3 raisons de voir le film Ça même si vous avez peur des clowns

Par  |  | 17 Commentaires

Ça, le film avec le clown KIFÉPEUR, éclate tous les scores au box-office. Vous voulez le voir mais vous avez peur de faire pipi sous vous ? Mymy vous le conseille malgré tout... Parole de coulrophobe !

3 raisons de voir le film Ça même si vous avez peur des clowns

Depuis la sortie aux États-Unis du film Ça version 2017, l’Internet ne tarit pas d’éloges sur cette nouvelle adaptation du diptyque horrifique de Stephen King.

Le long-métrage a réalisé des scores historiques de fréquentations, et ça pourrait bien n’être qu’un début puisqu’il ne sort en salles que ce 20 septembre 2017 en France, après de nombreuses avant-premières !

Vous l’aurez compris, Ça promet d’être le it-movie (vous l’avez ?) de cette fin d’année.

Mais voilà, il y a toute une frange de la population qui n’aime pas les films d’horreur et/ou a très peur des clowns et se retrouvera donc exclue de la hype.

Comme moi quand Star Wars 7 est sorti et que j’ai dû redire à tout le monde que j’aime pas la saga. C’était une triste période.

À lire aussi : Je n’aime pas « Game of Thrones » (mais ça va, merci)

Alors j’ai décidé d’essayer de te convaincre, toi, mauviette patentée, et toi, coulrophobe avéré•e, d’aller voir Ça même si tu te feras un peu pipi dessus. Car je hais les films d’horreur, j’ai peur des clowns, j’ai vu Ça

Et j’ai pas juste survécu : j’ai adoré !

1. Ça n’est pas (juste) une histoire de clown

Replaçons un peu les choses dans leur contexte : Ça, ce n’est pas l’histoire d’un mec déguisé en clown qui piège des enfants.

À lire aussi : Un enfant déguisé en Grippe-Sou le clown maléfique, pour ne plus dormir de la nuit

Ça n’est pas un humain, c’est une entité maléfique qui, un peu comme un Épouvantard, peut prendre l’apparence de ce qui effraie le plus un enfant. Car il se nourrit de la peur qu’il génère.

Et son influence ne s’arrête pas aux plus jeunes : l’esprit néfaste de Ça se diffuse dans toute la ville de Derry, où il se passe bien plus de choses tragiques que dans le reste des États-Unis.

En luttant contre cette chose qui prend souvent la forme d’un clown, les enfants de Ça ne font pas que se défendre : ils tentent de rétablir un semblant de normalité dans la ville qui abrite leur famille, leurs amis…

Ça, c’est une histoire de passage vers l’âge adulte, d’entraide, d’amitié. C’est l’histoire de cet été où tout bascule, où on quitte l’enfance pour grandir un peu, sans devenir adulte pour autant.

À lire aussi : Cet été qui a changé ma vie — Témoignages de madmoiZelles

C’est aussi émouvant que flippant, et il serait très réducteur de ne considérer Ça que comme un film qui fait peur !

2. Ça, le film avec les gosses les plus chouettes de l’année

C’est pas simple de faire un film avec des enfants. J’en parlais dans ma critique de l’excellent Mary : l’équilibre entre un gosse intelligent, débrouillard, et un gosse trop malin pour être réaliste est délicat à trouver.

Tous les enfants de Ça, qui forment le Losers’ Club, le Club des Ratés en français, ont leur propre personnalité, leurs démons et leurs atouts. Pas facile de les présenter tous les sept, même en 2h15 de film.

Mais même si le réalisateur s’attarde sur certain•es membres du club (Bill, le « héros », Beverly et Ben, notamment), tous les Losers ont le droit à leur propre petite histoire, et c’est chouette !

Le seul moyen de garantir l’immersion dans Ça, c’est de créer assez d’alchimie au sein de cette bande de bras cassés (littéralement) pour qu’on s’y attache. Et le pari est réussi.

Mon petit préféré, ça a toujours été Richie Tozier, le rigolo de la bande qui ouvre toujours sa bouche avant de réfléchir, incarné ici par Finn Wolfhard de Stranger Things. Et il est PARFAIT !

J’avais beau être en PLS à cause du clown et des jump scares, Richie m’a plusieurs fois fait mourir de rire, et le reste de la salle aussi.

En parlant de clown et de jump scares, d’ailleurs…

3. Ça ne fait pas TROP peur (enfin si) (mais ça va)

Je déteste les films d’horreur. Je suis totalement incapable de me forcer à regarder s’il y a des jump scares ou des trucs flippants, et je ne ressens aucun plaisir à avoir peur.

Bon, j’ai quand même été voir Ça parce que je suis une grosse fangirl de Stephen King, en me disant que j’allais passer un mauvais moment. Mais au final… ça allait… à peu près !

