Cinq des meilleurs films de l’année pour 30€ à la FNAC

Tu n'as pas encore fait tes cadeaux ? Voilà qui tombe à pic !

Cinq des meilleurs films de l’année pour 30€ à la FNAC
L'affiliation sur madmoiZelleCet article contient des liens affiliés : toute commande passée via ces liens permet de contribuer au financement de madmoiZelle. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Plus que quatre jours avant Noël.

Personnellement, à part une box OtheatrO pour ma mère, je n’ai encore RIEN acheté. Autant te dire, douce lectrice que je n’en mène pas large et que je redoute de faire les magasins samedi, quand TOUTE la France sera en train de shopper.

Heureusement, la FNAC a pensé aux procrastinateurs comme moi, et te propose un méga bon plan de Noël : l’achat de 5 DVD pour 30€.

Autant dire trois fois rien !

Pour accéder à cette offre, clique sur ce lien qui te donnera accès à tous les DVD qui composent l’offre !

En attendant, je t’ai listé mes préférés ci-dessous.

Le sens de la fête, entre cynisme et légèreté

Le Sens de la fête, c’est le dernier bébé d’Eric Toledano, et Olivier Nakache, les réalisateurs de Nos Jours HeureuxTellement proches et Intouchables.

Les deux compères sont adeptes d’un cinéma familial, tendre et parsemé d’humour. Ce nouveau film ne fait pas exception à la règle.

Porté par Jean-Pierre Bacri, Jean-Paul Rouve, et Gilles Lellouche (entre autres talents), Le Sens de la fête suit les péripéties de Max, un traiteur qui exerce depuis 30 ans.

Un nouveau défi s’offre à lui : organiser un mariage sublime dans un château du 17ème siècle. En bon professionnel, Max a pensé à tout. Mais c’était sans compter sur la loi des séries…

Heureusement, tous les employés ont en commun leur joyeux sens de la fête !

Drôlissime, légère et un rien grinçante, cette nouvelle comédie a été imaginée en 2015, en plein chaos social. Eric Toledano et Olivier Nakache ont pensé leur oeuvre comme un remède anti-déprime et c’est franchement efficace.

Leur regard bienveillant agit comme une vraie cure de bonheur. Moi, j’en redemande !

Call Me By Your Name, la fiction érotique

Italie. Été 1983.

Un jeune homme passe ses journées dans la demeure familiale, sorte de villa du XVIIème siècle perdue dans les pins parasols.

Elio Perlman a 17 ans et aime lire, flirter avec son amie Marzia, écouter et jouer de la musique classique. Elio a les boucles romantiques et chez lui, on parle anglais, italien et français.

Un jour, Oliver, un Américain aux qualités physiques indéniables, vient travailler auprès du père d’Elio pour préparer son doctorat.

Entre les deux corps réchauffés par le soleil sec de l’Italie, le désir monte…

Outre la performance des acteurs et l’intrigue, ce qui marque c’est la réalisation de Luca Guadagnino.

Le cinéaste, soucieux de rendre son travail le plus solaire possible, a préféré le 35 mm au numérique. Ce qui réchauffe chacune de ses images.

Tous les visages baignent perpétuellement dans la lumière franche de l’été. Seuls les canapés et les meubles anciens apportent un peu d’ombre à ce décor brûlant, qui invite à l’amour et à la sieste.

Bref, TOUT est bien dans Call Me By Your Name, qui demeure mon film préféré de 2018.

La Forme de l’eau, la romance poétique

Réalisé par Guillermo de Toro, cette romance impossible a été nommée dans 13 catégories aux Oscars.

Et si tu veux mon avis, c’est mérité !

La Forme de L’Eau, suit les pérégrinations d’une modeste employée d’un laboratoire gouvernemental ultra secret.

Elle mène une existence solitaire, d’autant plus isolée qu’elle est muette. Sa vie bascule à jamais lorsqu’elle découvre, avec sa collègue, une expérience encore plus secrète que les autres…

J’en ai pleuré tellement c’était joli !

The Greatest Showman, le spectacle de l’année

The Greatest Showman n’est pas un film au scénario surprenant. Mais après avoir râlé (et réfléchi), je me suis dit : qui a besoin d’un plot twist insolite quand on s’en prend autant plein les yeux et les oreilles ?

Les chansons oscillent entre empouvoirement et émotion (j’ai versé ma première larme au bout de 5 minutes, merci de contacter le Guiness World Records).

Les chorés sont top, les personnages extrêmement attachants, même ceux que vous serez amené•es à détester !

Mention spéciale pour Keala Settle, qui joue Lettie Lutz (la femme à barbe) et m’a vraiment vidée de mes larmes (de bonheur) avec LA chanson du film que j’ai eu envie de crier dans la rue en sortant du cinéma.

L’Île aux chiens, le génie animé

La grippe canine se répand comme la peste, dans la ville de Megasaki, au Japon. Le maire prend une décision radicale : la mise en quarantaine de tous les chiens, sur une île au large de la ville.

Les animaux pleins de puces y vivent parmi les déchets, cherchant le moindre petit aliment en putréfaction pour se nourrir et survivre.

En parallèle, Atari, un jeune garçon de 12 ans, vole un avion et fonce sur l’Île aux chiens pour retrouver son plus fidèle compagnon : un fier et brave toutou du nom de Spots.

Arrivé sur l’île, Atari rencontre 5 chiens qui l’aideront à rechercher Spots et à démêler la sombre conspiration menaçant l’île, Megasaki, et leur survie…

L’Île aux chiens a des airs de grande aventure. C’est une odyssée tendre et palpitante qui questionne le rapport des hommes à leurs compagnons à quatre pattes.

Comme à son habitude, Wes Anderson déploie tous ses talents de conteur d’histoire. Et le résultat est saisissant.

Voilà, douce lectrice. Tu n’as plus qu’à faire tes emplettes de Noël !

J’espère que cette sélection t’a plue.

Commentaires

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!