5 trucs qui arrivent à tous les concerts

Émilie Laystary adore écumer les salles de concert. Prestation scénique, salles différentes, acoustique variable : tout diffère à chaque fois. Tout sauf 5 trucs.

5 trucs qui arrivent à tous les concerts

Il fut un temps où je vivais tellement au rythme des agendas de concerts de ma ville que je dépensais bien plus pour aller voir mes groupes préférés que pour manger. On n’est pas sérieux quand on a 17 ans, disait l’autre. Heureusement j’avais fini par trouver un subterfuge : en m’inscrivant bénévolement dans les équipes de catering de ces salles de concerts, je pouvais 1. aider à préparer le repas des artistes (et repartir enrichie d’informations telles que : Afu-Ra déteste la limonade mais adore la sauce barbecue) 2. manger à l’oeil, 3. voir le concert gratuitement. Et puis le temps a passé, et de plus en plus de gens ont découvert le bon plan et un jour, il a fallu s’inscrire sur des listes d’attente pour avoir une chance d’être sélectionné. Alors j’ai dû trouver un autre subterfuge : maintenant je chronique des concerts pour le boulot. Oui oui, toute ma vie s’explique par mon amour de la musique; la prochaine fois je vous expliquerai peut-être comment mes grands choix ont toujours été mus par ma passion pour le saucisson sec.

Bref, de mes premières places payées avec les étrennes de l’année aux accréditations presse d’aujourd’hui, je ne me suis jamais lassée des concerts. J’entends parfois autour de moi que « les concerts de rap, c’est nul parce que le flow n’est jamais mieux que sur ton CD masterisé » ou encore que « être dans la fosse, c’est tellement fatiguant que tu ne profites jamais vraiment de la musique ». C’est souvent vrai, n’empêche que j’y retourne quand même à chaque fois. Voici 5 points communs à tous les concerts du monde, ces trucs qui font qu’on aime se mélanger à la foule autant qu’on déteste.

1. Les t-shirts de groupe

Au concert de Nicolas Jaar, je portais mon tee-shirt des Spice Girls taille L, celui que j’ai supplié ma mère de m’acheter sur un marché à Nice en 1996. Des aficionados de la fringue de groupie et autoproclamés puristes du genre m’ont fusillée du regard. Vous savez, ces gens qui se baladent en t-shirt Joy Division ou Black Lips et s’envisagent comme l’élite de la blogosphère musicale. « Tu n’es pas digne de notre groupuscule », disaient leurs regards. Sauf qu’ils ne forment pas un groupuscule mais une terrifiante masse informe de faux donneurs de leçons. Stop, les mecs.

Voir des t-shirts de groupes par ici

2. La bière

À 7 euros les 50 cl de pisse fraîche, la bière de concert n’a pas le même goût que ses consoeurs de supermarché et de brasserie. Elle sent la bonne humeur, le Graal enfin obtenu au bout d’une interminable file d’attente et les basses de la salle de concert. Souvent, elle est consommée de façon réfléchie : il ne faut pas la boire trop vite (ou alors assez vite pour avoir le temps d’en recommander une avant la fin de la première partie), mais pas trop lentement non plus (sinon elle finit tiède). Il faut la tenir solidement (sinon un connard te bouscule et tu peux toujours crever pour qu’il accepte de t’en repayer une) et ne pas tout boire goulûment (tu risquerais de finir le concert la bouche desséchée, et trop loin du bar pour aller t’en chercher une autre). Bref, la bière en concert est une véritable science. Je m’étonne encore qu’il n’y ait toujours pas eu de thèse de sociologie comportementale sur le sujet.

3. (Le plaisir de) la clope allumée en douce

Pour les fans planqués au fond de la salle, la loi Évin n’est qu’un détail. Si tu es fumeur et que tu as la chance de ne pas te situer dans l’exact champ de vision des quelques videurs qui se baladent sur les côtés de la fosse, tu pourras aisément t’allumer une petite clope sans que personne ne te grille. Le moment idéal, c’est après les 2 premières chansons. La foule se réchauffe, tout le monde est en place, la salle est maintenant plongée dans l’obscurité… alors personne ne t’en voudra d’être un hors-la-loi. Canaille, va.

4. Les gens qui suintent et donnent des coups d’aisselles pour passer devant, les grands et les coupes afro

J’ai une question : pourquoi, alors que je suis postée à ma place (ni trop près de la scène, par peur de mourir écrasée contre les barrières, ni trop loin parce que je suis un peu myope), il faut TOUJOURS qu’un joueur de basket ou une nana avec l’équivalent capillaire de 3 fois la coupe afro de Kelis se foute pile en face de moi ? Répondez moi, ceci est l’interrogation d’une vie.

Mais vous savez quoi ? Pire que ces « pollueurs de vue » (comme on les appelle avec mes acolytes de concerts) qui ne sont finalement que des perturbateurs passifs, ce sont les gens qui cherchent à tout prix à te dépasser (les perturbateurs actifs) qu’il faut absolument éradiquer. La plupart du temps, ces gens prennent la forme d’une farandole de filles qui se tiennent la main, te bousculent voire t’insultent si tu ne leur déroules pas le tapis rouge. D’autres fois, le mal s’incarne juste en la personne d’un gros balourd qui a comme sciemment omis de mettre du déodorant avant de venir. Et si comme moi tu fais 1m63, tu auras remarqué que le Grand Créateur t’a offert la taille idéale pour venir sniffer les aisselles de tes pairs. Peut-être finiras-tu consultant-e chez Narta. Après tout, tu es bien placé-e pour vérifier l’efficacité des anti-transpirants utilisés par les autres.

5. La forêt de téléphones portables

On a beau passer notre temps à louer l’avènement des smartphones, on occulte un fait de société important : les fans qui passent plus de temps à regarder le concert à travers leurs iPhones qu’avec leurs yeux. Quel est le but ? Chers fauteurs de troubles de mon champ de vision, allez-vous vraiment re-regarder le concert tout entier un soir de déprime ? Souffrez-vous d’un passéisme chronique qui vous empêche de vivre l’instant présent sans veiller à tout méticuleusement documenter ? Non je sais pas, je demande.

Vous avez déjà entendu l’histoire de ces petites Américaines qui organisent des apéro dînatoires et mettent un panier à l’entrée de chez elles pour inviter leurs convives à y laisser leurs téléphones portables ? EH BIEN je propose de faire la même chose aux concerts. Ça suffit les conneries.

Et toi, es-tu une adepte des salles de concerts ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 24 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cha690
    Cha690, Le 9 août 2014 à 0h38

    Je suis trop d'accord pour le coup du portable!! C'est quoi ce délire de filmer 2h de concert avec son smartphone??? En plus la qualité de la vidéo et du son est pourrie!! Autant pas aller au concert et acheter le dvd du concert à ce compte la. Et les gens ont pas mal au bras au bout d'un moment,? Moi ça m'agace à un point..... :slap:
    rrrr...

Lire l'intégralité des 24 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)