Un an sans pilule, les changements physiques, et la peur du DIU racontés par Sophie Riche

Sophie Riche a arrêté la pilule il y a un an, et envisage de passer au DIU... même si elle a très peur d'avoir mal ! Évolutions physiques, sautes d'humeur, pinces de Pozzi : elle raconte tout en vidéo.

Un an sans pilule, les changements physiques, et la peur du DIU racontés par Sophie Riche

Vous avez été nombreuses à commenter l’annonce du documentaire Génération No pilule, sur les jeunes femmes qui décident de se passer de cette méthode de contraception.

Eh bien il est l’heure de reparler du sujet grâce à la dernière vidéo de Sophie Riche !

Sophie Riche arrête la pilule

Sophie Riche avait déjà publié deux vidéos au sujet de son arrêt de la pilule : l’une publiée 3 semaines après sa dernière plaquette, et l’autre 3 mois plus tard.

Elle y évoquait déjà quelques changements, notamment au niveau de sa peau. Car arrêter la pilule peut causer des variations hormonales dans le corps, qui se remet gentiment à un rythme « naturel » !

Ces témoignages avaient donné lieu à un article dans le Nouvel Obs : « J’ai arrêté la pilule pour voir à quoi ressemblerait mon corps sans ».

Et cet article, Sophie Riche l’évoque dans l’introduction de sa nouvelle vidéo. La boucle est bouclée !

Un an sans pilule, par Sophie Riche

Voilà un an que Sophie a arrêté la pilule, et elle envisage actuellement de passer au DIU (parfois appelé « stérilet »).

Elle évoque les divers changements qui se sont manifestés chez elle, comme des poils un peu plus présents, une envie d’enfants très forte qui s’est depuis atténuée…

Sophie parle aussi d’un sujet qui résonne en moi : l’angoisse à l’idée de se faire poser un DIU. Au moment d’aller me faire poser le mien, j’ai failli vomir tellement j’avais peur.

J’avais entendu tellement d’histoires de femmes qui avaient souffert comme jamais, avaient fait des malaises…

Résultat, c’était désagréable et un peu douloureux, mais pas du tout aussi horrible que ce que je craignais. J’ai été voir Anthony Agbele, déjà interviewé chez madmoiZelle, qui n’utilise pas la fameuse pince de Pozzi évoquée par Sophie.

La vidéaste évoque le médecin bienveillant, et auteur, Martin Winckler. Alors pour en savoir plus, je vous conseille Tout savoir sur la contraception, son article publié… sur madmoiZelle !

À lire aussi : La contraception 1/2 (pilule, capote et stérilets) – Marion & Sophie

Galveston, en salles le 10 octobre, présenté par Kalindi !

Mymy

Mymy, entre deux bouquins qu'elle chronique parfois en vidéos, est la rédac-chef adjointe/correctrice/community manager de madmoiZelle. Elle aime rester chez elle, les chatons mignons, la raclette du dimanche et les séries télé avec des retournements de situation dedans.

Tous ses articles

Commentaires
  • Annelaure08
    Annelaure08, Le 15 octobre 2018 à 12h42

    Une pose presque sans douleur, et pourtant j'étais stressée! Un pincement comme disent certaines, j'attendais que la grosse douleur arrive et en fait non. La gynéco m'a dit qu'elle avait souvent eu le cas, de filles qui ont très peur de la douleur et ne ressentent presque rien. Bon elle m'avait donné un gros cachet à prendre 1H avant (un truc du genre quant tu as le dos bloqué, donc pour les grosses douleurs). ça fait un peu bizarre sur le coup, quand tu te relèves, mais j'ai été super contente car pas de douleurs le jour même et les jours suivants. J'avais pris une journée de congé par précaution (pose le matin, repos l'après-midi). Après il faut juste réussir à respirer et se déstresser un peu le temps de la pose ;) car si tout va bien après, c'est pour des années de tranquillité !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!