L’histoire du chat sauveteur qui guida un randonneur blessé

Par  |  | 19 Commentaires

Les chats, ce sont de gros égoïstes ? Pas forcément ! En 2013, un gros chat a permis à un randonneur blessé de retrouver son chemin. Récit.

Si le chat est un peu la star des Internets, il y aura toujours des gens pour dire que ces animaux ne sont pas sympas. Qu’ils sont égoïstes, qu’ils nous font des câlins uniquement pour qu’on leur file des croquettes et qu’ils sont les rois de la maison.

Pour être totalement honnête avec vous, je suis moi-même team chien. Pourtant c’est vrai qu’ils sont mignons les chats.

Mais quand j’arrive à l’appart avec une angine carabinée, que je m’effondre dans mon lit et que mon minou ne trouve rien d’autre à faire que de s’amuser à me tirer les cheveux, j’ai de sérieux doutes sur sa compassion.

Et puis il y a des histoires qui me font revoir mes convictions. À l’image de celle de cet utilisateur de Reddit qui s’est perdu dans les Alpes après s’être blessé à la cheville. Et son petit sauveteur n’était autre… Qu’un chat !

À lire aussi : Le chaton que j’ai sauvé, adopté et qui m’a accompagnée jusqu’aux bancs de la fac !

L’histoire du chat qui aida un humain

Sur Reddit, l’utilisateur qui raconte cette histoire s’appelle sc4s2cg alors écoutez, on va le désigner comme ça.

En 2013, sc4s2cg faisait de la randonnée dans les Alpes, en Suisse, près d’un tout petit village du nom de Gimmelwald.

Au cours de ses explorations, le randonneur s’est fait une entorse à la cheville. Bien mal en point, il a donc décidé de rentrer au village. Problème : il s’est perdu. C’était juste après la saison du ski et plusieurs chemins avaient été fermés.

Incapable de trouver un autre sentier, le pauvre gars s’est assis sur un rocher et a décidé de manger un bout en réfléchissant.

À lire aussi : Chronique d’une journée de ski ordinaire

C’est alors qu’est arrivé un gros chat noir et blanc tout câlin. Immédiatement, le randonneur a décidé de le suivre. Le matou a marché en se retournant de temps en temps pour s’assurer qu’il était toujours derrière lui.

Au bout d’un moment, sc4s2cg s’est aperçu que le chat l’avait guidé jusqu’à un sentier. Et suivant le chemin, il a pu retourner à Gimmelwald et soigner sa cheville.

Le randonneur a filmé l’animal. Il parle en hongrois, mais des sous-titres français sont disponibles.

Le chat, un sauveteur en puissance ?

C’est bien beau tout ça, mais soyons pragmatiques : ce chat avait-il vraiment le sentiment ou l’intention d’aider cet homme ?

Tout d’abord, on apprend que le félin s’est pointé quand le randonneur mangeait. Rien ne me dit que ce n’est pas un ventre sur pattes qui a sniffé le bon filon.

Ensuite, on voit la bestiole marcher un peu au pif, alors que le randonneur s’enthousiasme sur son comportement. Permettez-moi d’être un poil sceptique ; après tout, je reste team chien.

Quand je vous dis qu’ils sont égoïstes.

Qui me dit que le chat n’était tout simplement pas parti faire une balade, et puis il a vu ce mec, il est allé chercher sa dose de caresses et il est rentré chez lui ? sc4s2cg a expliqué que l’animal habitait l’hôtel de Gimmelwald.

Peut-être qu’il rebroussait tout simplement chemin et se fichait bien de savoir s’il le suivrait.

Bon j’avoue, je suis mauvaise langue ! Il faut reconnaître une chose : le chat a vraiment permis à sc4s2cg de regagner le village sain et sauf. Et ça, c’est quand même une belle histoire.

À lire aussi : La vie avec un chat… et ses aspects inattendus


Lise F.

Tombée dans la marmite du jeu vidéo à l’adolescence, Lise cause gameplay, graphismes et OST en toute tranquillité. Pendant son temps libre, elle écrase des gens sur Splatoon avec un grand rire machiavélique et donne des coups de pelle à ses voisins sur Animal Crossing. Ses autres passions sont faire et manger des cookies, dormir et râler.

Tous ses articles

Voici le dernier commentaire
  • Poney bleu
    Poney bleu, Le 6 août 2017 à 8h12

    Ça me rappelle cette fois où j'étais perdue à cheval dans les bois, on ne trouvait plus le chemin. Ça faisait un petit moment qu'on tournait en rond, mais la jument que je montais avait l'air de savoir où elle voulait aller. Donc soit, foutues pour foutues, je lui ai laissé rênes libres en l'encourageant à avancer et… en moins de deux on avait retrouvé le chemin de la maison ! :rire:

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!