Camille parle de sa vie avec un handicap dans Cher Corps

Par  |  | 4 Commentaires

Cher Corps nous présente Camille, une jeune fille de 22 ans que rien n'arrête, et surtout pas son fauteuil roulant. Un épisode OUF.

Camille parle de sa vie avec un handicap dans Cher Corps

Cette semaine, Léa Bordier nous a gratifié•e•s de DEUX épisodes de Cher Corps !

Après, Julie, c’est celui de Camille qu’on découvre.

Attention : c’est vraiment un épisode fou.

Le Cher Corps de Camille, 22 ans

Camille a 22 ans et son rapport au corps, il est un peu particulier — « chaotique », pour la citer.

Camille, c’est une meuf dynamique, presque hyperactive selon ses mots. L’ennui, c’est que son corps ne suit pas.

La jeune femme a un handicap de naissance d’origine inconnue. Ses jambes en sont extrêmement touchées et lorsqu’elle ne marche pas en béquilles, elle se déplace en fauteuil roulant.

Elle explique qu’elle a vite appris à faire avec, malgré beaucoup de regards et de remarques.

Et surtout malgré les préjugés sur le handicap ! Camille explique que pour les gens, soit t’es valide, soit t’es en fauteuil roulant et c’est impossible que tu marches.

Alors qu’il y a autant de genres d’handicaps que de personnes qui en sont atteintes.

La vie inspirante de Camille, en fauteuil roulant

Mais c’est pas ça qui l’arrête, eh ouais parce que Camille, c’est une meuf qui fonce au bout du monde faire de l’humanitaire, même en fauteuil.

À lire aussi : Un fauteuil pour deux – Un tour du monde en fauteuil roulant ! #2

Et elle s’arrête pas là : handi-danse, rugby… le fauteuil de Camille fait partie intégrante de sa vie mais ne l’arrête pas.

Dans ce témoignage plein d’énergie et de force, elle explique que ce n’est pas parce qu’elle est en fauteuil qu’elle n’a pas de complexes comme tout le monde.

À lire aussi : Ces complexes que la rédac n’a toujours pas réussi à niquer

La jeune femme rappelle à quel point elle a de la chance d’être née, tout simplement, et en France en plus.

Bravo Léa Bordier : encore un épisode inspirant, encore une meuf badass. Je kiffe.

À lire aussi : « Ne vous compliquez pas la vie, vivez ! » : Marie-Paule, 71 ans, nous parle de son cher corps

Margaux Palace

Prêtresse de la cuisine : comme dans les cités d'or mais avec du fromage. Ses cheveux sentent le chocolat et ses doigts l'échalote, mais elle mélange pas les deux ça va on est pas des bêtes.

Tous ses articles

Commentaires
Forum (4) Facebook ()
  • ~Whatever
    ~Whatever, Le 24 juillet 2017 à 15h03

    C'est un beau témoignage, mais j'avoue que je suis déçue qu'elle ne parle pas plus des problèmes que cela engendre car les personnes valides ne s'en rendent pas forcément compte. C'est bien d'avoir un point de vue positif qui montre qu'il est possible de faire plein de choses. Mais déjà pour bien vivre en étant handicapé, il faut avoir les moyens. C'est bête, mais c'est pas avec les l'allocations handicapés minables et conditionnées par les ressources du conjoint quand on est en couple que l'on peut vivre décemment. Le travail en ESAT payé moins que le smic on en parle ? Les délais extrêmement longs et fastidieux pour se faire reconnaître ? Handicapés ou pas on veut vivre et faire des projets en fait partie. Il n'empêche que je reste une personne blasée, avec un handicap invisible (donc les gens ne voient pas mes difficultés) et qui fait un constat très amer.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!