Celui qui… me paralysait

Cette madmoiZelle est tombée très amoureuse d'un garçon, qui n'était pas très respectueux... Et dont elle n'arrivait pourtant pas à se détacher.

Celui qui… me paralysait

Il y a quelques jours, je suis tombée sur cette lettre qu’une talentueuse madmoiZelle a rédigée.

À lire aussi : Lettre ouverte à mon ex

J’ai alors senti la petite goutte de liquide lacrymal se former sur le coin de mon œil. Puis l’envie soudaine d’écrire m’a sauté au visage, histoire de remuer une dernière fois le couteau dans la plaie.

Une rencontre particulière

Il y a maintenant plus de trois ans, j’ai rencontré ce garçon qui a chamboulé ma vie tranquille. C’est lors d’une pluvieuse journée de septembre que nos regards se sont croisés pour la première fois. Cette phrase semble tout bonnement sortie d’un film à l’eau de rose, mais c’est vraiment comme cela que ça s’est passé. J’ai tout de suite adoré son sourire, ses mains, son odeur… Ce garçon n’avait rien d’exceptionnel, je l’ai toujours su. Mais son charme naturel a réussi à faire chavirer mon cœur.

On a appris à se connaître, il me plaisait. J’aimais le faire rire et j’adorais passer du temps avec lui. Au bout de plusieurs mois de flirt, j’ai quitté mon copain de l’époque et je me suis jetée directement dans la gueule du loup.

C’est à ce moment-là que le calvaire a commencé. Le garçon tant convoité avait aussi de son côté une petite copine. J’ai donc tout d’abord commencé par être cette fille complice d’un « cocufiage » qui a duré beaucoup trop longtemps. J’étais devenue une de ces filles que je critiquais à l’époque, à coups de « Comment peut-elle faire ça ? Et la solidarité féminine ? Quand un mec est pris, on n’y touche pas ! ».

Mais j’ai plongé, tête la première. J’ai tout cru. Il disait qu’il voulait être avec moi, la quitter. Pour qu’un « nous » existe.

Alors j’ai attendu patiemment. Mais lorsqu’il l’a quittée, la situation s’est en fait empirée pour moi. Il est allé de rencontre en rencontre, revenant vers moi à chaque fois que cela se terminait.

Vous l’aurez compris, ce texte ne sera pas un texte d’amour. J’aurais aimé pouvoir raconter que j’ai vécu de merveilleux moments avec lui, ou encore que je n’ai jamais regretté d’avoir quitté un garçon qui m’aimait pour ce type qui était perdu. Mais je ne le ferai pas.

À lire aussi : Celui dont je ne devais pas tomber amoureuse

Une relation aliénante

J’ai passé deux ans à me demander qui j’étais devenue. Je nageais dans un flou total face à cette relation sentimentale qui ne menait à rien. Pas un jour ne passait sans que je ne me remette en question. Je ne comprenais pas ce qui clochait : pourquoi ne voulait-il pas de moi de manière sérieuse ? Par la suite j’ai compris que c’était lui le problème.

Avant, j’avais de la répartie, je savais ce que je voulais. J’avais un caractère fort que je revendiquais. Mais lui, il m’a bousillée, il a fait de moi un légume incapable de se réjouir des choses simples de la vie. Je n’avais plus envie de rire, plus envie de sortir. J’étais sans cesse en train de me demander où il était, et avec qui.

paralysait1

Ne pensez pas que je n’ai pas essayé de réagir. Mais avec lui, j’étais incapable de prendre « le pouvoir » plus de quelques jours. J’avais trop peur qu’il s’en aille, trop peur de me retrouver seule.

C’était étrange d’ailleurs, car avant cette histoire, le célibat n’avait jamais été un problème pour moi. J’en voyais toujours les côtés positifs. Super Connard avait la capacité de me donner de l’espoir, me jurant :

« Je te promets, c’est la dernière fois que je vais voir ailleurs. Il n’y a que toi qui compte ! »

Il y a eu de longues soirées passées les fesses sur le carrelage de ma salle de bain à pleurer à chaudes larmes, à ressentir cette sensation de vide immense. À chaque fois que je comprenais qu’il était encore parti vers une nouvelle fille, l’impression que le sol se dérobait sous mes pieds s’emparait de moi, et puis il y avait cette horrible accélération de ma respiration et l’envie de vomir qui me prenait le bide.

J’ai eu envie plusieurs fois de lui faire mal, de le voir pleurer à son tour. Mais j’avais l’impression que rien de ce que je pourrais faire ou dire ne le toucherait. Je haïssais cette relation qui m’emprisonnait mais je ne savais pas quoi faire. Alors j’ai subi plutôt que d’agir.

