Ces choses qu’on ne devrait JAMAIS faire en état d’ivresse (mais qu’on fait quand même)

C’est le week-end, et, ô joie, alcool et cotillons, vous avez une petite soirée de prévue ! Et si on faisait le tour de toutes ces mauvaises idées qui vous traversent l'esprit quand vous êtes bourré•e•s ?

Ces choses qu’on ne devrait JAMAIS faire en état d’ivresse (mais qu’on fait quand même)

L’abus d’alcool*, les enfants, est mauvais pour la santé – et parfois, aussi, pour la vie sociale et/ou votre dignité. Je le sais, vous le savez, nous le savons tous•tes… Et pourtant, ça ne nous empêche pas, à chaque petite soirée un peu arrosée, de reproduire exactement les mêmes schémas embarrassants. Mais si, vous savez : tous ces trucs débiles qu’on fait en étant bien trop imbibé•e•s pour pouvoir gérer notre amour-propre, et qu’on regrette systématiquement le lendemain !

À lire aussi : Ces petites choses qui changent en moi quand je suis ivre

N’essayez pas de regarder ailleurs : vous ne pouvez nier avoir terminé votre dernière soirée, vers 4 ou 5 heures du matin, devant une casserole de pâtes à réfléchir au sens de la vie, et l’absurdité de la vôtre. Cet appel à votre employeur, par exemple, pour lui dire que vous aimez les navets bleus mais pas les crevettes parce que le chien il a fait pipi, était-il bien nécessaire ?

choses-ivresse-gif

Bon, allez. Au point où nous en sommes, je pense que nous pouvons nous fendre d’une petite typologie comportementale. Voyons, que faisons-nous quand nous sommes légèrement éméché•e•s… Et qu’on devrait pas faire ?

*ce même alcool à consommer avec modération, n’est-ce pas.

Lâcher du lest sur les interactions sociales

Début de soirée. Vous avez été raisonnable, ou du moins vous le pensez sincèrement, et n’avez pour l’instant que « quelques » verres à votre actif. Mieux : empli•e d’un soudain trop plein d’amour, vous trouvez que le monde entier n’est rempli que de gens beaux et bons que vous avez envie de serrer contre votre petit coeur palpitant de joie de vivre.

À lire aussi : La bière dans la mythologie — Dieux bourrés et autres merveilles

Vous le savez, pourtant, au fond de vous, que péter des paillettes ne fera pas de vous une licorne. Non, cet inconnu sur lequel vous vous jetez en criant « câââlin gratuiit » ne vous trouve pas « hyper cool et sociable ». Tout à fait entre nous, son sourire crispé penche plutôt pour le « chelou et qui pue l’alcool ». Et d’accord, cette autre inconnue était peut-être aussi hilare que vous, mais son haleine en disait aussi long que la vôtre.

choses-ivresse-dumbo

C’est tout le problème avec le fait de se « détendre » en société sous le coup de l’alcool ! Tout le monde n’est pas sur la même longueur d’onde au même moment. Et les gens qui n’en étaient pas encore au stade « j’ai perdu ma timidité » tandis que vous en étiez à « j’ai craqué mon slip » ne se gêneront pas le lendemain pour vous rappeler cette petite séquence pendant laquelle vous avez décrit la consistance de vos cacas d’oreille à toute une assistance fascinée.

Vous le savez, mais c’est plus fort que vous. Tiens, et si vous alliez faire un câlin à cette fille à côté de son mec baraqué, là-bas ?

Danser (partout)

Une fois que vous êtes détendu•e avec les gens, vous êtes détendu•e avec vous-même. Logique. Votre trop-plein d’amour vire à la bravade, vous n’avez plus peur de rien – et surtout pas du ridicule.

Au début, ça commence gentiment. S’il y a de la musique, vous dansez avec tout le monde, tatati, tatata, vous remuez du bassin, jouez de l’air guitar et sautillez un peu en rythme ou à peu près et tout va bien. Et soudain, c’est le drame : des mouvements dignes des années 1980 sur du Sean Paul, vous passez à la danse des canards sur du Pitbull. Les connexions dans votre cerveau ont clairement merdé quelque part, et on a atteint le DEFCON 1 chez le lobe frontal, mais vous vous en foutez.

choses-ivresse-gif-dance

Vous vous en foutez tellement que vous continuez en chenille tout•e seul•e dans la rue.

