Des avantages d’être chauve à 20 ans

Votre serviteur l'a testé pour vous : la calvitie à 20 ans, c'est possible. Plutôt que de ruminer sur son sort de Michel Blanc, voici des raisons de positiver sur le non-cheveutisme précoce.

Des avantages d’être chauve à 20 ans

journee-chauve

— Publié le 21 mars 2011

J’vais pas vous la jouer « OH MAIS NON JE SUIS PARFAITEMENT HEUREUX COMME JE SUIS » : si demain, un foutu génie sort de mon iPhone pour me proposer de retrouver la tignasse de mes 16 piges, je signerais tout de suite. Mais autant j’envisageais parfaitement de me faire corriger la myopie, autant me faire coller des tifs façon PPDA, non merci.

Et comme il faut toujours regarder the bright side of life, voici trois avantages d’avoir un crâne d’oeuf à 20-25 ans plutôt qu’à 35-40.

Adieu coiffeur

Je n’ai plus dépensé un rond en coiffeur depuis mes 22 ou 23 ans. Calculez l’économie… je ne pourrai même pas faire l’addition : je n’ai aucune idée du prix d’une prestation standard chez un coupe-tifs.
Petit bémol : pour éviter l’effet Michel Blanc, je me rase la tête intégralement ou presque.

À part quelques mauvaises attardés qui sont restés coincés en 1990, on n’assimile plus crâne rasé à skinhead, donc ça passe. Merci le XXIème siècle, merci Fabien Barthez.
Or, pour éviter que votre tête d’oeuf ne ressemble au cul du iench à poil ras de votre mémé, il faut l’entretenir environ toutes les semaines. 20-30 minutes. Ça peut parfois être pénible. On m’a dit qu’il existait des barbiers qui rasent le crâne mais je n’ai jamais tenté l’expérience. Quelqu’un dans l’assemblée ?

Obligé d’en faire un atout plutôt qu’un complexe

À 20 piges, à l’âge où ta vie amoureuse est en pleine effervescence, s’arrêter à la perte en route de quelques tifs reviendrait à se couper la nouille devant sa webcam et à publier cette vidéo sur Facebook (j’suis tombé par hasard sur un gif animé placé sur un forum, j’ai besoin d’évacuer ce souvenir de temps à autre)… donc tu passes au-dessus, tu oublies de miser sur ta coupe faussement décoiffée et tu passes de longues minutes devant la glace à bosser un regard à la Bruce Willis (non ce n’est pas du vécu laissez-moi tranquille).

T’acceptes beaucoup moins difficilement de vieillir

Ça peut paraître paradoxal mais c’est le cas pour moi : quand tu te retrouves avec une tête de vieux à 25 ans, tu assimiles très vite — tu peux pas faire autrement — que tu vas vieillir, que c’est inéluctable, tu ne peux pas te mentir, la preuve, regarde dans ton miroir, espèce de nouille. Beaucoup plus en tout cas que si tu as une tête de jeune avec plein de cheveux sur la tête.

Aujourd’hui donc, à 33 ans, je me marre de voir mes potes ou des connaissances flipper parce qu’ils ont les rides qui poussent aux coins des yeux. Mes rides ne sont qu’une toute petite marque de plus que je prends de l’âge, à des années-lumières de mon crâne luisant.

Enfin bref. Rira bien qui rira le dernier comme dirait tonton André et pour ce qui est d’intégrer qu’on va tous côtoyer Alzheimer et consorts avant de mourir connement, j’ai une théorie : mieux vaut trop tôt que tard.

À lire aussi : Quinze raisons d’aimer les hommes chauves

Bonus track : cette excellente vidéo de MisterV sur la calvitie qui progresse à moins de 20 ans. BIG UP.

À lire aussi, le témoignage d’une madmoiZelle : je suis chauve et je le vis bien

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • SparbS
    SparbS, Le 15 octobre 2015 à 14h58

    Bonne idée cet article ! :top:

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)