J’étais incapable d’en parler à mes amis, par peur qu’on ne comprenne pas, qu’on me juge et qu’on trouve juste à me dire « Arrête avec ce mec, laisse tomber ». Je ne voulais pas, et je ne pouvais plus le faire. C’était allé trop loin, je m’étais trop rabaissée. Il fallait que je réussisse à le faire réagir, peu importe comment. À ce moment-là, j’aurais juste voulu qu’il me dise qu’il m’aimait, ou alors qu’il me dise de dégager. Qu’il prenne une décision pour nous.

À lire aussi : Celui qui… ne voulait plus faire d’effort

La séparation

Puis il y a un an, il a rencontré une nouvelle fille. Mais cette fois il s’est accroché à elle, et du jour au lendemain je n’ai plus eu de nouvelles. Je ne le remercierai pas pour tout ce mal qu’il m’a fait, pour la détresse qu’il m’a causée et pour ce sentiment horrible mélangeant amour et haine qu’il m’a fait ressentir pendant deux ans, mais je dois avouer que cette histoire m’a fait grandir.

Aujourd’hui, quand j’y repense, j’ai honte. Ma fierté a pris un très gros coup. Je me déteste de ne pas avoir réagi et de ne pas avoir su comprendre qu’il vaut mieux être seule que mal accompagnée.

J’ai été horrible pour sa copine de l’époque, l’attirance que je ressentais n’excuse en rien d’avoir fait ça et je m’en voudrai longtemps. Je n’ai aucune leçon à donner car je sais que j’ai merdé de A à Z sur cette histoire, mais j’ai compris qu’un garçon qui quitte sa copine pour vos beaux yeux peut encore penser à elle, surtout quand ça n’ira pas entre vous… La question « et si j’étais restée avec la première ? » tourne parfois dans sa tête, et s’il la dit à voix haute, ça vous brisera.

paralyse2

C’est si simple aujourd’hui de me dire que tout ça n’était que du vent, et que j’ai perdu mon temps. Mais à l’époque je ne voyais rien. Et je ne pourrai jamais savoir ce qui s’est réellement passé dans sa tête pendant tout ce temps où moi j’avais mal. Quand tout allait bien entre nous j’évitais de trop discuter, je profitais. Et là aussi je n’ai pas fait ce que j’aurais dû faire.

À lire aussi : Interview d’un infidèle : H, en couple depuis 9 ans

Si je pouvais revenir en arrière

J’aimerais que la moi du passé m’entende lui crier qu’il faut se bouger, que tout sera mieux sans lui. J’aimerais lui dire de regarder autour d’elle, d’arrêter de penser que son monde s’écroule à chaque fois. J’aimerais lui dire qu’elle n’est pas seule, qu’elle a le droit d’en parler. J’aimerais lui dire que ce n’est pas grave, et qu’il ne faut surtout pas oublier de profiter de la vie.

Aujourd’hui j’ai 21 ans, et j’ai un nouveau copain depuis quelques mois, qui me donne tout l’amour dont j’ai besoin. Je continue à me demander pourquoi j’ai gâché mon temps à attendre un garçon qui n’a jamais su se rendre disponible pour moi. Mais à chaque fois que je tombe sur une photo de lui et sa copine, j’ai un pincement au cœur. Je ressens de la haine et de l’incompréhension, et j’espère de tout cœur le recroiser un jour pour pouvoir clairement lui afficher au nez le bonheur qui règne dans ma vie depuis qu’il n’y a plus sa place.

Si j’avais une baguette magique pour me ramener à ce jour pluvieux de septembre, j’éviterais de croiser son regard.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 22 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • PieMaker
    PieMaker, Le 3 décembre 2014 à 19h54

    @Billie Frechette Bon si j'ai pu te faire rire un peu, c'est déjà ça :d je ne sais pas quel âge tu as et je pense qu'on peut être dans cette situation à n'importe quel moment de sa vie, mais plus particulièrement quand on est jeune, qu'on découvre l'amour et qu'on a besoin de se sentir aimé(e) et valorisé(e).
    Moi mon ex d'avant avait détruit ma confiance en moi alors quand j'avais découvert le Prince Charmant, c'était un gros coup dur de se dire qu'en fait il ne m'aimait pas non plus (je suis trop nulle comme fille ou quoi ??? :hesite:).
    Maintenant j'ai vieilli, tout ça c'était il y a 7/8 ans mais j'y pense encore souvent alors je comprends bien :calin:
    Dis quoi que tout recommencer avec quelqu'un d'autre c'est dur mais de 1. on est des femmes fortes, pas besoin d'un mec pour être bien dans ses chaussures 2. il y a un ou plusieurs mecs géniaux qui t'attendent, qui te mettront en confiance, te respecteront et t'aimeront !

    Je suis à 100% d'accord avec la méthode d' @Azelais : pour moi c'était la photo et les romans Gossip Girl (oui bon.. :facepalm:). Et puis ouai, surtout les amis :) ça aide beaucoup

Lire l'intégralité des 22 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)