À peu près.

En fait, les jump scares sont vraiment amenés de façon « conventionnelle » donc ça me laissait le temps de me cacher les yeux (en laissant les coins de l’écran visibles pour faire genre je suis l’intrigue alors que j’ai envie de crever).

Non j’ai pas honte écoutez on ne lutte pas contre sa nature.

À lire aussi : Pourquoi aime-t-on autant les histoires effrayantes, les films d’horreur, tout ce qui fait peur ?

Une fois que le moment BOUH ÇA FAIT PEUR FORT ET VITE est passé, l’action se pose et il est possible de regarder ce qui se passe — même si y a un clown, oui, et même s’il méchant, oui. Car on VEUT savoir ce qui arrive aux Losers !

En plus du clown, Ça prend diverses formes et certaines sont plus flippantes que d’autres, selon votre sensibilité. Il y en a deux qui ne m’ont pas du tout fait peur, et une qui m’a terrifiée… On verra lesquelles vous font couiner !

Bonus : Ça rend hommage à l’œuvre de Stephen King

Je le mets en bonus parce que je me doute que pas mal d’entre vous n’ont pas lu Ça et ne sont pas forcément familier•es de l’œuvre de Stephen King.

Mais quand on l’est, ce film est un délice. (Pas comme l’adaptation de La Tour Sombre) (ouin.)

En premier lieu, Ça est très fidèle au bouquin, et les changements effectués sont à mon sens très pertinents.

Par exemple, là où un enfant a peur des loups-garous, le film lui invente une nouvelle terreur, plus proche de ce qui effraie les gens à notre époque. C’est nécessaire pour qu’on continue à être impliqué•e dans l’angoisse.

Mais au-delà des détails, Ça est surtout fidèle à l’esprit des œuvres de Stephen King. Cette petite ville polluée par un mal inquiétant, cette bande de gosses unie envers et contre tout, ces adultes démissionnaires…

Si on s’attache tant aux Losers, c’est parce que Stephen King les a bien écrits et qu’Andy Muschietti, le réalisateur de Ça, leur a donné vie avec talent. Et si Grippe-Sou nous terrifie, c’est pour les mêmes raisons !

À lire aussi : Découvrez Castle Rock, la série basée sur Stephen King signée J. J. Abrams !

Je ne peux donc que vous conseiller de :

  1. Prendre votre courage à deux mains et aller voir Ça au cinéma
  2. (Re)lire les romans et pourquoi pas (re)voir le téléfilm avec Tim Curry, en attendant la suite de Ça, que j’ai hâte de voir sur grand écran !
  • 1/3Ça (coffret 2 volumes)17.50 €ACHETER
  • 2/3Ça (téléfilm) — DVD7.71 €ACHETER
  • 3/3Ça (téléfilm) — Blu-ray14.24 €ACHETER

Alors… prêt•es à flotter dans les égouts de Derry avec le Club des Ratés ?

À lire aussi : 5 bons films d’horreur qui sont aussi de bons films tout court

7 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu’elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.


Tous ses articles

Commentaires
Forum (17) Facebook ()
  • Lacus_Clyne
    Lacus_Clyne, Le 23 octobre 2017 à 20h21

    J’avais eut un peu peur en regardant la bande annonce mais j’ai trouvé cette adaptation plutôt satisfaisante.

    Le côté années 80 ne m’a pas spécialement dérangé : cela transparaît surtout via le projecteur de diapositives qui remplace l’album photo et la montre digitale d’Eddy, deux éléments bien intégrés dans le suspens.

    J’ai trouvé biens rendu les personnages de Bill, Beverly, Eddy et Richie même si je le trouve moins présent que dans le livre.
    Même si ça n’a pas de grosse incidence, Stan a été plus remanié.
    Je suis plus mitigée concernant Ben et Mike : Il est évident qu’on ne peut pas découper le film comme le livre, mais les informations des inter parties qui concernent Mike adulte sont attribuées à Ben enfant. Dans la première partie Ben est clairement l’intellectuel de la bande, est ça ne choque pas trop, mais le film fait l’impasse sur des intrigues importantes le concernant (le barrage, les dollars d’argents,...) et finalement le rôle global de Mike s’en trouve appauvri.

    Par contre il y a beaucoup de clins d’œil au livre bien intégrés : la bande à Bradley, la statue, la fonderie,... L’ambiance de la ville glauque, et ses adultes blasés, est bien rendue.

    La bande à Henri est pas mal (ce mulet) et c’est sympa (façon de parler :rire:) d’avoir rajouter Patrick qui manquait dans le téléfilm.

    Spoiler: par contre (spoil)

    Je ne le conseillerais pas à une grande fan du livre mais sans soucis à mes amis qui sont peu lecteur.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!