Le plan pour contrer la Manif Pour Tous [MÀJ Action !]

La Manif Pour Tous fait sa grande manif de rentrée le 5 octobre. Plutôt que de rester spectateurs d'une nouvelle invasion de l'espace public et médiatique par les drapeaux roses et bleus, réagissons !

Le plan pour contrer la Manif Pour Tous [MÀJ Action !]

Mise à jour du 1er octobre — Agissons ! 

La pétition est toujours en ligne : à l’heure de cette mise à jour, elle dépasse les 170 000 signatures, pour un objectif désormais fixé à 200 000.

Ces soutiens serviront à interpeller les responsables politiques, mais renforcé par l’ampleur de la mobilisation, All Out appelle désormais à un rassemblement dimanche, place de la République à Paris, afin de montrer toute la diversité et la beauté des familles françaises, de montrer ces gens contre lesquels La Manif Pour Tous défilera quelques heures plus tard. Histoire de mettre des visages sur les slogans…

Voici le communiqué partagé par All Out :

« Ce dimanche, All Out lance une grande réunion de TOUTES les familles à Paris.

Rejoignez-nous en famille : nous allons contrer les attaques de la « Manif pour tous » – qui sera en train de marcher le jour même – en rassemblant et en célébrant la diversité de toutes les familles de France : hétéro, homoparentales, mariés ou non, parent seul, famille nombreuses, familles recomposées, familles de toutes les confessions ou athées …

Nous aurons un coin photo pour montrer le visage de ces familles contre lesquelles les anti marchent. »

  • RDV : au pied de la Statue, Place de la République à Paris 
  • Heure: 11h du matin précises

« Venez avec vos parents, vos enfants, vos frères et cousins, cousines – les membres de votre famille ! Ne laissons pas aux anti le monopole de l’attention et de l’espace médiatique : montrons que TOUTES les familles existent et doivent être protégées.

Il y aura de la bonne humeur, de la musique et chacun pourra apporter à manger et à boire : l’ambiance sera familiale !

Si vous êtes disponible quelques heures plus tôt ? Nous cherchons 20 bénévoles pour nous aider sur la logistique et l’accueil des familles. 

L’an dernier, des membres d’All Out en France ont organisé des manifestations dans 15 villes simultanément pour soutenir l’égalité devant le maire. C’était un moment très important pour mettre un coup d’accélérateur décisif pour l’adoption de la loi sur le mariage pour tous.

Maintenant, montrerons le visage des Français et Françaises, et leur familles, contre lesquels la Manif pour tous défile le jour même à Paris. Nous en profiterons pour remettre les signatures collectées par All Out pour l’égalité.

Rejoignez-nous ! »

Article initialement publié le 29 septembre : 

La Manif Pour Tous s’est auto-proclamée défenseur de la famille, mais d’un certain type de famille seulement, refusant à toutes les autres le qualificatif de « famille ».

Il ne s’agit pas uniquement des couples de même sexe, puisque leur lobbying bloque toutes les tentatives de modification de l’autorité parentale dans les textes, ce qui englobe également les familles monoparentales, les familles recomposées, le statut du beau-parent, etc.

« On a humilié la famille, on a humilié tout un tas de braves gens qui n’avaient jamais eu l’idée de descendre dans la rue, qui se sont sentis blessés parce qu’on touchait à ce qu’ils croyaient le plus profondément, leur amour pour la famille. » — Une conception très particulière de la Manif Pour Tous, par Nicolas Sarkozy.

À lire aussi : Nicolas Sarkozy drague la Manif Pour Tous

Ils craignent tellement qu’une réforme conduise à faciliter l’adoption et plus généralement la vie de famille des couples de même sexe qu’ils s’opposent en bloc à toute discussion touchant de près ou de loin à l’autorité parentale.

Lisez par exemple ce que pense à ce sujet la présidente de la Manif Pour Tous, Ludovine de la Rochère, dans les colonnes du Figaro :

« Il n’y a pas besoin d’un statut du beau-parent […] créer un statut du tiers, c’est aller vers la multiparentalité, mettre sur le même plan parent et beau-parent, risquer de diluer le lien père/mère/enfant. »

Faire entendre l’autre voix

All Out est une association à but non-lucratif issue de la fusion entre l’association à but non-lucratif Purpose Action, et l’association caritative Purpose Foundation. Ses actions visent à défendre les droits des personnes LGBT dans tous les pays où ils sont menacés.

