Lisa Simone & autres chanteuses aux parcours inspirants

Les chanteuses inspirantes, il y en a plein. En voici trois en particulier, dont Lisa Simone, qui ont eu un parcours hors du commun.

Lisa Simone & autres chanteuses aux parcours inspirants

Cet article a été rédigé dans le cadre d’un partenariat avec SoundSurveyor Music / L’Autre Distribution.
Conformément à notre Manifeste, on y a écrit ce qu’on voulait.

Les chanteuses au parcours inspirant et cool, y en a de pleines fournées. Des nanas qui font penser « wow », qui donnent envie de se consacrer à sa passion et qui montrent que les meufs en ont dans le bide. Voici trois de ces artistes aussi fascinantes que talentueuses !

Lisa Simone

La fille de la célèbre Nina Simone n’a rien à envier de la carrière de sa mère. Elle l’a suivie dans ses concerts et ses tournées durant une grande partie de son enfance : entre le Japon, l’Australie, la Suisse et le Libéria, Lisa a énormément voyagé avant de rejoindre son père qui vivait aux États-Unis.

Même en ayant baigné dans la musique toute sa vie, son orientation professionnelle a pris un détour bien spécial puisqu’elle a rejoint l’US Air Force à 18 ans, dans l’impossibilité d’aller à l’université. Mais comme ce genre de truc ça s’oublie pas, pendant ses années à Francfort, Lisa chante dans un club et se fait immédiatement remarquer !

Elle conjugue alors son travail pour l’US Air Force dans l’ingénierie avec ses performances musicales qui sont de vrais succès.

Les frissons !

Comme le chant c’est son dada (méga surprise), elle décide qu’elle veut en faire sa vie. Manque de bol, le devoir l’appelle quand la Guerre du Golfe éclate… En rentrant, Lisa se remet à la musique et accompagne le chanteur espagnol Raphael Martos qui la mène dans plein de recoins du monde. Petit à petit, les succès s’enchaînent et la jeune femme est embauchée dans des productions de plus en plus classes et prestigieuses, notamment à Broadway.

Lisa décide plus tard de revenir à ses premières amours et de chanter en solo, d’abord des reprises en hommage à sa mère puis surtout des morceaux de jazz. Son prochain album sort d’ailleurs le 25 mars 2016 et vous pourrez la retrouver en concert à l’Olympia le 14 avril 2016 !

J’aime bien ce parcours parce qu’en plus d’être atypique, il montre qu’on a pas une voie toute tracée, qu’on peut s’attendre à tout dans la vie.

big-lisa-simone-unconditionally-work-song

Oum Kalthoum

Oum Kalthoum était une chanteuse égyptienne, encore connue aujourd’hui pour sa voix mythique que même Callas qualifiait « d’incomparable ». La nana a pesé et pèse toujours, Mymy l’a même qualifié de « Johnny » pour me situer sa popularité.

Issue d’une famille pauvre, elle commence par entonné des chants religieux déguisée en garçon dans un groupe de petits cheikhs. À 16 ans, elle est remarquée et boum, elle devient méga connue ! Non en vrai elle continue de s’habiller comme un homme pour pouvoir chanter ; Oum, elle s’en fout, c’est pas vraiment la gloire qu’elle recherche. Elle est plutôt branchée connexion avec le public et tout ça. C’est une meuf classe.

Quelques années plus tard, elle rencontre le poète Ahmed Rami qui lui écrit plein de chansons et qui l’introduit à la littérature française, ainsi que Mohamed El Qasabji, joueur de luth très talentueux qui lui permet de se produire au Palais du théâtre arabe : LÀ, elle perce.

Elle y chante certains de ses plus grands succès et même le président Nasser devient fan. Si Oum avait été dans Star Club, le chef d’État aurait sûrement fait un petit classeur à son effigie et aurait recouvert les murs de sa chambre de posters de la chanteuse. On sait pas on y était pas.

Oum est tellement connue qu’elle a carrément eu droit à un télégramme de félicitations de la part de Charles de Gaulle à l’époque. Même super star, elle est restée proche des gens. Pas trop du genre à aimer les mondanités et autres, elle est surnommée la cantatrice du peuple en raison de ses nombreuses bonnes actions dans les oeuvres caritatives.

Elle est restée si populaire que sa mort a provoqué une immense vague de deuil dans son pays : le cortège était composé de très grands personnalités mais également d’anonymes et faisait 1km et demi de long ! Aujourd’hui encore, en Égypte, comme ailleurs dans le monde arabe, Oum Kalthoum est considérée comme la plus grande chanteuse.

Joan Baez

Joan est l’une des chanteuses les plus emblématiques des années Woodstock ; elle est particulièrement connue pour ses engagements antiségrégationnistes et pacifiques durant la guerre du Vietnam. Très jeune, elle suit sa mère et le mari de cette dernière dans leurs déplacements, et vit en Irak en 1951. Elle est particulièrement frappée par la pauvreté qu’elle y rencontre et reste très marquée par cette expérience.

Joan reçoit un ukulélé quand elle est enfant, et se passionne très vite pour la musique. Elle chante entre autres des ballades folk mais ne délaisse pas ses engagements humanitaires : dès 16 ans, elle est qualifiée de communiste infiltrée par la population locale. Ses chansons deviennent les hymnes de plusieurs luttes sociales dont celle du droit à l’expression.

Sur tous les fronts, elle fréquente entre autres Bob Dylan et Martin Luther king et se produit partout dans le monde ; en 1970 elle rejoint même Amnesty International. Joan Baez a prouvé que l’on pouvait faire de l’art et chanter de belles choses en servant des causes importantes, qu’on pouvait être brillante et cool, avoir son mot à dire même si on ne nous laisse pas facilement la parole !

Évidemment je pourrais continuer l’article pendant des kilomètres en citant d’autres chanteuses qui m’inspirent telles que Etta James, Ella Fitzgerald ou même France Gall ! Et vous ? Il y a des artistes féminines dont le parcours vous donne envie de dire oui à la vie ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 3 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Velvette
    Velvette, Le 29 mars 2016 à 21h03

    Cat Power et Françoise Hardy sont celles qui me touchent le plus, par leur voix et leurs paroles. J'ai eu la chance de voir Cat Power au festival (nul) We Love Green il y a deux ans et ça m'a donné envie de chialer ma mère. Cette meuf est brute de pomme mais d'une sensibilité à fleur de peau. Françoise Hardy, c'est plus la pureté de ces mélodies et la mélancolie dans ce qu'elle a de plus beau. Mon Dieu ce que je les aime, ces petites meufs... <3

Lire l'intégralité des 3 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)