Carrière ET famille, j’ai décidé de tout choisir

Mathilde a toujours voulu faire une grande carrière et avoir une grande famille, tout en doutant que cela soit possible. Jusqu'à ce qu'un livre lui montre qu'elle pouvait tout choisir.

Carrière ET famille, j’ai décidé de tout choisir

Il n’y a pas si longtemps, j’étais de ces jeunes femmes à l’aise dans le système scolaire, puis universitaire ; celles qui représentent 60% des diplômé•e•s de master, et qui malgré tout se sentent obligées de refréner leurs ambitions professionnelles.

Mais ça, c’était avant que je ne lise Choisissez tout, de Nathalie Loiseau.

Une enfance privilégiée

Enfant, on ne m’a jamais dit : « Tu ne peux pas, tu es une fille ». Avec mon frère, de deux ans mon cadet, nous jouions autant aux Barbies qu’aux petites voitures. J’avançais dans la vie sereinement, avec passion et enthousiasme, incapable de penser qu’être une fille pourrait me porter préjudice en quoi que ce soit.

Ambitieuse ? Je l’étais. Je voulais tout. Un grand métier — juge, journaliste, prof, pourquoi pas avocate, ou même diplomate. Une grande maison, une famille nombreuse. Au collège, j’ai entendu parler de Sciences Po, cette école magique qui me permettrait de ne pas choisir entre toutes mes vocations.

À lire aussi : J’ai testé pour vous : l’éternel échec à Sciences-Po

Vu de ma campagne normande, il paraissait inaccessible, ce concours que seuls 10% des meilleurs élèves de France réussissent. Mais je ne savais pas que c’était impossible, alors je l’ai fait ! À seize ans j’ai passé le bac, le concours, et quelques semaines après, je faisais ma rentrée à SciencesPo.

carriere1

J’ai mis longtemps à comprendre que l’ambition féminine était un sujet tabou. Encore plus longtemps à réaliser que ce tabou n’avait pas lieu d’être. J’étais de celles qui pensaient que le féminisme était dépassé, que la lutte était gagnée. J’avais tort, tellement tort.

À lire aussi : « Femmes contre le féminisme » : décryptage d’un paradoxe

Et puis soudain, le gouffre

Alors que j’entamais ma deuxième année à SciencesPo, mes parents ont divorcé. C’était il y a deux ans. Mes certitudes ont alors volé en éclats, et je me suis retrouvée face aux conseils contraires de mes parents. J’allais apparemment devoir choisir entre deux voies.

À l’injonction paternelle de faire une carrière passionnante se superposait la supplication maternelle :

N’oublie pas ta famille. Moi, j’ai choisi de travailler à mi-temps pour pouvoir m’occuper de mes enfants, et je ne regrette rien.

Je ne savais plus, j’étais perdue.

J’avais toujours mes rêves de petite fille, je voulais toujours faire une grande carrière, et je voulais toujours une grande famille. Que faire ? Sacrifier l’une pour l’autre ? Laquelle ? Et puis d’abord, d’où me venaient ces ambitions contradictoires ? Du modèle que j’avais intériorisé ? De la grande maison où j’ai grandi avec mes deux frères, de mes parents, qui, je le pensais, avaient trouvé l’équilibre parfait pour finalement le faire exploser ? Au prix de combien de sacrifices leur mariage avait-il tenu jusque-là ?

Ne jamais avoir d’enfant, j’y ai songé de plus en plus sérieusement. Mais pourquoi fallait-il que je ressente cet embryon de décision comme un sacrifice suprême ? Adapter ma future carrière à l’envie d’avoir une vraie vie de famille, j’y pensais aussi. Et voilà le plafond de verre, auquel se heurtaient toutes mes perspectives d’avenir. Si j’abandonnais un tant soit peu de mon ambition pour avoir des enfants, comment pourrais-je dire à ma fille qu’elle pouvait faire tout ce qu’elle veut, alors que moi j’aurais renoncé ? Serais-je une mauvaise mère en ne le faisant pas ?

À lire aussi : Je ne veux pas d’enfants, et alors ?

J’ai enragé en réalisant que ces questions qui me torturaient, mes camarades masculins ne se les posaient même pas. Je n’envisageais mon avenir qu’en termes d’obstacles et de choix déchirants, pendant qu’eux préparaient méthodiquement les moyens de réaliser leurs ambitions.

Je suis devenue féministe. J’ai lu Simone de Beauvoir, admiré Olympe de Gouges, suivi les traces des suffragettes. Je me suis indignée de la culture du viol, de la réification du corps des femmes et des catalogues de jouets bicolores. J’ai appris à mon petit frère à ne plus faire de blagues misogynes, même si ce n’était « que pour rire ». Mais mon grand dilemme, je l’ai tu. Je l’ai remis à plus tard, consciente qu’un jour, j’allais devoir faire un choix, et que quel qu’il soit, il serait forcément déchirant.

