France, rien ne vous empêche de créer votre propre parti ! Ou d’aller voter blanc. Ce qui est un peu moins efficace : certes, depuis le 21 février 2014, les votes blancs sont comptabilisés à part (et plus avec les votes nuls), mais ils ne sont toujours pas comptabilisés dans les suffrages exprimés. En gros, aux yeux des chiffres, c’est (un peu) comme si vous n’étiez pas allé•e voter.

À lire aussi : Le vote blanc (un peu) reconnu à l’Assemblée nationale

Le droit de vote féminin en France n’existe que depuis 1944

Sur une note plus positive, vous pouvez voter tout simplement pour montrer que vous soutenez la démocratie, et surtout le droit pour les citoyenNEs comme les citoyens de voter, qui ne date pas d’il y a si longtemps en France : 1944 seulement !

À lire aussi : Le droit de vote des femmes en France a 70 ans !

Vous pouvez même voter par procuration ! C’est pas beau, le turfu ?

Un taux d’abstention affolant chez les jeunes

N’oubliez pas : aux élections européennes de mai 2014, le taux d’abstention était de 70% chez les moins de 30 ans. À nous de faire en sorte que ça change ! Qu’on ne puisse pas dire que les jeunes se désintéressent de la politique, de leur avenir, que les jeunes sont des moutons, trop crédules pour se forger leur propre opinion…

Nous, les jeunes ayant entre 18 et 30 ans, nous sommes trop souvent oublié•e•s, méprisé•e•s, on nous prend pour des imbéciles parce que nous n’avons pas l’expérience de la « vraie vie » — et pourtant, c’est nous l’avenir. C’est à nous de décider de quoi sera fait le monde de demain, vu que c’est nous qui y vivrons.

À lire aussi : Entre FN et abstention, la révolte pantouflarde de la jeunesse française

la conquete sarkozy

Voter, c’est le premier pas, et c’est aussi le plus facile : personne ne vous demande d’être un leader, d’avoir des convictions inébranlables, de savoir convaincre les foules, d’inventer le gadget du futur pour rétablir la paix sur Terre. On vous demande juste de faire savoir que vous êtes là, que vous ne comptez pas abandonner votre pays à ceux qui lui veulent du mal, que vous saurez rappeler vos dirigeant•e•s à leurs devoirs. Voter, c’est agir ! Avec juste un petit bout de papier…

Et toi, tu votes ? Pourquoi ? Viens en débattre dans les commentaires !

À lire aussi : Je veux comprendre… le discours de l’extrême droite en France

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 52 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • MésangeBleue
    MésangeBleue, Le 5 décembre 2015 à 23h48

    Merci @Margay pour le lien des Décodeurs.
    Merci de me dire merci :lol::puppyeyes::taquin: @Blab

Lire l'intégralité des 52 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)