Les attentats du 13 novembre et l’après, vus par Internet

Des articles, des tweets, des dessins, des posts de blogs, qui parlent des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Et des jours qui ont suivi et suivent encore.

Les attentats du 13 novembre et l’après, vus par Internet

Photo de home : Les photos de Miquette

On ne va pas mentir : hormis les rares moments où j’ai mangé et dormi, ce week-end, j’étais scotchée à l’actu. Comme beaucoup d’entre vous, probablement. J’ai beaucoup lu, beaucoup regardé, beaucoup remonté de fils d’infos. Ça n’a pas fait que du bien. Mais c’était en quelque sorte une nécessité.

Ce matin, je ne savais pas ce que je pourrais écrire sur les attentats du 13 novembre à Paris.

Certain•e•s d’entre vous ont envie de savoir, de comprendre la mécanique de l’horreur. D’autres encore ont besoin de gens à qui ils pourraient s’identifier, d’émotions derrière les faits froids. D’autres enfin voudraient juste qu’on les réconforte. Le mieux semblait donc être de vous montrer les contenus qui m’avaient marquée, ce week-end et aujourd’hui.

Ceux qui aident à comprendre (un peu). Ceux qui aident à réaliser, ce qui rendent un peu d’humanité à la barbarie et qui, parfois, aident à pleurer. Les hommages, pour garder en tête des images un peu moins laides. Et enfin les messages d’espoir, parce qu’il en faut, et parce qu’il faut toujours répéter que l’Islam et le terrorisme ne se tiennent pas main dans la main.

À lire aussi : Le lundi le plus long — Retour à la rédac, avec vous

Lisez les contenus dont vous avez besoin, laissez tomber les autres, gardez-les plus plus tard si vous le voulez. N’hésitez pas à nous proposer les vôtres, on pourra compléter cette liste.

Les décryptages, pour les adultes et pour les enfants

  • Le blog L’École de demain a compilé tous les textes et articles susceptibles d’aider les enseignant•e•s à expliquer la tragédie aux élèves. Ce sont des outils, pas des formules magiques, mais si vous avez des enfants dans votre entourage et/ou si vous travaillez dans l’éducation, ça peut servir.
  • Playbac Presse a sorti des numéros spéciaux du Petit Quotidien, de Mon Quotidien, et de L’Actu. Le tout est accompagné d’un texte pour aider les parents qui se demandent comment expliquer les attentats à leurs enfants. Les trois journaux sont en téléchargement gratuit sur leur site.
  • Marc Trévidic, ancien juge d’instruction au Tribunal de grande instance de Paris au pôle antiterrorisme, analyse les attentats face au système judiciaire. Attention, mieux vaut lire cette interview si vous avez réussi à prendre un peu de recul, ou la mettre de côté pour plus tard, pour éviter de re-sombrer dans une ambiance anxiogène. — L’interview de Marc Trévidic, à lire sur Les Échos

À lire aussi : Le Petit Journal décrypte la propagande de Daech, l’État Islamique

Les jours d’après dans les yeux des Parisien•ne•s

  • Sophia Aram, la chroniqueuse de France Inter, a écrit son billet matinal ce lundi 15 novembre. Un texte préventif sur ceux qui seraient tentés de se désolidariser. « Je ne sais pas si j’ai le courage » en est le maître-mot. Pour l’écouter, c’est ici.
  • La Une pudique de Libération au lendemain des attentats.

Ceux et celles qui ont écrit sur le vendredi 13 novembre

À lire aussi : Mon vendredi 13 novembre 2015, entre la rue et l’hôpital — Témoignage

  • Le photojournaliste Dominique Faget, photographe de guerre pour l’AFP, raconte lui aussi les coulisses de la soirée. À travers quelques clichés troubles, il explique pourquoi la guerre n’est pas encore dans notre pays, et livre à sa façon un peu d’espoir. — Pour lire son témoignage, « Guerre et guerre »
  • Les spectateurs du Bataclan qui ont survécu à l’attaque terroriste sont nombreux à avoir témoigné dans les médias. Trigger Warning : certains textes présentent des détails qui peuvent choquer les plus sensibles d’entre vous.
    • Stéphane, 36 ans, était au Bataclan vendredi soir. Il s’en est tiré, ses amis dont il a été séparé aussi. Il a voulu écrire une lettre ouverte, pour les personnes décédées autour de lui, pour les survivant•e•s, pour l’unité et la paix.
    • Isobel Bowdery, une Sud-Africaine de 22 ans, était aussi au Bataclan et a souhaité délivrer un message d’espoir et de tolérance, en anglais. (Attention, une photo de sa tenue ce soir-là qui peut choquer.)