Je me suis cherché des modèles, des exemples à suivre. Mais les seules femmes auxquelles j’étais confrontée avaient soit choisi de ne pas avoir d’enfant, pas de famille, pas d’attache, soit n’avaient plus le moindre temps libre, la moindre joie de vivre, voire finissaient par faire un burn out. Aucune d’entre elles ne me faisait vraiment envie. Tout concilier semblait impossible.

carriere2

À lire aussi : Chef d’entreprise (ou cadre sup), un métier toujours très masculin

Nathalie Loiseau

Et puis je vous ai entendue, vous, à la radio. Nathalie Loiseau. Alors que vous veniez d’être nommée directrice de l’ENA, la journaliste ne trouvait rien de mieux à vous poser que des questions sur votre vie privée. Mon sang de féministe n’avait fait qu’un tour, mais déjà vous répondiez. Une réponse magique.

Pendant longtemps j’ai refusé de répondre à cette question, mais aujourd’hui, au nom de toutes ces jeunes femmes qui se posent la question et qui sont tentées de baisser les bras, je vais vous répondre. Oui, c’est possible, vous pouvez tout avoir.

Je n’étais plus seule au pied de mon dilemme. J’ai revu mes projets, mes ambitions, mes envies, à l’aune de ce nouveau champ des possibles.

Un an a passé, j’ai continué SciencesPo, suis entrée en master, ai commencé à préparer les concours de la haute fonction publique. Et puis j’ai rencontré un mentor, un vrai. Une prof qui a commencé son cours en nous parlant de carrière et de vie de famille. En nous disant que c’était possible, qu’elle l’avait fait. C’est elle qui m’a parlé de votre livre. Je l’ai dévoré dès le lendemain.

Déculpabiliser, ce mot miracle

Choisissez tout, c’est d’abord un témoignage. Celui d’une femme à la carrière exceptionnelle. En 26 ans de diplomatie, Nathalie Loiseau a travaillé sur les cinq continents, gravi peu à peu les échelons de la très haute fonction publique, jusqu’à devenir en 2012 directrice de l’ENA. Mais c’est aussi et surtout un plaidoyer. Plaidoyer pour l’ambition féminine, contre l’autocensure des femmes. À toutes celles qui se demandent comment elles vont essayer de concilier leur vie professionnelle et leur vie de famille, à toutes celles qui se préparent dans l’angoisse à des choix déchirants sur leur avenir, Nathalie Loiseau répond : choisissez tout.

Il y avait dans ce livre tout ce que je voulais savoir, toutes les réponses à ces questions que je n’osais plus me poser.

J’ai réalisé toutes les fois où j’avais « fait la fille », c’est-à-dire refusé de m’imposer sous le coup d’une humilité intériorisée malgré moi. J’ai mis des mots sur mon syndrome de la bonne élève, celle qui ne tente rien tant qu’elle n’est pas sûre de réussir.

J’ai réalisé que je n’avais pas à être parfaite dans tout ce que je faisais et allais faire. En un mot, j’ai dé-cul-pa-bi-li-sé !

Et quand on n’a plus besoin d’être parfaite, tous les horizons s’ouvrent : plus besoin d’être une mère modèle pour avoir une famille épanouie, plus besoin d’être une employée en tous points exemplaire pour faire une belle carrière. Ces modèles si forts, si pesants, n’en étaient pas.

Déculpabiliser, ou comment s’enlever une épine du pied en un seul mot bien placé.

Et puis surtout, il y a eu cette phrase miracle, celle qu’on ne m’avait jamais dite, et qui pourtant change tout :

Celles qui expliquent qu’elles en bavent pour concilier toutes leurs vies en une disent aussi la vérité, mais une vérité qui fait peur et qui omet un point-clé : si elles trouvent encore de l’énergie à jongler avec toutes leurs contraintes, c’est qu’elles y trouvent aussi du plaisir. Souvent qu’elles en sont heureuses.

L’ambition sous son meilleur jour

Et mon fameux dilemme ? Envolé lui aussi, en une autre phrase un peu plus loin :

Se voir avec plaisir plutôt que par devoir, ce fondement de toute relation affective durable et agréable, c’est, aussi, ce qu’une vie professionnelle bien remplie a réussi à nous offrir, à ma famille et à moi. Pourquoi ne pas le dire ?

Et me voilà qui respire, enfin.

Alors, merci. Merci de m’avoir montré qu’il est possible de tout choisir. Moi à qui on répétait si souvent que je ne pouvais pas avoir le beurre, l’argent du beurre, la crémière et son magasin, je m’en vais de ce pas oser, rêver, et changer le monde. À ma manière, à mon échelle. Pas pour faire plaisir à qui que ce soit, pas en me demandant si j’en suis ou non capable, mais parce que je le veux, tout simplement.

Pour aller plus loin…

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 53 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Tàri Alcarin
    Tàri Alcarin, Le 10 mars 2015 à 22h26

    @Fab pourquoi ne pas organiser une rencontre avec elle et des Madmoizelles, sur le modèle de ce qui avait été fait avec Najat Vallaud-Belkacem ? En invitant des madmoizelles jeunettes, comme @Melissa qui a rédigé cet article, mais aussi des madz plus âgées, qui travaillent déjà, sont plus proches de la trentaine, et que ces sujets touchent plus directement au quotidien.[/QUOTE]

    OWIII :paillettes:une rencontre avec Nathalie Loiseau :paillettes:

Lire l'intégralité des 53 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)