Ces trucs qui me dégoûtent de façon totalement irrationnelle

Ces trucs qui me dégoûtent de façon totalement irrationnelle

Dans la vie, y a les trucs dégoûtants (comme une tomate oubliée 25 jours au frigo) et les trucs-qui-dégoûtent. Qui ne sont pas toujours très compréhensibles.

Il y a des choses comme ça qu’on ne tolère pas, qu’on n’a jamais tolérées, et pour lesquelles on refuse de faire le moindre effort de rationalisation. Des choses qui vous dégoûtent au-delà de tout raisonnement possible, qui vous crispent et vous font bien souvent passer soit pour une tarée, soit pour une grosse maniaque psychorigide à la limite de la tyrannie.

Voici quatre des choses qui me rendent dingue et me filent la nausée rien que d’y penser.

Le fond des lacs, étangs ou de la mer (quand ce n’est pas du sable)

Déjà que les fonds marins, de manière générale, ça me rassure pas des masses (et vu les poissons monstrueux qui y vivent, j’ai de bonnes raisons), mais quand en plus il faut que mes pieds entrent en contact avec un sol de consistance plutôt vague, c’est la panique absolue.

Quand y a du sable, encore, j’peux gérer. Mais quand le fond n’est constitué que d’un amas d’algues, de vase, et de trucs bizarres et indéfinissables dans lesquels tes pieds s’enfoncent, a priori sans jamais entrer en contact avec quelque chose de solide et rassurant, comptez sur moi pour foutre le camp (à toute vitesse et en hurlant comme un veau qu’on égorge, forcément).

Parce que pour moi, « grande étendues d’eau » signifie forcément « présence de créatures dangereuses, féroces et franchement dégueulasses », et sol vaseux signifie donc « ATTENTION, ILS SONT TOUS SOUS TES PIEDS ET SI TU LES ENLÈVES PAS TOUT DE SUITE TU VAS TE FAIRE ENTRAÎNER AU FOND ET MOURIR DANS D’ATROCES SOUFFRANCES ».

Il y a peu de sensations aussi désagréables au monde que celle d’enfoncer son pied dans ce genre de mélange mi-chaud mi-froid, ni vraiment solide ni vraiment mou, souvent grumeleux et qui nous pousse à hurler « Y A UN TRUC QU’A BOUGÉ, SI SI, J’TE JURE, J’L’AI SENTI » toutes les trois minutes en moyenne.

Et n’essayez pas de me faire croire qu’il ne s’agit pas d’un vaste piège à loup à l’échelle humaine, qui se referme assez régulièrement sur des nageurs naïfs et isolés, qu’on pleure ensuite en parlant de leur « disparition en mer », de leur « noyade » ou je sais pas quelle connerie. C’est l’armée de Cthulhu qui lui a chopé la cheville, ET C’EST TOUT.

Un jour je ferai exploser la vérité. Un jour. Quand j’aurai plus peur des représailles de la part des ces immondes créatures (donc jamais en fait, oui, c’est ça).

Les enfants qui mangent

Alors je sais, ça commence à faire un peu réchauffé le discours « Aaah, bâââh, les enfants c’est dégueulââââsse, c’est plein de germes et ça bave et c’est con comme un balai, beuuuh, j’préfère les chats ». MAIS.

Si j’puis m’permettre un écart, avouons quand même qu’un enfant qui mange, c’est assez CRADO dans le genre. Venez pas me faire croire que c’est au moment du déjeuner qu’un enfant atteint son pic de « Ouhlalakilétrognonjlemangeraibientoutcruhihihiiiii » : ce n’est pas POSSIBLE.

Un enfant qui mange, c’est Jackson Pollock qui peint sous crystal meth. Ils s’en mettent absolument PARTOUT, du menton jusqu’au front en passant par les cheveux et le nombril et probablement la plante des pieds — sans oublier le sol de la cuisine, le dossier de la chaise, les poignées de porte, le canapé, bref, une fois que l’enfant est couvert d’une substance quelconque, vous pouvez être sûres que ça va se propager à la vitesse d’une MST sur les plages d’Ibiza.

Le pire restant quand même la consommation de n’importe quel produit alimentaire chocolaté. Glace, crème dessert, gâteau, barre chocolatée, peu importe : à partir du moment où il y a du chocolat dans la composition du produit, c’est l’apocalypse assurée. Et comme il n’y a rien de pire au monde que l’odeur de la bave d’enfant mélangée à celle du chocolat, les gosses deviennent de véritables armes de destruction massive pour les gens dans mon genre.

