Christiane Taubira critique les injures sexistes

Dans une intervention sur France Culture, Christiane Taubira s'exprime sur ces insultes féminines qui n'ont pas leur pendant masculin.

« Garce, mégère, lorette, furie, maritorne... » ces insultes à peine voilées du quotidien ont un point commun : elles sont essentiellement destinées aux femmes (les veinardes). Un détail qui n’a pas échappé à Christiane Taubira, qui est intervenue sur France Culture le 8 mars 2016, à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, avec un dictionnaire du sexisme.

À lire aussi : Guide du langage non sexiste

8-mars-2016_620

Des mots contre les femmes analysés, décortiqués, et surtout dont, comme par hasard (non), il n’existe aucune version masculine.

« J’ai aussi cherché [le masculin] pour « garce », j’ai vite compris que ni « gars », ni « garçon » ne pouvaient faire l’affaire. »

À lire aussi : Merci, Christiane Taubira, d’avoir mis l’amour de tous et toutes à égalité

C’est avec beaucoup de justesse que l’ex-Garde des Sceaux retrace l’histoire de certains de ces mots, des classiques de la littérature avec Cervantes, à la mythologie grecque. Si vous en doutiez encore, je vous confirme que le sexisme est partout.

big-sexiste-epuise

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Tite Kina
    Tite Kina, Le 10 mars 2016 à 16h33

    Il n'y a pas que les insultes! La langue française en elle même est sexiste!
    Par exemple, lorsque l'on désigne plusieurs personnes mêlant filles et garçon, on va utiliser le pronom 'ils' et non pas un pronom mixte pour les désigner.
    Ou encore lorsque le discours des vœux du mariage se conclut pour un homme et une femme, on va dire, je vous déclare mari et "femme", et non pas marie ou mariée... Cela me blesse quand on demande à mon époux que je suis sa femme, j'ai l'impression d'être son objet au lieu d'être la personne qui partage sa vie... C'est d'ailleurs pour ça que je lui dit de ne pas faire référence à moi en tant que "sa femme" mais comme son épouse! En anglais, on dira wife pour la traduction, en français tu restes dans ton rôle de femme. J'aime le mot femme à condition que je ne suis la femme de personne, je suis juste une femme. Point!
    Bref, j'ai plein d'exemples à cité encore...

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)