Reportage : ce que la jeunesse londonienne pense des émeutes de cet été

Les émeutes qu'a connu Londres cet été sont loin d'avoir été soutenues par la jeunesse locale - contrairement à nos émeutes de 2005. On a rencontré des jeunes Londoniens pour qu'ils nous expliquent pourquoi.

Reportage : ce que la jeunesse londonienne pense des émeutes de cet été

Début août, Londres a connu des violences urbaines qualifiées d' »une rare intensité ». De grosses émeutes ont secoué les quartiers pauvres du nord. Des jeunes sont descendus dans la rue pour saccager, piller et détruire la ville, laissant la population interdite, sous le choc, énervée et paniquée.

De notre petite France tranquille, tout ce qu’on a pu voir ce soir-là, c’est un fil Twitter de Londoniens outrés et quelques flash info imprécis.

Depuis, la presse britannique a eu le temps de théâtraliser les événements, quelques artistes s’en sont inspirés pour « créer » du beau à partir de l’ « incomprehensible », Zygmunt Bauman a pris assez de recul pour livrer son analyse sociologique des événements, des parodies circulent sur YouTube, certains émeutiers ont fait la connerie de poster sur Internet des photos d’eux posant avec leurs trésors volés et Kelis en a même remis une couche sur la question raciale.

Tout ça sur fond de désolidarisation de la majorité des Londoniens : le mouvement a suscité l’incompréhension, les Anglais ont dit avoir « honte de leur pays » et un glissement sémantique (on ne parle plus de “rioters” – émeutiers, mais de “looters” – pilleurs) s’est même opéré.

Fin août, les journaux titraient encore leur une sur les émeutes. Le mec qui regarde fixement l'objectif de mon appareil photo est peut-être Xavier de Ligonnès.

Souvenez-vous de notre « crise des banlieues » de 2005 où, à l’inverse, être lycéen et « contre » les émeutes c’était forcément être « de droite ». À l’époque, on avait tous 2 catégories de potes : les autoproclamés nihilistes qui se réjouissaient du bordel ambiant (« autant que ça pète ») et les modérés, qui sans pour autant rejoindre la périphérie et aller brûler des voitures à Roubaix, exprimaient un minimum de sympathie pour nos jeunes cagoulés.

La jeunesse londonienne, elle, a condamné quasi unanimement les incartades de ses révoltés. Pourquoi ?

En attendant de comprendre les facteurs sociétaux qui distinguent la Grande-Bretagne individualiste de notre France plus État providentiel, de relire la psycho-géographie de Guy Debord et de saisir tous les rouages du mythe du self-made man britannique, voici un micro-trottoir de quelques jeunes londoniens que j’ai rencontrés pour leur demander leurs avis sur les événements.

Mara, 27 ans, mexicaine qui vit à Londres depuis une dizaine d’années

Qu’as-tu pensé des émeutes ?

Personne ne les a vues venir. C’était dingue. Maintenant qu’elles sont passées, je pense qu’elles sont vraiment le résultat des récentes politiques de rigueur mises en place par Cameron. C’est vrai que tout le monde connaît dans son entourage au moins une personne au chômage et qui galère à trouver un job. À ça s’est ajoutée une baisse de budget dans beaucoup de secteurs du pays : l’éducation, les transports en commun, la police.. Y’a eu un ras-le-bol.

Comment tu as réagi, toi ?

Je pense qu’on a tous trouvé ça un peu flippant que soudainement, un groupe de personnes décide que la seule façon de se faire entendre, c’est de tout casser dans les rues. Et puis, ils étaient tous jeunes, ils avaient genre 15 ans – tu sais, cet âge où tu ne mesures pas les conséquences de ce que tu fais. Je pense d’ailleurs que la possibilité d’être attrapé ne leur avait même pas traversé l’esprit. C’était fou et incontrôlable.

Vraiment incontrôlable ?

À cette époque de l’année, tout le monde était en vacances. La police a essayé de contenir les débordements avec le même effectif que si ça avait été une manif. Enfin, j’ai ma théorie là-dessus.

Comment ça ?

La police a subi des réductions d’effectifs ces derniers temps. Je pense, et je ne suis pas la seule, qu’ils ont délibérément choisi de ne pas trop couvrir les émeutes, comme pour rappeler leur utilité dans la société. C’était une stratégie très intelligente. Les gens se sont mis à demander à tout-va « mais où est la police, mais où est la police ? » « Ah bah oui, vous voyez qu’on a besoin d’un service d’ordre » était le message principal.

Est-ce que tu as une forme de sympathie pour les émeutiers ?