Faire des photos

Marrant comme, sobre, vous avez de bonnes bases en photographie, et comme, ivre, tout ça part jouer des maracas en Patagonie. C’est fou, non ? Dans la vie réelle, vous savez reconnaître une lumière pourrie quand vous en voyez une. Vous savez que la photogénie d’une personne dépend aussi du taux d’alcool qu’elle a dans le sang.

À lire aussi : Bref. Je me suis bourré la gueule. Avec Pénélope Bagieu.

Et dans la vie bourrée, hélas, vous vivez dans cet instant présent plein d’amour où tout le monde est beau, tout le monde est jeune, et vos visages rougis par la binouze et vaguement éclairés par les reflets de la boule disco ne pourront que ressortir embellis par le pouvoir de l’amitié sur les photos.

choses-ivresse-rachel-friends

Jusqu’à ce que la vie réelle vous rattrape à coup de gueule de bois et de photos sur Facebook.

Attraper un téléphone et/ou se connecter

Je… Lâchez ce… Non, LÂCHEZ CE TÉLÉPHONE. Roh. Eh ben bravo. Vous êtes fier•e•s de vous ? Vous avez remis la main sur le téléphone que vous aviez pourtant demandé à votre pote de mettre hors de portée de vos petits doigts de personne follement imbibée. Est-ce seulement le vôtre ? Si ce n’est pas le vôtre, vous serez gentil•le d’arrêter de foutre le bordel dans le ménage du propriétaire du portable.

Si c’est le vôtre, profitez-en pour essayer de comprendre ce qui vous pousse à taper péniblement « tas dxpasj vu mn plugj anal ? celuii avec djes poils » sur le clavier tactile d’un téléphone qui vous hait et va envoyer ça à tous vos contacts, y compris vos parents et votre directeur de thèse ? Et quid du cliché monumental qu’est le fait d’appeler son ex qu’on avait oublié depuis des années ? POURQUOI VOUS FAITES ÇA ?

À lire aussi : Quel est ton pire SMS envoyé à la mauvaise personne ? – La Question Reddit

Croyez-moi, si là vous vous en brossez le nombril avec le pinceau (imbibé) de l’indifférence, demain vous allez vous la poser, cette question. Ah, et voilà, vous avez réussi à vous connecter à Twitter. Adieu e-réputation.

Tester ses sens

Fin de soirée. Vous ne savez plus trop comment, vous avez regagné votre logis – sans téléphone, parce que sinon c’est pas drôle. Et voilà.

choses-ivresse-sherlock

Non, vraiment, voilà. Vous êtes posé•e sur votre canapé, l’air rendu vaguement goguenard par l’alcool restant dans votre organisme, en train de regarder une mouche voler… et c’est tout. Vous devriez aller vous coucher, mais vous n’êtes pas trop sûr•e d’être fatigué•e. En même temps, il est tard. Ou tôt. Peut-être que vous êtes fatigué•e. Mais vous avez faim. Oui voilà, vous avez faim !

Mais vous n’avez pas envie de bouger, et restez prostré•e sur votre canapé, l’air toujours aussi finaud. Soudain, vous réalisez que vous êtes en t-shirt, alors qu’il est supposé faire froid. Vous ne sentez pourtant pas le froid. Ouah, attendez. Vous ne sentez ni le froid, ni la fatigue… Et si vous étiez devenu•e un être surhumain ?

À lire aussi : Test — Quelle cuite es-tu ?

Non, en vrai, vous êtes juste complètement pété, et les pensées stupides se succèdent dans l’éponge à alcool qui vous sert de cervelet. Une petite voix noyée a beau vous répéter que c’est stupide de vous mordre et vous pincer, même si vous ne sentez pas la douleur tellement vous voilà anesthésié•e, seule la perspective de manger des pâtes vous fera arrêter.

Demain, par contre, le facepalm magistral que vous vous enverrez dans la tête à la vue de votre bras défoncé par vos propres soins, vous le sentirez bien passer. Il faut vraiment que vous arrêtiez de vous mordre quand vous êtes bourré•e.

Arroser ses plantes

Mais que faites-vous ?

Il est 5 heures du matin. Vous arrosez les éboueurs sous votre balcon, là. Vous n’avez même pas de plantes. Je. Arrêtez.

Allez vous coucher. Ça devient absurde.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 7 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Quidâme
    Quidâme, Le 4 octobre 2015 à 22h04

    Héhé, on dirait moi...
    Faire des nuggets à 5h du mat devant la nuit originale me semblait plutôt raisonnable :) (avec 2g dans le sang quand même^^)

Lire l'intégralité des 7 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)