Les wagons allemands « réservés aux femmes » décryptés par Héloïse Duché

Depuis quelques semaines, en Allemagne, les femmes peuvent voyager dans un wagon séparé. Une mesure qui fait polémique. Héloïse Duché, co-fondatrice du collectif « Stop harcèlement de rue » a décidé d'écrire à un papier complet à ce sujet...

620-harcelement-rue

En Allemagne, depuis le 24 mars dernier, la compagnie de chemin de fer Regiobahn a intégré à ses trains des wagons uniquement réservés aux femmes sur le trajet de Chemnitz à Leipzig.

Une mesure qui fait polémique : inefficace, stigmatisante et difficilement réalisable (« comment prouver son genre ? ») ; les arguments sont nombreux à son encontre…

À lire aussi : La lutte contre les violences sexistes dans les transports en commun continue

Dans un papier complet sur le sujet, Héloïse Duché, féministe et co-fondatrice du collectif Stop Harcèlement de rue, donne un avis tranché…

« La société, dans son ensemble ne doit pas protéger « ses » femmes, elle doit plutôt sanctionner les harceleurs et éduquer chacun•e à ne pas harceler !

Dans ce contexte, séparer les hommes des femmes n’est pas la solution. À long terme, cela risque même d’aggraver le problème. En effet, la distinction spatiale accentue le mythe des hommes « prédateurs » et des femmes « proies ». Or nous devons combattre cette idée : tous les hommes ne sont pas des harceleurs et les femmes ne sont pas des victimes par essence !

C’est aussi le retour à une ségrégation historiquement déplorable. D’ailleurs, comme par hasard, c’est toujours aux femmes de se retrancher dans des lieux spécifiques et fermés, et pas aux harceleurs d’être parqués dans des espaces où ils ne nous dérangeraient pas.

Enfin, enjoindre les femmes à monter dans « leur » wagon risque de culpabiliser les victimes, car nous aurons évidemment droit au « ce ne serait pas arrivé si elle avait voyagé dans le bon wagon ».

L’Allemagne est le premier pays d’Europe à adopter les wagons strictement féminins mais dans le monde, plusieurs nations ont misé sur cette idée pour protéger les femmes. On retrouve par exemple l’Inde ou le Japon…

Alors, mesure inefficace ou salvatrice ?

Une chose est certaine, pour une réussite totale, il faudrait que les wagons féminins soient accompagnés d’une sensibilisation générale de la population à ces thématiques.

À lire aussi : Diglee, les harceleurs et les passagères du métro

big-stop-harcelement-rue-zones-sans-relou

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Llyx
    Llyx, Le 12 avril 2016 à 12h21

    Au final, réserver des wagons aux femmes c'est abandonner la lutte. Serait-on en train d'accepter le harcèlement comme un fatalité ? C'est comme les taxis féminins (pour que les conductrices puissent faire leur travail en se sentant en sécurité...) ou l'option voyage entre femme sur Blablacar. Nous considérons-nous réellement comme des proies ? Je pense qu'il faudrait apprendre à tous, sur des journées de sensibilisation à l'école par exemple, comment faire face à un harceleur (je crains que l'on ne soit jamais débarrassé de ce fléau), apprendre aux enfants que l'habillement ne doit jamais être la raison de comportements grivois ou d'insultes, et que tout le monde a le droit de se déplacer en paix dans l'espace public.
    Peut-être que comme ça les femmes seront moins à bout de nerfs quand elles recevront un compliment désintéressé et qu'elles se sentiront à leur place dans l'espace public ! J'ai bon espoir, souvent ne serait-ce que répondre calmement à un commentaire déplacé améliore grandement la situation. Si tout le monde y met un peu du sien, on devrait bientôt pouvoir monter dans le métro avec le sourire aux lèvres, dans des wagons MIXTES !

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)