Ces must du romantisme devenus ringards

En cette période de love is in the air, on aimerait rendre hommage à ceux qui se sont battus pour l’amour, les pionniers du monde en rose, les as du coucher de soleil orange. Plongeons nous dans l’analyse des techniques qui faisaient un tabac à l’époque, avant qu’on vienne tout gâcher leur beau travail avec […]

Ces must du romantisme devenus ringards

En cette période de love is in the air, on aimerait rendre hommage à ceux qui se sont battus pour l’amour, les pionniers du monde en rose, les as du coucher de soleil orange.
Plongeons nous dans l’analyse des techniques qui faisaient un tabac à l’époque, avant qu’on vienne tout gâcher leur beau travail avec nos « it’s complicated » et compagnie. (tu noteras que j’ai également emprunté au passé l’expression « faire un tabac »)

Commençons par les plus beaux :

Les clichés crépusculaires

L’amour à la plage

En 1980, faire l’amour au bord de la Méditerranée c’était genre aussi classe que posséder une R11. Les filles honorées sur le sable l’écrivaient dans leur journal, avant de le raconter à leur copine Nadine en entamant un pas de twist again.
Quant au mec, j’te dis pas la classe qu’il se payait. Faut te figurer la situation :

– Eh dis donc Ricky, tu l’as emmenée où Sandrine hier soir ? 
– Ah j’te raconte pas, j’lui ai fait le grand jeu, plage, échange de chewing gum à la fraise et vas y que j’t’emballe.

Et 30 ans plus tard, va savoir pourquoi, les jeunes chantent que « baiser sur la plage, ça pue, y’a plein de rats et le sable te peel le cul ». Ah bah bravo.

Le coucher de soleil

En 1980, dire « je t’aime Martine » devant un coucher de soleil c’était l’assurance d’obtenir son jeton pour une nouvelle partie (si tu vois où je veux en venir). Pour peu que tu aies « take my breath away » qui tourne dans la R11 et la fille en avait pour un an à s’en remettre.

Le problème, c’est que plus en plus de gaziers ont compris le tuyau, profitant des jouvencelles attendries par la configuration du rendez-vous. Aujourd’hui, il reste quelques irréductibles comme il subsiste des communistes, mais la plupart du temps, le coucher de soleil n’est plus vendeur pour pécho. A moins qu’on soit à la Barbade, mais ça fait chéros le coucher de soleil (et même si y’a moyen de moyenner ensuite).


La chantilly

Tu l’auras vu au cinéma, le coup de la chantilly sur le nez c’est toujours tout bon. On a du bol, c’est pile raccord avec notre thème puisque le concept de la crème fouettée fut inventée en 1980 dans la ville éponyme de Chantilly. Dès ses premières heures d’existence, la chantilly a trouvé son public parmi les romantiques, qui voyaient en elle un bon moyen de conclure « comme dans du beurre ». Du coup, le schpritz de chantilly sur le bout du nez est devenu une référence chez les amoureux, qui batifolaient sans crainte en se tartinant le museau.

Et puis comme toutes les bonnes choses ont une fin, il a fallu qu’on mette le pied dans la soupière, nous les anciens disciples qui n’en font qu’à leur tête. Les jeunes entraînés par des actrices comme Denise Richards (qui porte sur elle sa cochonnerie) ont transformé la bombe de crème fouettée en un objet de pornographie expérimentale. Du coup, toutes les truffes naïves qui voulaient juste jouer à se faire lécher sans prétention s’en trouvèrent dépourvues, le bec dans l’eau.

Vraiment Denise, merci.

Le dîner en tête à tête

Le dîner parfait a été mis au point il y a une poignée d’années, en… 1980 bien sûr !

Au programme, Strangers in the night au piano, regards emboîtés et sourires benoîts. Pendant que Ricky donne tout ce qu’il a pour paraître le plus smooth possible, Nicole dit « oh, c’est si romantique, Rick ». Et attends, t’as rien vu qu’il pense le Rick. Prétextant un petit pipi, Monsieur fait mine de se diriger vers les toilettes et tire un serveur par la manche.

Une dizaine de minutes plus tard, quand Nicole ouvre la cloche du fromage (bon c’était censé être celle du dessert mais le serveur est pas un aigle), elle s’exclame « oh une bague ! », l’extrait du Mont d’Or dégoulinant, la suce pour en extraire le fromage et passe le tout à son doigt.

Tu vois comme c’est beau ?

Aujourd’hui, Ben Stiller qui ne respecte rien en ferait une scène comique et la fille sentirait le fromage à l’écran pendant tout le reste du film.
Les gens y respectent pu rien.


Belinda, veux-tu m’épouser ?

Avant, quand un homme formulait ce genre de proposal, Belinda n’avait pas intérêt à dire non. Déjà parce qu’il était interdit de fiche la honte à un homme, et aussi parce qu’avoir un mec c’était souvent mieux que de s’encroûter chez ses parents à 30 ans.

Donc hop, un genou à terre, la fille les yeux de larmes pleins, la voix qui tremble et tout le bastringue, en 15 secondes c’était nettoyé. Mais y’a pu de jeunesse, on l’aura compris.

Aujourd’hui Belinda a son propre appart dans la maison familiale et Rick se concentre sur sa carrière. Et quand maman dit « tu n’as qu’à tomber enceinte pour qu’il t’épouse, Belinda rétorque, amère, « il va m’dire d’avorter ».

Où va le monde quoi.

Tu es la femme de ma vie

Après documentation, il s’avère qu’historiquement, la première déclaration de ce type ait été prononcée par Sully dans Docteur Quinn femme médecin. Lors d’un plan mouillé, Sully caressait la joue de Michaela prise d’une grippe. La fièvre rendait la scène émouvante, c’est dans ces moments là qu’on se rend compte qu’on aime vraiment quelqu’un, ou pas.

La scène a été copiée par des millions de milliards d’hommes amoureux, je parie même une piècette que Ricky l’a servi à Nicole, vers 1980. Et puis comme d’habitude, ces sales jeunes sont venus tout gâcher. Et aujourd’hui, quand l’aimant prononce la formule, qu’est-ce qu’on réplique dans 67 % des cas ?

T’es gentil, mais je préfère pas augurer de l’avenir. Aimons-nous aujourd’hui, pour commencer.

Pffffffffff, trop nulle cette jeunesse.

Comme souvent, c’est nous les sales jeunes qui respectons pas les traditions, c’est à nous que revient la difficile tâche de sortir des carcans romantiques anciens.

Quels clichés romantiques nous reste-il à démonter, et quels seront les clichés de demain ? A toi d’y répondre, et n’oublie pas, tu seras forcément la Nicole des plus jeunes, un jour…

Comme souvent, c’est nous les sales jeunes qui respectons pas les traditions, c’est à nous que revient la difficile tâche de sortir des carcans romantiques anciens. Quels clichés romantiques nous reste-il à démonter, et quels seront les clichés de demain ? A toi d’y répondre, et n’oublie pas, tu seras forcément la Nicole des plus jeunes, un jour…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 14 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • DestyNova_
    DestyNova_, Le 13 décembre 2009 à 22h43

    J'ai toujours été d'accord pour dire que c'était naze tout ça, mais bon quand même ducoup le seul mec qui m'a offert des fleurs c'est le dernier, et en général, c'est moi qui paye au resto, vive le romantisme, qu'il soit moderne ou pas.

    Sinon moi, si c'est Sully qui me le dit, je veux bien être la femme de sa vie.

Lire l'intégralité des 14 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)