Comment (ne pas) être un bon adulte responsable

Être adulte, c'est facile ! Jack Parker, qui est à deux doigts du combo pavillon-monospace-labrador, vous livre ses petits secrets pour être une grande personne 100% autonome.

Comment (ne pas) être un bon adulte responsable

Vous avez quelques difficultés à vous faire aux subtilités de l’âge adulte ? Les responsabilités vous font peur, vous ne savez plus où vous nagez et vous ne rêvez que de faire marche arrière et de retourner vous rouler dans tous les bacs à sable du pays ?

Pas de panique, voici un petit guide qui devrait vous aider à affronter tous les obstacles qui se mettent en travers de votre route : avec ça, la vie de « grande personne » n’aura plus de secret pour vous, et vous deviendrez un membre fonctionnel et efficace de la société en moins de deux !

Faire à manger

Parce que « bien manger, c’est le début du bonheur », il faut avant tout établir un plan d’attaque solide pour vous garantir une alimentation saine et efficace. Avec le bon menu dans l’estomac, vous pourrez attaquer n’importe quelle journée sans craindre le malaise, les aigreurs d’estomac, la fatigue ou les remontées acides ! Pour un repas simple, rapide et équilibré, suivez ces instructions :

  1. Faites chauffer de l’eau (à la casserole ou à la bouilloire, selon le matériel à votre disposition).
  2. Ouvrez le paquet de nouilles instantanées et placez le bloc de nouilles sèches au fond d’un bol.
  3. Versez le contenu des sachets d’assaisonnement et d’huile « goût poulet » sur les nouilles.
  4. Versez l’eau bouillante dans le bol.

Laissez reposer le temps que les nouilles s’imbibent, mélangez, assaisonnez à votre goût (en rajoutant le maximum de piment pour masquer le goût de carton et de défaite) et dégustez. Pensez à changer de saveur régulièrement pour ne pas vous lasser : boeuf, crevette, curry, légumes ou champignon, les possibilités sont infinies !

Pensez à déguster votre repas devant une série dans laquelle tous les personnages mangent des plats que vous ne pourrez jamais vous payer, bavez, et recommencez.

Appelez ensuite votre mère pour prendre des nouvelles, écoutez-la vous décrire son dernier repas au restaurant, pleurez doucement et suppliez-la de vous laisser revenir vivre à la maison.

Faire le ménage

Entre les études, le boulot, les potes, la procrastination et la grosse, grosse flemmingite aigüe qui vous colle aux fesses depuis vos huit ans, difficile d’assurer le ménage de l’appartement. Et le problème de la saleté, c’est qu’on la voit toujours trop tard.

On repère le petit tas de miettes sur le plan de travail, les deux assiettes dans l’évier et la tache de café par terre, mais au milieu d’un appartement propre, ça ne choque pas. En cinq minutes, ce sera réglé. Oui mais voilà : les cinq minutes, on les a pas. Alors on continue de passer devant la tache, les miettes et les assiettes, et on en rajoute encore un peu chaque jour, convaincu-e-s qu’on aura le temps de s’en occuper avant que ça devienne critique. Tant qu’on peut inviter des gens à la maison sans avoir honte de l’état des lieux, c’est que ça va.

Alors pour être sûr de faire un vrai ménage efficace, du genre qui vous donne l’impression de vivre dans un nouvel appartement tellement l’avant/après est impressionnant, le mieux, c’est encore d’attendre.

Attendre que ça colle par terre et que la vaisselle touche le plafond. Qu’on ne puisse plus marcher pieds nus sans avoir la plante des pieds noire et en relief. Attendre de pouvoir utiliser son couloir comme lieu de tournage pour un western amateur, avec les boules de cheveux dans le rôle des virevoltants. Attendre que toutes les surfaces du logement soient recouvertes de pénis dessinés dans la poussière. Attendre, surtout, que la visite de quelqu’un s’impose un jour (parents, pote en galère, plan cul) et qu’on ne puisse plus faire autrement que de s’y mettre.