Le discours très en vogue, c’est de dire que leur mouvement était apolitique et qu’ils n’étaient qu’une armée de petits voleurs. Je ne suis pas d’accord. Effectivement, ils ne disposaient pas d’un discours rationnel – mais quoi, est-ce que quand tu grandis isolés et sans repère, avec des parents à la dérive et sans boulot, tu es un gosse qui rationalise ? Non. Par contre, tu nourris une haine au fond de toi, c’est elle qui te dirige dans la vie. Cette haine, c’est elle qui a fait sortir les gens dans la rue. Cette haine est politique.

Ashley, 16 ans, collégienne

Comment tu as vécu les émeutes ?

J’ai passé mon temps devant les news et sur mon téléphone, à envoyer des SMS pour m’assurer que tous mes potes habitant dans les quartiers chauds allaient bien. Mais j’arrive toujours pas à comprendre comment tout ça a pu arriver.

Comment ça ?

Que les gens détruisent la ville dans laquelle ils vivent, ça me dépasse. J’ai entendu à la télé plein de gens dire « oui, c’est parce qu’ils en ont eu assez des plans d’austérité ». Je n’y crois pas du tout.

Qu’est-ce que tu penses, alors ?

Je pense juste qu’ils ont pris ce prétexte comme une grosse excuse pour voler. Faut pas croire qu’ils sont engagés. Ils voulaient juste avoir des écrans plats et des consoles de jeux vidéo.

Kabir, 21 ans, épicier

Quel est le profil de ceux qui ont participé aux émeutes ?

C’est simple : 1. des chômeurs, 2. des gens qui n’ont été élevé que par un parent, 3. des paresseux qui ne veulent pas travailler et veulent avoir de l’argent rapidement sans morfler 16h / jour comme nous dans cette boutique.

On parle pourtant d’une austérité anglaise qui a mis les gens à bout.

Mais n’importe qui peut aller à l’université ou ouvrir une épicerie ! Tout saccager n’est pas une solution. Bon, je vous laisse, j’ai des clients.

Margaux, 23 ans, expatriée française à Londres, étudiante en arts

Qu’est-ce que tu as pensé des émeutes ?

J’étais en France chez mes parents quand ça s’est passé. Je ne sais pas encore bien ce que j’en pense. Mais y’a deux choses que je ressens : une forme de satisfaction et de soulagement de constater que même dans une société aussi rangée et individualiste il est encore possible de se soulever, et de la perplexité devant les journaux français qui ont dit que les Anglais soutiennent tous Cameron. C’est faux : je connais énormément de gens qui en sont terriblement déçus.

Morgan, 27 ans, tout juste sorti de son club de fitness à Hackney

T’as pensé quoi des émeutes ?

Une belle mascarade juste pour choper des trucs gratuitement et les revendre sur eBay.

Ça partait pas aussi d’un ras-le-bol face aux restrictions budgétaires ?

Mais les gens demandent trop ! Notre gouvernement laisse beaucoup de choses à notre disponibilité. Nos infrastructures, les aides qu’on reçoit et les institutions de notre pays marchent bien. Regarde aux États-Unis ! Ils doivent 10 fois plus se démerder que nous. Est-ce qu’ils sont en train de tout péter dans New-York pour autant ? Non, parce qu’ils sont plus perspicaces.

Tu condamnes donc le comportement des émeutiers.

Ce qu’ils ont fait est injustifié. Ils ne vivent pas dans la misère ! Certains d’entre eux viennent sûrement de familles très modestes, mais pour le reste : ils sont tous issus de la classe moyenne et voulaient juste s’amuser un peu pendant leurs vacances. Je sors de ma salle de sport, l’abonnement est à 15 livres le mois. Y’a plein de trucs comme ça dans Londres, le niveau de vie n’est pas si insoutenable. Faut juste chercher à s’occuper, et dignement.

Chercher à s’occuper ?

Je dis pas qu’ils ont pas le droit d’être en colère, tu vois. La colère, c’est un truc sain dans la vie. C’est un truc moteur. Ça te fait avancer, sinon t’es juste un crouton endormi. Je dis simplement qu’ils doivent faire autre chose de cette colère. Sortir, faire du rap, pousser de la fonte, peu importe. Faut vous auto-éduquer, les mecs. L’éducation est une arme.

Sanjee, 24 ans

T’as pensé quoi des émeutes ?

Ces gens sont aussi ridicules qu’immatures. Si quelque chose les dérange dans notre gouvernement actuel, il suffit de manifester non ? Personne n’interdit les manifestations. Mais voler à tout va et à des gens qui ne leur ont rien fait… ça me dépasse.

