Ces chanteurs français qui ont survécu à mon enfance… et reviennent en 2015 — Bonus Pause Culotte

Les Innocents, colore mon monde

Les Innocents, ç’a toujours été deux tubes pour moi : L’Autre Finistère et Colore le monde, deux chansons qui se retiennent bien et qu’on peut beugler dans la voiture. Les Innocents c’est ça, des mélodies entraînantes et faciles à appréhender, des paroles que je n’ai pas toujours comprises, une guitare posée, et des tubes assurés même lorsque je n’avais pas l’âge de les comprendre.  Formé dans les années 80, dissous, réuni, le groupe des Innocents a une histoire au moins aussi longue que la foule qu’ils ont colorée.

Les Innocents se sont reformés en 2013, et ont mis quinze ans à revenir sous forme de disque. Désormais, ils ne sont plus que deux, JP et JC Urbain. Leur nouvel album, Mandarine, est sorti le 1er juin. Le premier extrait, Les Philarmonies martiennes, a tous les ingrédients pour plaire aux anciens fans, à tel point qu’il aurait pu être écrit à l’époque des grands succès du groupe. Il est rare qu’une formation musicale soit aussi fiable au cours du temps, et pour cela, je les salue.