« Le trop grand vide d’Alphonse Tabouret », une BD tendre et drôle sur le sens de la vie

Aujourd'hui, Lucie vous présente l'un de ses livres préférés du monde. Il s'agit du Trop grand vide d'Alphonse Tabouret, une bande dessinée qui lui chatouille le coeur.

« Le trop grand vide d’Alphonse Tabouret », une BD tendre et drôle sur le sens de la vie

J’ai pris pour habitude de plutôt vous présenter des nouveautés dans mes articles, mais aujourd’hui, j’ai décidé de m’autoriser une petite entorse à mon règlement personnel. Je souhaite vous faire découvrir Le trop grand vide d’Alphonse Tabouret, de Sybilline, Capucine et Jérôme d’Aviau, aux éditions Ankama, une de mes bandes dessinées préférées de la vie.

trop-grand-vide-aphonse-tabouret

Un matin, un tout petit machin se réveille mais ne se souvient de rien. Il a tout à apprendre de la vie. Il se retrouve face à un grand Monsieur, qui lui révèle que c’est lui qui l’a créé mais aussi nommé Alphonse Tabouret. Puis, lassé du sale caractère de sa créature, ce mystérieux créateur finit par laisser Alphonse en plan, livré à lui-même.

Alphonse commence à se sentir de plus en plus seul. Il est triste de n’avoir personne avec qui parler. Il décide de se lancer à la poursuite du grand Monsieur et croise sur son chemin une palette de bestioles toutes plus farfelues les unes que les autres. Alphonse va ainsi avancer à petits pas dans la vie, surmonter toutes les épreuves qui lui barreront le passage fin de comprendre d’où vient le bonheur.

le-trop-grand-vide-aphonse-tabouret-visuel2

Une quête initiatique qui dépoussière le genre

Le trop grand vide d’Alphonse Tabouret est une curiosité littéraire difficile à faire rentrer dans une case définie. Roman graphique ? Texte illustré ? Pour enfants ? Mais entre nous quand on en commence la lecture, cela n’a plus vraiment d’importance. On se laisse embarquer dans le petit monde singulier de notre nouvel ami Alphonse.

Le récit prend l’allure d’une quête initiatique dans laquelle un personnage évolue et grandit grâce à sa compréhension progressive de lui-même et du monde qui l’entoure. Mais si cette caractéristique propre aux contes traditionnels peut paraître grandiloquente et surtout poussiéreuse, il n’en est rien ici puisqu’il n’y a pas d’aspect proprement didactique. On se contente de suivre le parcours d’un petit personnage attachant et de constater que, tiens, ça ressemble beaucoup à une quête de soi, et à la nôtre, qui plus est.

Alphonse chemine à travers les méandres de la vie avec une naïveté touchante qui déguise des réflexions profondes sur le sens de la vie aussi essentielles que : de quoi avons-nous besoin pour être heureux ?

le-trop-grand-vide-aphonse-tabouret-visuel3

Un livre pour les petits comme pour les grands

Si le livre, par cette dimension initiatique, semble de prime abord être adressé à la jeunesse, il chatouille aussi le coeur des adultes par la justesse de ce qu’il raconte. Les joies et les petits bonheurs d’Alphonse, mais aussi ses angoisses et ses peines, entrent en résonance avec nos sensibilités, nos histoires de vie. La langue a les accents d’une tendresse enfantine (tout en jouant sur les mots avec virtuosité), comme pour asséner avec toute la simplicité du monde les vérités sur la vie.

Ce vide que subit Alphonse, on ne le connaît que trop bien. Qu’il soit amical, affectif, ou plus profondément ancré en soi-même, ce vide est à l’image de nos propres errances, et le livre devient ce petit coup de coude qui permet de repartir de l’avant.

À lire aussi : Comment survivre à une période de transition – Hippie Jack

Un univers graphique très riche

Alphonse est un digne héritier du bonhomme bâton, extrêmement dynamique et expressif. Il parcourt des forêts touffues, des décors où l’on accorde de l’importance aux détails. Des pages très noircies côtoient en toute modestie des pages beaucoup plus épurées. Les illustrations sont parfois en pleine page, d’autres fois dans des cases… et d’autres fois encore inexistantes.

Le livre est d’un graphisme particulièrement étonnant, ce qui correspond à merveille au côté atypique de l’histoire elle-même. Une histoire qui est d’ailleurs constituée uniquement de dialogues, comme dans une pièce de théâtre — le grand théâtre de la vie — ce qui participe à la jovialité débordante de la bande dessinée.

le-trop-grand-vide-aphonse-tabouret-visuel1

Le Trop Grand Vide d’Alphonse Tabouret est un livre dont on ressort galvanisé•e. Il nous enveloppe dans un cocon douillet de tendresse infinie, de légèreté et de douceur, pour mieux nous rappeler que le bonheur se trouve un peu partout si l’on se donne la peine d’ouvrir les yeux, et qu’il est propre à chacun. Une petite promenade bucolique sur le chemin de la vie aux résonances universelles, et un livre qui fait un bien fou.

On vous avait déjà parlé d’Alphonse Tabouret dans une sélection de BD qui rendent heureu•x•ses et dans le top 5 des BD d’une madmoiZelle. N’hésitez pas à y jeter un œil pour plus d’idées lecture !
Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 4 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Gadda
    Gadda, Le 4 février 2016 à 10h18

    Moi aussi c'est ma BD préférée de la vie !! <3
    Elle semble enfantine mais est très poétique et philosophique ! Et les dessins sont époustouflants (celui qui a été choisi pour image de tête de l'article, lorsque Alphonse et la créature regardent dans la flaque et l'on voit une forêt sous-marine *-*).

    J'aime tellement cette BD que je songe très sérieusement à me faire tatouer une endive ("Tu vois, nous, on s'aime" "Ben moi j'aime les endives!").

Lire l'intégralité des 4 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)