Ça ne marche pas toujours, les manifestations.

Mais au moins, rien n’est cassé et y’a pas de blessés.

Qu’est-ce qu’ils ont volé exactement ?

Des télés, des ordi, des trucs électroniques, des survêtements… D’autres trucs aussi. Tout ce dont ils avaient besoin. En gros, ils ont fait leurs courses.

Tu as l’air outré.

Pendant les émeutes, je me dépêchais de rentrer chez moi, tous les soirs après le travail. J’ai la chance de vivre dans un quartier qui a été épargné par les violences. Mais j’ai des amis qui travaillent dans des boutiques, et elles ont toutes fermé plus tôt pendant les émeutes. Tout le monde avait peur de se faire assiéger. C’était vraiment n’importe quoi.

Alex, 26 ans, tenant à rester anonyme

Est-ce que tu considères les émeutes comme un événement politique ?

Non, je ne vois que du pillage généralisé. Le seul truc vaguement politisé là-dedans, c’est leur posture : ces mecs ne croient pas en leur avenir, donc ils se fichent de foutre la merde au présent.

Selon toi, c’est le manque de perspective professionnelle qui les a conduit à descendre dans la rue ?

Ils pensent que les opportunités professionnelles n’existent pas pour eux en Angleterre. Sans vouloir offenser qui que ce soit : je pense qu’ils se gourent. Il y a des opportunités. Il faut juste s’estimer assez pour essayer de les saisir. Eux ont grandi dans des quartiers isolés où ils ont fini par noyer leur ennui et leur chômage dans une vision intellectuellement confortable : « personne ne veut de nous ». Ils se complaisent là-dedans.

Shawn, 22 ans, étudiant en économie

C’est quoi ton avis sur les émeutiers ?

Ils doivent être tous arrêtés. Ce qu’ils ont fait est inadmissible. On ne peut pas laisser ça impuni, sinon ils recommenceront.

Les gens autour de toi pensent tous comme toi ?

Oui. Personne dans mon entourage ne trouve d’arguments pour défendre les émeutes. J’ai rencontré un gars qui y a participé à une soirée, mais c’est tout.

Il t’a parlé de ses actes de vandalisme ?

Il bombait le torse. Il m’a dit « hey mec, j’ai fait partie des émeutiers ! » OK, c’est une façon de parler de tout et de rien en soirée, mais ça ne fera pas de lui mon pote. Ils doivent être tous arrêtés, c’est comme ça.

Rory, travaille dans une maison de disques

Est-ce que toi aussi tu te sens désolée à propos des émeutes ?

La seule chose qui me gêne, ce sont ces pauvres petits commerces indépendants qui se sont fait voler. Du reste, je comprends.

Donc les émeutiers avaient de justes raisons d’être énervés ?

Je suis très en colère contre le gouvernement actuel. Les émeutes, fallait s’y attendre. L’EMA (Education Maintenance Allowance) a été supprimé, les tensions sociales sont fortes dans les quartiers pauvres, et le gouvernement continue ses restrictions budgétaires. Les émeutes sont un juste retour de bâton : Cameron ne croyait quand même pas que toute cette merde qu’il essaye de nous faire avaler n’allait pas lui exploser à la figure un jour, si ?

Y’a des gens hyper socio-démocrates qui proposent plutôt la manifestation comme signe de protestation.

Ahahah, non mais bien sûr : les émeutiers s’y sont mal pris ! Ils auraient dû se faire des couronnes de fleurs et défiler calmement dans Notting Hill, en chantant à chaque croisement de rue pour prier le dieu Cameron de bien vouloir les écouter ! Les gens qui « comprennent la colère des émeutiers » mais « sont contre la violence » sont des abrutis qui font de la politique depuis leur canapé ou leur compte Twitter.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 10 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Caliodë
    Caliodë, Le 8 novembre 2011 à 14h10

    Merci pour ce reportage, c'est super interessant.

    Je n'ai pas d'avis sur leurs propos, ce sont leurs avis, et comme je n'avais pas accès aux infos pendant le mois d'Aout, je n'ai rien suivi des émeutes.

    Par contre, le commerçant m'a fait bien rire avec son "Les émeutes ? Ce sont des gens qui ont été élevés par un seul parent". HAHAHA
    Comme si il n'y avait pas énormément d'enfants mal éduqués qui ont 2 parents, et des parents seuls qui savent éduquer leurs enfants...

Lire l'intégralité des 10 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)