Si un jour je vous fais chier et que vous souhaitez vous débarrasser de moi à tout prix, attrapez un enfant au visage couvert de chocolat, et vous me verrez déguerpir en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.

Le jus de yaourt

En théorie, je ne suis pas contre les yaourts. Leur existence ne me pose aucun problème et je prends même plaisir à en déguster un de temps en temps. En théorie.

Mais en pratique, à chaque fois que je retire l’opercule d’un yaourt, la vie me rappelle pourquoi j’ai tendance à les éviter grâce à la présence de l’inévitable jus de yaourt. Il s’agit de cette petite rivière de liquide laiteux et translucide qui recouvre chacun de tes délicieux yaourts et que tu es obligée de vider dans l’évier, ce qui mène immanquablement à la dégringolade du moitié de ton pot directement dans la pile d’assiettes sales, parce que la vie n’est qu’une chienne.

Et même si tous les parents du monde s’acharnent à nous répéter que ce n’est rien, que c’est parfaitement comestible et que « ça va pas te tuer, bon sang, tu vas pas nous faire le même sketch à chaque dîner, ça commence à devenir lassant », il est évidemment hors de question que ce liquide atteigne notre orifice buccal.

Pour moi, c’est bien simple, ce n’est rien de moins que de la transpiration de yaourt, des sécrétions proches de celles qu’on peut expulser à longueur de journée et qu’on ne verse généralement pas dans le dessert des gens parce qu’on est à peu près civilisés.

Mais les yaourts s’en branlent, ils prennent un plaisir sadique à nous faire avaler leur substance, génération après génération, sous prétexte que c’est parfaitement naturel et inévitable et que oui, bon, au pire tu vides ça dans l’évier ou tu mélanges mais ça vaaa, ça va pas te tuer.

Mais ça me rassure pas des masses, ce « ça va pas te tuer ». Parce que le jour où ma bouche entrera en contact avec du jus de yaourt, j’espère bien ne pas y survivre, pour ne pas avoir à porter ce lourd traumatisme sur mes épaules toutes ma vie, merci bien.

Respirer l’haleine des gens

Scoop : on pue tous de la gueule. TOUS. Peut-être pas constamment (sauf pour certaines personnes qui ont probablement un cimetière d’animaux calé entre les amygdales, mais ce n’est bien heureusement pas le cas de la majorité des gens), mais il nous arrive tous d’avoir une haleine de charogne. Même si on a une très bonne hygiène de vie, même si on ne fume pas, qu’on ne boit jamais de café et qu’on se drogue à la chlorophylle, il arrive toujours qu’on refoule du bec.

C’est pas bien grave, ça ne dure jamais bien longtemps, mais ça arrive. Et parfois, ça nous tombe dessus quand on est forcé d’interagir avec nos congénères. Dans ces moments là, deux solutions :

  1. On a un moyen rapide et efficace de régler ça sous la main — chewing-gum, Tic-Tac, brosse à dents ou aliment neutre qui régulera rapidement notre odeur de camion poubelle.
  2. On a rien de tout ça et on trouve des techniques pour parler dans notre barbe, ne pas parler directement en face des gens, ou parler à travers sa main, un prospectus, une feuille morte ou un bulletin de salaire.

Du moment qu’on en a conscience, y a toujours moyen d’y remédier et de minimiser les dégâts. Pour peu qu’on se trouve avec une personne de confiance, on peut aussi lâcher un « putain je pue de la gueule c’est chaud, désolée », ce qui a pour effet de détendre l’atmosphère ou de s’assurer que notre interlocuteur ne s’approchera pas de trop près pour s’éviter une confrontation désagréable avec notre puanteur.

Mais parfois, les gens n’en ont pas conscience, et viennent vous faire des petites confidences tout près des naseaux, sans la moindre considération pour votre confort, en accentuant bien chaque voyelle pour vous envoyer un souffle fermenté en plein dans la tronche.

Et parfois, ça provient de quelqu’un à qui vous ne parliez même pas, que vous ne connaissez ni d’Ève ni d’Adam, mais qui restera à jamais gravé dans votre esprit comme « l’enfoiré-e qui vous a craché sa refoulance dans la gueule ». C’est ce qui arrive assez régulièrement dans les métros ou bus bondés, quand quelqu’un bâille sans se couvrir la bouche, en expirant bien fort tout près de votre visage.