Les hommages sur le web

  • Le photographe Manu Wino était au concert du Bataclan. Il s’en est tiré. Il a photographié la salle alors que le concert battait son plein et que les gens étaient heureux. Il a posté les clichés de ce moment de bonheur en accès libre. Ils sont libres de droit. Par respect pour les victimes, il est interdit d’en faire une utilisation commerciale. Pour voir le portfolio : EAGLES OF DEATH METAL – Paris Le Bataclan – 13 Novembre 2015
  • Le dessinateur Joann Sfar a publié sur son compte Instagram une série de dessins au lendemain des attentats. Dimanche 15 novembre, il s’est aussi rendu dans les rues de Paris pour croquer la vie avec son trait sensible.

joann-sfar-attentats-13-novembre

  • Pour celles et ceux qui nous demandaient de la musique : le musicien et bassiste américain Thundercat a composé un morceau en hommage à Paris.

  • La Une de Charlie Hebdo du mercredi 18 novembre 2015 a été dévoilée ce mardi. Riss, le directeur de la rédaction, a expliqué à Libération : « […] Sans s’en apercevoir, les Parisiens de 2015 sont un peu devenus des Londoniens de 1940, déterminés à ne pas céder, ni à la peur ni à la résignation, quoi qui leur arrive sur le coin de la figure. C’est la seule réponse à faire aux terroristes. En rendant vaine la terreur qu’ils essayent de créer. »

Pour celles et ceux qui ont besoin de bonne humeur

À lire aussi : Les trouvailles d’Internet pour mieux commencer la semaine #248

  • Radio Nova a lancé une collecte de « Lettres à Paris » pour celles et ceux qui ont envie et besoin d’écrire. Des mots doux, des rêves, des bons souvenirs, racontés par des habitant•e•s de Paris ou par des gens qui n’ont fait qu’y passer. Toutes ces lettres sont relayées sur le Twitter @lettreaparis.
  • Le YouTubeur Pouhiou a posté sur sa page officielle des « conseils pratiques à propos du traumatisme ». N’hésitez pas à les lire, et à consulter si vous en ressentez le besoin.

À lire aussi : La #GrosseTeuf n°1 en photos — Hommage au Bataclan

Les appels à la tolérance : ne faites pas d’amalgame

  • De son côté, Streetpress veut se souvenir de l’opération #PorteOuverte et lance un appel à la solidarité. Car il faudra le dire, le dire encore et le répéter : ne faites pas d’amalgame, c’est tout ce qu’ils attendent. — « GARDONS NOS #PORTESOUVERTES », à lire sur Streetpress
  • L’association des Étudiants Musulmans de France a écrit un slam et réalisé une vidéo pour exprimer son émotion et affirmer sa solidarité, propulsée par le hashtag #NousSommesUnis. Le texte est slammé par Nadjib Bedani, un étudiant toulousain.

  • Sophie-Marie Larrouy balance de son côté son message de tolérance, avec ses mots, sans fard, sans sensiblerie.
  • Enfin, cette belle leçon d’humanité donnée par une femme âgée interrogée par BFM ce lundi. Si belle qu’elle a été relayée à fond sur Twitter. À écouter et à appliquer tous les jours, tant qu’il le faudra.

attentats-banner

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Freehug
    Freehug, Le 18 novembre 2015 à 15h58

    Lamina
    La proposition a été sérieusement lancé par Laurent Wauquiez
    .............Tiens, je l'avais pas vue passer celle-là. Ca va la récupération, ça se passe bien ?

    "Ces individus étaient tous fichés" -> On n'en sait rien
    "Je demande à ce qu'ils soient internés" : selon cet article du Monde, "Le cas de la fiche S est particulier : il s’agit de personnes que l’on (la France ou un autre pays, puisque ce fichage est européen) soupçonne de visées terroristes ou d’atteinte à la sûreté de l’Etat (ou de complicité), sans pour autant qu’elles aient commis de délit ou de crime. Elles peuvent ainsi être de simples relations d’un terroriste connu".
    "un opposant actif à la construction de l’aéroport à Notre-Dame-des-Landes peut se retrouver fiché S".

    Enfin, bref, interner tous les fichés n'est même pas possible. Ni souhaitable.

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)