Circus (Britney Spears)

Avec à ses côtés une armée de producteurs et de paroliers, Britney Spears revient sur la scène musicale, s’efforcant de chasser ses démons pour recommencer à faire ce quelle fait de mieux : de la pop. Elle a explosé les charts et déchaîné la presse musicale et ses fans avec “Womanizer”, le premier single extrait […]

Circus (Britney Spears)

circusAvec à ses côtés une armée de producteurs et de paroliers, Britney Spears revient sur la scène musicale, s’efforcant de chasser ses démons pour recommencer à faire ce quelle fait de mieux : de la pop. Elle a explosé les charts et déchaîné la presse musicale et ses fans avec “Womanizer”, le premier single extrait de Circus, qui s’est très vite classé en haut du Billboard américain, ce qui n’était pas arrivé à la petite chérie de Kentwood, Louisiane depuis “…Baby One More Time”, et je sais en parlant de cette chanson que vous allez l’avoir dans la tête pendant encore 10 minutes, ce qui me met en joie.

Car oui, Britney Spears, c’est pas vraiment ma came, pour reprendre la prose de notre Première Dame. Britney Spears, c’est un symbole, un signe, un truc sociologique bourdieusien. Qu’on aime ou qu’on aime pas, on a forcément été confronté à cet épiphénomène. Parler de Britney, c’est comme parler de Dieu. Soit vous l’aimez, soit vous refusez d’y prêter attention, mon cas pendant longtemps (je parle de Britney là), soit vous la détestez et en dites du mal à tout bout de champ, quitte à brûler des posters à son effigie, frapper ses fans hystériques… On ne peut pas dire le contraire, Britney vous a tous marqués, quelle que soit votre génération.

Et quand on parle de Britney, on a toujours tendance à parler un peu de soi. Ce que je ne vais pas faire, bien évidemment.

Ce Circus, je l’ai écouté avec attention. D’abord parce qu’on m’a demandé de le faire, et parce qu’au départ, j’étais partie pour ne pas y prêter attention, partant du principe que tout ce qui pouvait sortir de ce disque ne serait qu’une bouillie infâme à mis-chemin entre du Timbaland réchauffé au micro-ondes et une pâle copie de la grande soeur Musclor-Madonna. Ensuite parce que comme tous ses albums, je savais que je n’allais sûrement pas le réécouter en entier.

Pour dire ça simplement : c’est pas aussi horrible que j’avais imaginé. C’est même assez agréable à écouter dans son ensemble, et, ô joie, il y a même de très bons moments. Mais comme si le destin ne voulait pas que j’ai la possibilité d’apprécier pleinement un album de Britney Spears, il m’a mis dans la tête l’idée saugrenue d’aller voir “Super Blonde” au cinoche mercredi dernier. Pour résumer, une blonde écervelée mais très jolie se fait virer du manoir Playboy et se retrouve à aider une bande filles coincées pour les rendre populaires et sexy. Inévitablement, plusieurs des chansons de Circus m’ont mis dans la tête la tronche d’Anna Faris.

Il faut bien dire ce qui est : Britney fait de la pop labellisée “bouge ton cul” à base de “baby baby”, “let’s make out”, la recette est toujours la même. “Je suis une fille, j’ai une confiance en moi complètement dingue, mais derrière mon gloss se cache une tripotée de questionnements et de remises en cause.” Mis ça de côté, il faut bien avouer que ça fonctionne très bien, le refrain de “I You Seek Amy” est imparable, “Out From Under” est une très belle ballade, et, surprise, je me prends à vraiment apprécier cette voix, elle qui finissait invariablement par m’agacer au bout d’une demi-écoute de chaque chanson. Britney Spears a vraisemblablement mis de côté son bordel personnel, et s’est de nouveau transformée en professionnelle, et elle mérite beaucoup de crédit pour ça. De son bordel, elle a forcément gagné en sincérité et crédibilité lorsqu’elle dit : “You don’t like me, I don’t like you, it don’t matter / Only difference, you still listen, I don’t have to / In one ear and out the other, I don’t need you / Your words don’t stick, I ain’t perfect, but you ain’t either”. Oui, les paroles ont de la gueule. Celles-ci sont extraits de “Kill the Lights”, une petite tuerie disco qui fait du bien par où elle rentre !

Mon dieu ! J’suis en train de dire du bien d’un album de Britney Spears ! Relativisons : certaines chansons sont à chier dehors (et croyez-moi avec la météo actuelle, vous n’en avez pas envie). Je pense à “Mannequin”, “Lace & Leather”, “My Baby”… Stéréotypées, sans originalité, revoilà les chansons qu’on écouté une fois “pour voir”, et qu’on oublie dans la foulée, même si “My Baby” touche forcément, quand on connaît un peu l’histoire de Britney, sorte de conte de fées hollywoodien à la Michael Jackson, dont on se demande comment il va finir, et qui, forcément, ajoute un petit quelque chose lors de l’écoute de ce Circus.

Non, il ne faut pas passer à côté de ce disque, que ce soit pour un petit plaisir coupable, ou pour découvrir de vraies bonnes chansons pop, avec des beats qui ont vraiment de l’allure, un Circus en forme de friandise qui, en ces temps pas très joyeux, ne se refuse pas. Britney Spears est toujours la chanteuse pop de référence.

Oui, je crois qu’on peut dire que c’est une bonne petite surprise. Je vais peut-être même aller le réécouter, tiens…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 18 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • CoOkie_
    CoOkie_, Le 2 décembre 2008 à 19h53

    Britney est vraiment une artiste indétrônable

    Circus n'est certes pas son meilleur album (à mes yeux, son 3ème cd est le meilleur ^^) mais il est vraiment réussi :d!


    bravo Britney =) et merci d'être revenue XD

Lire l'intégralité des 18 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)