Céline Groussard, l’humoriste qui n’était pas réservée aux meufs

Céline Groussard est vraiment drôle. Et elle jouera son spectacle à la Nouvelle Seine, les mercredis de mars ! Clémence Bodoc valide sans hésiter.

Céline Groussard, l’humoriste qui n’était pas réservée aux meufs

Mise à jour du 5 février 2016 — Bonne nouvelle mes petites agnelles frisées (et mes chers bichons soyeux) ! Céline Groussard, cette pétillante comédienne qui m’a fait pleurer de rire au festival d’Avignon Off 2015 (lire ci-dessous) jouera son one woman show à la Nouvelle Seine, chaque mercredi de mars : les 2, 9, 16 et 23, à 21h30 !

Céline Groussard était déjà sur la scène du One Mad Show, pour nous parler de son rapport à la bifle. Un avant-goût (sans mauvais jeux de mots) de ce qui vous attend si vous avez le privilège de faire partie de son public…

celine-groussard-affiche-nouvelle-seine

Article initialement publié le 21 juillet 2015 — Dans la jungle des one woman show, la chasse est souvent difficile. Le risque est grand de se retrouver face à une comédienne qui me servira du « nouléfilles » pendant 1h15, à base de malheurs de célibataires, ou de galères de vie en couple bien rangée.

L’affiche de Céline Groussard m’a plutôt tentée : pas de rose à outrance, pas de pose type « mannequin », encore moins de « sexy sans le vouloir » (qui trahit souvent la conformité à une double injonction bien stupide), non : juste une meuf en patins à roulette, en robe à pois, qui fait une grimace avec un micro dans la joue. Pourquoi pas.

celine-groussard-affiche

Vraie loser, vraiment attachante

S’il y a bien un travers qui m’insupporte chez les humoristes féminines, ce sont les « fausses losers », celles dont les échecs phares consistent à « être en rendez-vous galant et se rendre compte qu’on n’est pas épilée ».

À lire aussi : L’épilation, est-ce vraiment plus « hygiénique » ?

La même avec « ne pas avoir de démaquillant dans son sac à mains », ou encore mal avoir assorti son rouge à lèvres à ses chaussures… Autant de drames qui me laissent froidement indifférente. Au mieux je m’en fous comme de mon premier tampon, au pire je me sens jugée.

À lire aussi : L’été où j’ai appris à aimer mon corps

En gros, je parle ici de toutes ces loses « exclusivement féminines », qui contribuent à enfermer les meufs dans cette catégorie fictive et bien reloue de « fiiilles ». (Avec trois « i », oui).

Céline Groussard est à mille lieues de ces clichés relous, et c’est bien pour ça que j’ai passé l’intégralité de son spectacle à rire aux éclats. Pourtant, des travers féminins, elle en a et elle en joue, mais ce n’est pas en vertu de « sa nature de fâme », mais bien à cause de son éducation dans une société qui s’évertue à faire des petites filles des images modèles !

À lire aussi : Le sexisme ordinaire dans la cour de récré — Témoignage

marine-baousson-interview-canape

« Je ferme bien ma gueule»

Vous ne voyez pas de quoi je parle ? Mais peut-être que vous vous reconnaîtrez dans son running gag qui flaire l’authentique frustration de celle qui aimerait bien avoir les couilles les épaules de s’imposer au quotidien, mais qui, plutôt que d’affronter la confrontation, bien souvent, se résout à « bien fermer sa gueule » plutôt que d’argumenter. Que ce soit face à un adulte qui prétend détenir la vérité, ou face à un•e employé•e de banque ou de salle de gym qui vous présente la facture et merci de ne pas discuter, Céline Groussard a tendance à s’écraser. Et globalement, dans la vie, nombreux seront ceux et celles qui s’y reconnaîtront aussi…

À lire aussi : J’ai Jamais Su Dire Non — Les (web)séries pas assez connues

Car ces travers ne sont pas uniquement l’apanage de la gent féminine : nombre de mecs recalés à l’examen du macho-viril se reconnaîtront sans peine dans ces loses ! D’autant que la comédienne n’oppose pas le « nouléfilles » au « voulémecs », et ne divise pas l’auditoire entre cet « eux et nous » aussi artificiel qu’agaçant, à la longue. (Bon, sauf lorsqu’elle s’en prend aux pertes blanches, mais là messieurs cisgenres excusez-nous, ça ne vous concerne effectivement pas beaucoup.)

Céline Groussard dénonce les trahisons de la condition féminine, l’omerta qui entoure encore la sexualité et les désagréments inhérents à la possession d’un vagin et d’un utérus, le tout avec une irrésistible dose d’auto-dérision.

Elle joue tous les mercredis de mars à 21h30 à la Nouvelle Seine. Un très bon moment de détente, et de franche rigolade !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mcmm
    Mcmm, Le 8 février 2016 à 16h25

    l'article m'a donné très envie d'aller voir le spectacle rien qu'à le lire...
    j'ai regardé quelques videos, dont celle de l'article, et en fait je pense que c'est pas trop mon style, j'ai pas tellement ri :/

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)