Britney Spears : les joyeux détails de son procès pour harcèlement sexuel

Fernando Flores, ancien garde du corps de Britney Spears, a porté plainte contre elle en septembre 2010 pour harcèlement sexuel. Aujourd'hui, nous découvrons les détails de la plainte.

Lorsqu’on a appris qu’un ancien garde du corps de Britney portait plainte contre elle pour harcèlement sexuel, ça nous a un peu fait ricaner. D’une part parce qu’il y a plein de gens qui cherchent par tous les moyens à 1) se faire remarquer et 2) extorquer de l’argent et d’autre part parce qu’imaginer Britney Spears en exhibitionniste nymphomane, ça prête plutôt à rire.

Mais c’est bien la preuve qu’on réagit bien trop différemment quand on entend que la plainte pour harcèlement sexuel vient d’un homme.

Le site Radar Online, spécialisé dans le scoop intrusif façon TMZ, a révélé les détails du procès, et nous savons aujourd’hui pourquoi Fernando Flores a décidé de traîner Brit-Brit au tribunal.

On y apprend donc que l’hygiène de Britney laisse parfois à désirer. Elle ne se lavait pas pendant des jours, n’utilisait pas de déodorant, ne se brossait pas les dents, et ne portait ni chaussures ni chaussettes. En plus de ça, elle fumait comme un pompier, lâchait des caisses et se curait le nez sans s’inquiéter de la réaction des personnes présentes. Et comme si ça ne suffisait pas, elle parlait comme un camionneur.

Mais ça à la limite… on sait depuis longtemps que les filles ne font pas des prouts en fleur. C’est surtout la partie « harcèlement sexuel » qui devient « intéressante » (dans le sens où on ne sait pas trop si on imagine très bien Britney faire ça, ou au contraire, pas du tout).

Elle se promenait régulièrement nue ou à moitié nue, se penchait pour ramasser des objets et en profitait pour exposer son intimité non couverte à son cher garde du corps, l’accueillait à poil dans sa chambre et lui faisait des avances… Il s’est également retrouvé spectateur des actes sexuels de Britney, comprenant, mais ne se limitant pas à, des actes de copulation décomplexée.

Le plus étonnant dans l’affaire, c’est peut-être la réaction des gens. Les commentaires du genre

« Mais il est gay le type ou quoi ? Si j’étais le garde du corps de Britney, et qu’elle se trimballait à poil devant moi en me demandant de la baiser, j’hésiterais pas une seconde », « [Fernando Flores] est un trou du cul, Britney est tout simplement à l’aise avec son corps, et avec ses employés »

ou encore, et c’est si beau à lire

« Mr. Fernando Flores a déjà bien de la chance qu’on l’ait laissé entrer sur le territoire américain, il devrait plutôt penser au trou à rats dont il vient avant de parler de la saleté de Britney ».

Hmmm, délicieux. Si Britney avait été un homme et Fernando une femme, on aurait eu affaire à une toute autre sorte de commentaires. Mais bon, c’est bien connu, les hommes ne peuvent pas être victimes de harcèlement sexuel et s’ils refusent de coucher avec une femme, c’est qu’ils sont gays. Et hop, c’est tellement plus simple comme ça, c’est réglé.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 15 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Caliodë
    Caliodë, Le 1 août 2011 à 14h32

    C'est exactement pour ce genre d'article que je lis MadmoiZelle. Un magasine féminin, parfois féministe, mais qui représente un respect hommes/femmes et groupes/individus qui en fait un des rares lieux que je connais où l'on peut s'épanouir femme sans jamais dénigrer les hommes.

    Que ce soit Jack Parkers pour cet article, Maïa pour sa volonté de popularisation du féminisme et de la masturbation, Fab pour son refus de publicité pour produits amincissants et toutes les auteures des articles "nique les complexes", je vous remercie du fond du coeur de nous prouver qu'il existe des personnes sensibles aux difficultés actuelles de s'affirmer dans son sexe sans colporter de préjugés.
    Je vous aime.

Lire l'intégralité des 15 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)