Aretha Franklin sauvée de la misère par la Peta ?

La Peta, l’association américaine de protection des animaux, a fait une proposition généreuse – et imbécile… enfin, ce n’est que mon avis – à Aretha Franklin contre un peu de ménage dans son dressing-room. Pas pour des raisons de bon goût (on aurait pû le croire), mais dans un souci éthique. Contre la promesse de […]

Aretha Franklin sauvée de la misère par la Peta ?

La Peta, l’association américaine de protection des animaux, a fait une proposition généreuse – et imbécile… enfin, ce n’est que mon avis – à Aretha Franklin contre un peu de ménage dans son dressing-room. Pas pour des raisons de bon goût (on aurait pû le croire), mais dans un souci éthique.
Contre la promesse de ne plus porter de fourrure, l’asso s’engage à régler les dettes de la chanteuse. (Parce que c’est bien connu : plus on a gagné d’argent, plus on a de dettes ensuite. Les impôts, c’est trop pas juste…)
"Notre offre est donnant donnant : vous gardez votre maison et les animaux gardent leurs vies". Aretha n’a pas encore répondu à la proposition.

Tu crois qu’il y a moyen de moyenner le sacrifice de mes bottes en cuir contre le paiement de mon loyer par la SPA ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 6 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Vamandinev
    Vamandinev, Le 3 avril 2008 à 16h04

    je suis d'accord je comprends que ça te paraisse contradictoire, mais après c'est un marché, un accord entre eux, un moyen de symboliser leur pacte. Tu sais si elle profite de cet argent pour se racheter des fourrures, elle se fera épingler direct et là ce sera la honte. Dc c'est plutôt basé sur la confiance et la responsabilisation.

Lire l'intégralité des 6 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)