Californication

Hank Moody, la quarantaine, séparé de Karen (Natascha McElhone, vue dans Solaris ou The Truman Show), la mère de sa fille, Becca, 12 ans, mais aussi auteur à succès incapable d’écrire le moindre mot depuis sa rupture. La parfaite petite famille américaine ?… Pas si sûr. Le Hank, depuis qu’il a perdu l’amour – c’est […]

Californication

Hank Moody, la quarantaine, séparé de Karen (Natascha McElhone, vue dans Solaris ou The Truman Show), la mère de sa fille, Becca, 12 ans, mais aussi auteur à succès incapable d’écrire le moindre mot depuis sa rupture.


La parfaite petite famille américaine ?… Pas si sûr.

Le Hank, depuis qu’il a perdu l’amour – c’est un grand romantique, contrairement à ce qu’on pourrait en penser au premier abord, a décidé d’attraper toutes les femelles qui lui tournent autour. Et hop, un p’tit coup par-ci, un p’tit coup par-là. Glamour.

Faut dire qu’il sait y faire, le coquin, question séduction.

Son seul vrai problème : il est toujours raide dingue amoureux de son ex. Elle qu’il n’a jamais demandé au mariage et qui a fini par tomber dans les bras d’un riche entrepreneur. Qu’elle va épouser – même si on sent vite qu’elle-même n’est pas spécialement convaincue.

La vie est une chienne.

Sexe, drogue et putain de casting

Californication, ça transpire le sexe (mais pas du cul pour le cul, faut-il le préciser), ça raconte aussi le cynisme désabusé de la quarantaine. Les erreurs passées, qu’on paie au quotidien, la recherche des ressorts pour… rebondir, une relation père-fille loin des clichés habituels.

Californication, c’est aussi un putain de casting : le retour de l’impeccable Duchovny, la confirmation d’Evan Handler, l’agent d’Hank (le mari de Charlotte dans Sex and The City) mais aussi Madeleine Martin, la fifille à son papa, qui une fois n’est pas coutume, campe une ado crédible (= intelligente, censée et le franc-parler qui va avec).

Ca sonne juste

Des séries, j’en ai avalées… des toutes pourries (pas longtemps) et d’autres qui m’ont rendu accro… mais celle-là est de LOIN celle qui me parle le plus. Tout en elle résonne juste : la trame, les relations entre les personnages, les tentatives de Moody de récupérer sa chère et tendre, son mal-être matiné d’humour et d’auto-dérision…

Je pourrais parler des heures de Californication, mais je risque surtout de te spoiler à tout va. Donc la meilleure chose à faire est encore d’essayer de te procurer les épisodes sur le net et de savourer, en espérant que ce soit Canal+ qui le diffuse en France, avec un doublage et une VF digne d’intérêt et pas censurée à tout bout de champ, comme a pu le faire TF1 avec Heroes, par exemple.

Le teaser de la série

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 134 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Langeleyes
    Langeleyes, Le 25 janvier 2012 à 12h59

    J'ai commencé Californication il n'y a pas si longtemps ! Je suis à la saison 3. La saison 5 vient de sortir, je suis impatiente de rattraper mon retard !
    Honnêtement je trouve le couple Hank/Karen magnifique. C'est tellement fusionnel.

Lire l'intégralité des 134 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)