Comment ne plus avoir la gueule de bois — La leçon de la semaine, par Sophie Riche

La gueule de bois, c'est pas drôle, alors Sophie t'aide à éviter ce fléau tout pourri.

Comment ne plus avoir la gueule de bois — La leçon de la semaine, par Sophie Riche

Ok alors, préambule à cette leçon de la semaine : l’alcool c’est pas que rigolo. Je ne ferai en aucun cas ici l’apologie des spiritueux, vraiment, parce qu’ils ne font vraiment pas que du bien, et parce qu’il est évidemment possible de s’amuser sans. De ouf.

À lire aussi : Je suis alcoolique — Témoignage

Sérieusement, je préfèrerai mille fois être du côté des personnes qui préfèrent le goût de n’importe quel jus de fruits que celui du vin ou de la bière, mais bon bah c’est pas mon cas. Je sais que vous savez faire la différence entre des blagues et conseils autour de l’alcool et en faire l’apologie, mais j’préfère toujours être trop prudente (voire un peu relou) que pas assez.

Je veux le bien de ton corps et de ta santé et de ton foie

Je veux le bien de ton corps et de ta santé et de ton foie (et de tout le reste aussi parce que des fois, l’alcool, ça fait dire et faire des trucs sacrément bêtes et vilains). Oublie jamais que l’alcool est à consommer avec modération. Mais si t’oublies, alors cet article a pour but de t’aider à gérer les conséquences. Voilà, c’est un discours relou, mais c’est un point important.

J’adore les apéros entre copains. J’aime trop ça. On y rigole beaucoup, on y mange plein de choses que j’aime bien, et globalement j’aime ces moments où je suis entourée des gens super chouettes qui font partie de plus ou moins loin de ma vie.

Le truc que j’aime moins bien, c’est le lendemain de l’apéro. Déjà, parce que j’ai chaque fois le contre-coup de han nan c’est déjà fini c’était si bien hier je veux y retourner, mais pas que. Dans mes apéros à moi, y a un truc qui vient parfois troubler la fête le lendemain : l’alcool.

Dans mes apéros à moi, y a un truc qui vient parfois troubler la fête le lendemain : l’alcool.

L’alcool qui, consommé en trop grande quantité, fiche la gueule de bois. Et autant rigoler avec les copains en se resservant une binouze, c’est sympa, autant passer les trois-quarts de la journée qui suit à comater sans être vraiment productive et l’autre quart assise sur les toilettes à, enfin j’vous fais pas de dessin, c’est nettement moins sympa.

bourree en amourMoi en fin de soirée (non (non vraiment pas (en vrai je sue, j’ai le maquillage qui coule, je sens la transpiration et j’ai la gueule comme de la viande d’un kebab)))

Heureusement, avec le temps, j’ai mis au point des petits tours de passe-passe qui m’aident à me réveiller le lendemain comme une fleur des prés désireuse de vivre avec ardeur et fraîcheur (enfin, à peu près, quoi). Mais ça implique beaucoup de travail PENDANT l’apéro. Attends bouge pas, j’te montre.

À lire aussi : Mad Gyver – Je me remets d’une cuite

Si l’apéro est chez toi

Si l’apéro est chez toi, c’est presque trop facile, de prime abord, parce que t’es chez toi. Mais tu sais aussi que tu n’as pas de trajet à faire un peu sobre avant de retrouver ton lit, et y a moyen de se mettre la tête à l’envers à, du coup, baisser ta garde.

Sans la crainte de vomir dans le uber ou de prendre le métro dans le mauvais sens, de s’endormir dedans et de se perdre à tout jamais, on est moins anxieuses et plus détendues et plus aptes à dire « allez, rhabille-moi la gamine » quand Jean-Jean demande qui reveut du rosé. Moi, ce que j’essaie de faire, c’est de :

  • prévoir PAS MAL à manger. Des cakes, des blinis, des tartines, des salades de pâtes ou de riz ou de pois chiche, du houmous… Que ce soit diversifié, et un peu gras pour tapisser l’intérieur de l’estomac mais pas trop sinon c’est la gerbe.
  • laisser de l’eau sur la table et remplir la bouteille ou carafe dès qu’elle est vide. Loin des yeux, loin du coeur : si tu vois pas l’eau dans ce genre de contexte, tu auras peut-être moins le réflexe d’en boire (moi c’est mon cas en tout cas), et mine de rien, s’hydrater pendant l’apéro, c’est 50% du travail de non gueule de bois. Crois-moi.
  • prévoir des softs sans alcool, déjà pour tes potes qui boivent pas d’alcool, et puis aussi pour les autres, et pour toi. Ça peut pas faire de mal. Personnellement, j’ai toujours plein de jus au frais (et j’parle pas d’ma piss- bon sang mais quelle vulgarité) et j’ai sous le coude cette recette de limonade à la menthe fraîche et au sirop d’érable de la super et talentueuse et drôle Marilou, de Trois fois par jour, que je compte tester très rapidement.