Pour un ménage rapide et efficace, commencez toujours par le sol — comme ça vous pourrez passer le reste de la journée à marcher sur la pointe des pieds en chaussettes mouillées et ainsi ajouter un peu de sport à votre emploi du temps. Pour ce faire, jetez de l’eau tiédasse sur le sol en la récupérant dans vos mains à la sortie du robinet, versez du produit nettoyant à même le sol en dosant au pifomètre et épongez le tout du bout du pied avec une serpillère.

Passez ensuite à la vaisselle, profitant de l’occasion pour constater que 1) votre unique éponge fait la gueule et 2) votre bouteille de liquide vaisselle est quasiment vide. Comblez le manque de produit en rajoutant trois tiers d’eau, avant de vous facepalmer deux fois d’affilée : une fois parce que vous avez beaucoup trop dilulé le reste de produit et une deuxième parce que vous vous êtes facepalmé avec l’éponge.

Frottez votre vaisselle de toutes vos forces pour combler le manque de produit, pétez-vous un verre dans la main, souvenez-vous que vous n’avez jamais eu de pansements, ni de désinfectant, et que vous avez fini le Sopalin il y a trois jours, et pleurez en gardant votre main sous le robinet.

Payer ses factures

L’aspect le moins marrant de la vie d’adulte reste quand même le paiement des factures. Déjà qu’on roule pas sur l’or, mais si en plus vingt-six organismes différents se concertent chaque mois pour nous soutirer nos derniers deniers, y a moyen de faire une petite crise de nerfs.

Entre les impôts, les frais médicaux, Internet, le téléphone, la carte UGC, l’éléctricité, la carte de transport et tous les petits bonus qu’on peut s’ajouter pour rigoler encore plus, on est souvent à la ramasse côté paperasse.

Bob Razowski, vous n’avez pas remis votre rappoooort.

Heureusement, il existe un petit moyen mnémotechnique pour ne jamais oublier ses factures : ne pas les payer tout de suite. En laissant passer du temps, vous vous assurez d’ancrer la menace d’impayés, d’huissiers, de prison et d’exil cosmique dans votre cerveau pour les semaines à venir.

Ne pas payer ses factures dès qu’on les reçoit nous permet d’y penser jour et nuit, de tourner dans nos lits en tentant de tenir la crise d’angoisse à distance raisonnable et en nous promettant de s’en occuper le lendemain.

Mais comme il y a toujours plus important à faire (aller boire des verres avec les potes, regarder le dernier épisode de Teen Wolf, manger, dormir, gagner le huitième badge d’arène Pokémon, compter ses orteils), il est important de reporter une nouvelle fois cette tâche d’une importance capitale jusqu’à ce que sa résolution devienne une question de vie ou de mort.

Une fois que vous êtes décidé-e à vous y mettre, sortez la pile de papiers, posez-là sur votre bureau entre le paquet de chips, les dix-huit mouchoirs sales et les post-it qui ne collent plus et mettez-vous au boulot. Lisez les premières lignes du premier feuillet, retenez la goutte de sueur qui perle sur votre front, tentez de calmer les battements de votre coeur, et appelez votre mère en pleurant parce que vous ne comprenez rien, que cette fois c’est sûr, vous êtes foutu-e, et à cause de vous tout le monde va être dans la merde et vous allez finir dans un carton sous un pont, et que c’est bien fait pour vous parce que vous êtes jamais foutue de faire les choses dans les temps, mais la prochaine fois ça se passera pas comme ça, ah non, plus jamais.

Une fois j’ai évolué en adulte et c’était vraiment tout pourri.

Si vous êtes arrivé-e jusque là, félicitations, vous êtes sur le point de devenir un bon adulte responsable ! Bientôt, les responsabilités et les bons réflexes n’auront plus de secret pour vous et vous pourrez profiter des vrais avantages de la vie d’adulte, comme euh… comme… hmm… enfin, vous trouverez bien quelque chose.

Pour échouer encore plus joliment, allez donc voir…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 21 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Piamaa
    Piamaa, Le 6 juillet 2013 à 13h14

    Mais moi j'adore les nouilles instantanées, quand je m'en fais, je suis trop de bonne humeur ! :yawn:

Lire l'intégralité des 21 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)