Vous sentez alors un souffle chaud vous caresser les pommettes, puis chatouiller vos narines, et si vous avez le malheur d’inspirer pile à ce moment là, vous pourrez apprécier la fragrance toute personnelle de cet-te inconnu-e qui vient vraisemblablement de se lever après trois jours de cuite et d’une alimentation douteuse. Et comme je suis pas trop branchée « contacts rapprochés forcés » à la base, atteindre un tel niveau d’intimité avec un-e parfait-e inconnu-e malodorant-e, ça me rend complètement malade.

Et c’est dans ces moments là que je me réjouis d’être freelance, sans enfants, responsable de ma propre alimentation ET de vivre dans une ville éloignée de tout lac, étang ou rivière vaseuse.

Et vous, quels sont les petits trucs anodins qui vous dégoûtent profondément et vous font perdre tout sens commun ?

Big up
a lire également
Plus d'infos ici
Viens apporter ta pierre aux 125 commentaires !

Lire l'intégralité des 125 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)

  • Fab
    Fab, Le 12 décembre 2014 à 9h08

    J'me souvenais plus qu'on avait mis Kim en photo dans cet article haha

  • _Moo_
    _Moo_, Le 12 décembre 2014 à 13h42

    Je suis la seule à ne pas aimer l'odeur de la nourriture dans les endroits confinés? Dans l'avion par exemple, sur les longs courriers, j'appréhende toujours le moment des repas, du coup, je prends un plateau sans gluten, il y a moins de sauce etc du coup, moins d'odeur. Ou encore dans les petits restaurants clos brrrr.

  • Mnémo
    Mnémo, Le 12 décembre 2014 à 13h52

    Les crabes. :shifty:

  • Delilah_
    Delilah_, Le 12 décembre 2014 à 14h07

    - Les cheveux qui sont coincés dans la bonde de la douche. Je laisse faire le chéri pour les récupérer.
    - Aller dans des toilettes public et voir qu'ils sont sales. :fear:
    - Faire la vaisselle sans gants
    - Tout ce qui est fruit de mer
    - Le bruit d'une fermeture éclair. Je peux pas, ça me dégoute, j'en frissonne.
    - Les gens qui ne se lavent pas les cheveux depuis X temps
    - Les gens qui sorte des toilettes sans se laver les mains après et qui touche à de la nourriture :sick: (Noon, tu ne toucheras pas à ma purée de carotte)
    - L'haleine des gens
    - Voir des animaux morts au bord de la route :tears:

  • MookieA
    MookieA, Le 12 décembre 2014 à 14h49

    Oh la la je viens de relire les commentaires, que d'éclats de rire:yawn:
    Comme d'autres avant moi, j'adore le jus de yaourt, c'est même ce que je préfère... :ninja: Et je trouve la vase toute douce et agréable. Je préfère ça à des galets qui font trop mal à la plante des pieds. Mais je dois être un peu bizarre.

    J'ajoute ma pierre à ces commentaires :
    Je ne supporte plus le tabac, ça me donne la nausée direct. Ce qui commence à être gênant en soirée quand la pièce devient enfumée, je fuis. Purement et simplement. Puisqu'on parle de soirée, nettoyer la soirée de la veille et SURTOUT les fonds de bouteille/fonds de verre... argh.
    C'est horrible mais je ne supporte pas l'odeur des gens mal lavés. Parfois dans les transports en commun je dois me forcer pour rester sur ma place, parce que je ne veux surtout pas "fuir" quelqu'un (c'est terriblement malpoli) mais... argh bis.
    J'ai un gros problème avec les "produits de la mer". Les œufs de poissons, les crevettes (surtout : les petits yeux noirs des crevettes qui te fixent depuis le fond du plat :sick:), le poulpe (brr ces tentacules et puis l'odeur !) ou les mollusques. Le genre de trucs que l'on retrouve souvent dans les repas de fête comme Noël :gonk:
    Mais mes pires ennemis ce sont... les bananes. Ouais, ce truc là ::banana:. Ca me dégoûte au plus haut point.

  • Jack Parker
    Jack Parker, Le 12 décembre 2014 à 12h53

    Mnémo
    Les crabes. :shifty:
    Ça tombe bien.

