Le cerveau d’Hugo, un docu-fiction sur l’autisme à (re)voir en replay

Le cerveau d'Hugo, docu-fiction touchant sur l'autisme et plus particulièrement le syndrome d'Asperger, est disponible en replay pendant 6 jours.

Anne, une lectrice de madmoiZelle nous a écrit pour nous inciter à nous renseigner sur le documentaire dans Le cerveau d’Hugo. Un docu-fiction diffusé hier soir sur France 2 qu’elle a vu avant tout le monde et dont elle a pu juger de l’authenticité, puisque son frère, atteint du syndrome d’Asperger (une forme d’autisme dite « de haut niveau ») et sa mère ont participé à ce film. Elle raconte que, pendant l’avant-première, elle a passé la plupart du temps à pleurer tant ce film lui a rappelé son quotidien, celui de ses parents et de son frère :

« Les moments les plus touchants pour moi étant ceux où un frère et une sœur d’une quinzaine d’années témoignent, me rappelant ce par quoi mon frère et moi-même sommes passés. »

Dans ce docu-fiction, on retrouve des témoignages de personnes autistes de tous âges, parfois accompagnées de leur famille, et des explications scientifiques. La fiction est assurée en parallèle par Le cerveau d’Hugo, film qui narre l’histoire et l’évolution d’un autiste prodige de la musique (joué par l’acteur Thomas Coumans), de sa naissance jusqu’à ses 22 ans.

Parmi les intervenants de la partie « docu », on retrouve Josef Schovanec : docteur en philosophie, polyglotte et auteur de Je suis à l’Est, livre dans lequel il raconte avec pudeur son parcours de son enfance jusqu’à aujourd’hui.

Le cerveau d’Hugo est en replay jusqu’à mardi prochain sur pluzz.tv, ainsi que le débat qui l’a suivi.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 32 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Babylonia49
    Babylonia49, Le 2 décembre 2012 à 14h10

    Je me suis décidée a le regarder, et j'ai été vraiment très émue de retrouver beaucoup des comportements de ma fille. j'ai beaucoup pleuré devant ce film et devant les témoignages, d'un coté parce que ca redonne espoir, d'un autre coté parce que ma fille ne fait pas partie de la minorité des Asperger, qu'elle ne parlera surement jamais 8 langues, et que ce docu risque de donner de fausses idées aux gens qui sont indirectement concernés par des enfants autistes (je pense par exemple aux parents d'éleves de l'ecole de ma fille, qui m'ont discretement posé quelques question sur le docu)

Lire l'intégralité des 32 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)