À lire aussi : Recettes (en vidéo) de cocktails d’été 

bree« J’ai fait une tarte pour pas qu’on soit trop bourrés. »

Si l’apéro est dans un bar

L’inconvénient, quand l’apéro est ailleurs que chez soi (d’ailleurs, je dis apéro mais ça marche aussi avec soirée, tsé), c’est que forcément, tu contrôles moins. Mais tu peux contrôler quand même par exemple en…

  • mangeant un petit casse-croûte avant, voire une grosse assiette de pâtes ou de riz ou de ce que tu veux, en fait, selon ton appétit et l’heure de la journée, pour te caler un peu et ne pas commencer à boire le ventre vide.
  • alternant un verre d’alcool et un verre de soft dans tes commandes au bar. Bon, c’est pas la méthode la plus imparable, parce que le soft, ça se boit bien plus vite que l’alcool. Enfin, je trouve. D’ailleurs, j’aimerais trop que tous les bars du monde proposent aussi les softs en pinte, et pas que les bières. Je les boirais toujours plus vite qu’une pinte de bière, mais bon, ça me durerait plus longtemps.
  • attendant cinq minutes avant d’aller se rechercher un verre. Ça marche principalement si le bar dans lequel tu vas est en service au comptoir, ou si les serveurs et serveuses ne viennent jamais d’eux-mêmes voir aux tables. Cinq minutes à partir du moment où tu te dis « tiens, j’irai bien me rechercher un verre ». Perso, je sais pas si t’es comme moi, mais j’ai toujours un besoin compulsif d’avoir un truc à manger ou à boire (avec ou sans alcool, hein). Même dans la journée, c’est rare que je me resserve pas direct en soda, en eau ou en Perrier quand mon verre est vide. Alors cette technique du « j’attends un peu », c’est celle qui marche le mieux, chez moi, parce que les cinq minutes se transforment vite en dix puis quinze puis vingt, parce qu’il y a souvent une conversation qui m’intéresse et me fait rester un peu plus à la table. Ça vaut ce que ça vaut, mais ça étale le nombre de consommations que je prends. Et ça bah. C’est finalement bon pour les finances et pour le foie et pour la productivité du lendemain.
  • demandant des verres d’eau aux serveurs (ou en ayant une bouteille remplie dans ton sac)

himymBarney reluquant un peu trop intensément le sandouiche à Marshall et regrettant de pas avoir mangé un casse-croûte avant de venir.

Si l’apéro est chez un copain

Ça met pas toujours super super à l’aise de mettre une carafe d’eau sur la table quand on n’est pas chez soi et que tout le monde est au picrate. On a vite fait de se prendre des réflexions genre « oh eh regardez-la la Monique Kasslambianss, tu crois qu’on t’a pas vu mettre de l’eau sur la table ».

Je dis ça mais perso, j’ai pas ce genre de copains. Mes copains ils font pas ça, déjà parce qu’ils boivent de l’eau, tous les jours, et puis en plus parce que bon bah, ils affichent pas les gens comme ça devant tout le monde. Si ça te met pas à l’aise Thérèse, tu peux en revanche…

  • comme avant d’aller au bar, manger un petit truc avant, ou, si tu as peur de faire deux repas, demander à la personne qui t’invite si elle a prévu à manger ou s’il faut manger avant. Combien de fois je me suis retrouvée à rogner les pieds de table parce que j’avais rien mangé et qu’il y avait rien à se mettre sous la dent ? Pffft, tellement que j’en ai perdu le compte.
  • aller faire des tours dans la cuisine pour te servir des verres d’eau (en plus y a toujours une contre-soirée là-dedans, je sais pas pourquoi (moi je sais que j’y suis beaucoup parce que j’espère toujours qu’il y a des pizzas en train de cuire au four et que je pourrais être une des premières servies)).
  • rapporter une bouteille d’alcool si tu le souhaites, mais une bouteille de soft et un petit truc consistant à grignoter, c’est bien aussi. Tu peux choisir de ramener les trucs de ton choix, selon ton budget, tes envies, et ton estimations de ce qu’il y aura sur place. Exemple : une bouteille de vin et une baguette de pain. Une bouteille de bière et une bouteille de jus de fruits. Une bouteille de jus de fruits et un cake. Enfin tu vois le style.

superheroes hangoverTout aurait été si différent si Magneto était venu avec un cake.

Avec ça, je pense que t’as toutes les clés pour éviter ou minimiser de prochaines gueuldeub. Embrasse ton foie de ma part, et pis fais attention à toi hein !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 9 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Ereanaylle
    Ereanaylle, Le 6 août 2016 à 19h01

    Je pensais aussi que boire beaucoup d'eau avant de dormir suffisait, et puis hier j'ai passé la journée à revomir tout ce que j'avalais, même l'eau... Hyper bizarre et surtout très gênant puisque très soif et très faim mais impossible de manger ou de boire... Pas l'top ! Si quelqu'un a d'autres astuces...

Lire l'intégralité des 9 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)