    (coucou c'est moi la meuf qui vient faire sa pub 8 ans après avoir quitté la boutique, ça va ou quoi ? joyeuses fêtes à toutes, bisous)

  • Mnémo
    Mnémo, Le 12 décembre 2014 à 12h55
  • Aerlynn
    Aerlynn, Le 12 décembre 2014 à 16h45

    Les trucs qui me dégouttent?
    - les gens qui mangent la bouche ouverte. y a pas que les gosses qui le font, y a des adultes aussi et qui ne se gênent pas pour parler en même temps. le tue glamour par excellence ( ou un excellent moyen pour faire un régime XD).
    - les huîtres. désolée, mais pour moi, j'ai l'impression que les gens mangent des glaviots. XD c'est visuellement et texturellement dégueulasse. et là seule fois que j'ai goûté j'ai cru que j'allais tout recracher au sol.
    -les aisselles. étant petite, j'ai le droit à une multitude de parfum sauvage dans les transports en commun. mais le pire, ça reste celui là. c'est un centre à hormones puantes qui pourrait tuer l'Amazonie s'il en avait le pouvoir.
    - Les gens qui se vident le parfum sur la tête. c'est pire que l'odeur du vomi. c'est juste insupportable. on se croirait dans le rayon parfum maison/ produit vaisselle. une bonne douche suffit amplement et à la limite quelques goûtes, mais trop, ça ne ramènera pas de charmantes demoiselles dans vos bras. et beaucoup vont spéculer sur votre propreté.
    - les gens qui renifles à répétition et craches leurs glaires. c'est juste...crade. alors, visiblement, en Chine, c'est courant. Mais, quand je vois ça dans les transports en commun, j'ai envie de leur balancer un paquet de mouchoir sur le visage. ( avec un étui en fer, histoire de leur rappeler de ne pas recommencer)
    - récurer le lavabo et la tuyauterie; bonjour l'odeur et la texture gluante.
    - avoir le malheur de mettre les doigts sur du jus de viande de plus d'une semaine, dans le frigo et d'avoir le mauvais réflexe de mettre les doigts sur la bouche:sick:

  • Aerlynn
    Aerlynn, Le 12 décembre 2014 à 17h23

    Mitchie
    - la nourriture qui reste au fond de l'évier, les reste de nourriture en général je vous dis pas le bonheur quand je bossais en restauration ou je devais jeter les restes de nourritures ou nettoyer des tables avec petits bouts de salade, sauce j'avais des hauts le coeur aussi surtout quand je nettoyais la table et qui fallait ramasse les petits bouts de nourritue, miettes avec ma main.
    .
    +1000.
    J'ai taffé au parc Disney. et le truc que je trouvais le plus dégoûtant, c'est quand tu dois venir nettoyer les tables et que des fois, tu essayes de comprendre COMMENT ils font pour te foutre du ketchup sur certaines partie de la table et comment ils rangent chez eux leur vaisselle ? est ce qu'ils ont une notion d' hygiène? ( font ils partie de la famille de Tarzan?), tant certains clients avaient le don de nous présenter une oeuvre contemporaine avec les restes de barquettes, frittes, bouts de burgers et j'en passe. Mais le pire du pire, c'est quand les poubelles débordent et qu'ils forcent au point où ça tombe par terre , autour. les gars, y a d'autres poubelles, c'est si compliqué de faire 10 m et de tomber sur une à moitié remplie? sachant que quand les gens font du forcing, ça déchire le sac plastique et que l'on devait récurer l'intérieur de la poubelle, avec toutes les morceaux de nourritures écrasés, pour ensuite remettre un sac plastique ( sur le regard impatient des clients). Je crois que je n'ai jamais autant bénis mes gants, même si ça m’abîmait les mains avec la poudre qu'il y a à l'intérieur.

  • MadmoiZelleCactus
    MadmoiZelleCactus, Le 12 décembre 2014 à 13h05

    Les trucs qui me dégoûtent ont presque tous été déjà dis je crois mais c'est pas grave je répète 8)
    - le "jus" de yaourt
    -les pieds(et surtout si les ongles sont longs, beurk)
    -les gens qui se collent à toi pour te dire bonjour (et même en faisant un petit calin des fois --->Ceci est mon corps,Dégage ! haha(sauf si c'est ma famille,mon copain et des amis très proches))
    -les gens qui mangent la bouche ouverte (oui oui,on peut bouger la mâchoire tout en laissant ses lèvres collées, ça marche !)
    -le "jus" de la balayette des toilettes :gonk:
    - boire l'eau du robinet le matin au réveil (y'a que le lait qui passe)
    -les biscuits ramollis à cause de l'emballage mal refermé
    -la vaisselle qui est là depuis méga longtemps avec des trucs bizarres au fond de l'eau ><'
    -(attention interdit aux moins de 18 ans:sexe:): le sperm (les seules fois ou j'ai essayé d'avaler j'ai cru que j'allais vomir, je crois qu'il n'éxiste rien qui ai un goût aussi ignoble :zizi:)

    Voilà je crois bien que c'est tout (c'est déjà pas mal !^^)