Malheureusement, All Out est donc actif en France, où la Manif Pour Tous continue d’occuper l’espace public avec ses revendications homophobes. Car depuis l’entrée en vigueur de la loi mariage pour tous au printemps 2013, soit il y a plus d’un an et demi, la Manif Pour Tous reste fidèle à son slogan « On Ne Lâche Rien »…

Deux nouvelles manifestations sont prévues pour le dimanche 5 octobre, l’une à Bordeaux, l’autre à Paris (de Montparnasse à Porte Dauphine).

Contrer la Manif Pour Tous, défendre l’égalité

Afin de contrer cette stratégie d’occupation de l’espace public et médiatique, All Out a lancé une pétition en ligne : si elle atteint 100 000 signatures, les membres de l’association iront la remettre aux responsables politiques, sur les plateaux télé, en direct, pendant les deux manifestations.

Histoire que la voix des partisan-e-s de l’égalité résonne aussi dans les médias le 5 octobre prochain, histoire que la voix de LMPT ne soit pas la seule exprimée ce jour-là.

Vous pouvez participer à cette mobilisation collective en signant la pétition ci-dessous, et en la partageant autour de vous en cliquant sur l’image !

La pétition comptait 72 677 signatures lorsque nous avons publié cet article, et nous comptons sur vous tou•te•s pour faire exploser le compteur !

Montrons-leur que l’égalité n’est pas la revendication d’une communauté, c’est une valeur essentielle de la société française dans son ensemble. 

Que veut la Manif Pour Tous ?

Parmi les revendications avancées par les militants de LMPT, on note principalement ces trois points :

  • contre la PMA (procréation médicalement assistée)
  • contre la GPA (gestation pour autrui)
  • contre « la théorie du genre » et son entrée dans les écoles

Ces griefs méritent quelques précisions.

La PMA existe depuis longtemps en France, elle est ouverte aux couples hétérosexuels. Ces gens n’ont donc aucun problème avec les « bébés-éprouvettes », tant qu’il y a bien un papa-une maman pour les élever ensuite. Mais ce n’est pas homophobe, non non non, c’est juste LA NATURE. Procréer en laboratoire, c’est la nature, si et seulement SI la femme qui porte l’enfant est mariée à un homme. Ne cherchez pas la logique plus loin.

À lire aussi : Adoption Pour Tous : remettre l’intérêt de l’enfant au centre du débat [MÀJ]

La GPA est interdite en France, et sa légalisation n’est pas à l’ordre du jour. On est d’accord sur ce point : le corps de la femme n’est pas une chaîne de production, ce n’est pas une marchandise. Ni Najat Vallaud-Belkacem en son temps au ministère des Droits des femmes, ni Marisol Touraine au ministère de la Santé, ni Laurence Rossignol, Secrétaire d’État à la famille, ne sont favorables à la GPA.

Mais ça ne rassure pas pour autant LMPT, qui semble avoir un problème de compréhension de la langue :

« hashtag trois petits points » : pour le CM de la page Facebook LMPT, cette déclaration n’est pas claire, il y a anguille sous roche. 

Décodons : la Cour Européenne des Droits de l’Homme (la CEDH) a imposé à la France de reconnaître la filiation des enfants nés à l’étranger de GPA.

En clair : si des parents français décident d’avoir recours à une mère porteuse à l’étranger, l’État français ne doit pas pénaliser les enfants ainsi nés. Tout enfant a droit à avoir des parents (ce qui est une revendication fondamentale de LMPT), même si ceux-ci ont décidé de le faire naître par une procédure qui n’est ni reconnue, ni acceptée par la France (ah mais alors dans ce cas, non, soutient LMPT).

C’est le sens de la citation de Laurence Rossignol : « les enfants ne sont pas coupables du mode de conception que leurs parents ont choisi ».

C’était ça, ou on confisquait les enfants nés de GPA à la douane, une mesure qui n’a pas pu être mise en place pour des raisons pratiques évidentes (les refuges animaliers ne sont pas équipés pour accueillir des bébés GPA, et la mise en conformité est beaucoup trop coûteuse… entre autres).

Désolé mon gars, tu es né par GPA, tes parents n’ont pas respecté la loi française.
Dura lex, sed lex (la loi est dure, mais c’est la loi).

On constate que les militant-e-s de LMPT ne sont pas satisfait-e-s par les démentis successifs des différentes ministres. Ils et elles continuent de s’opposer à la GPA alors même que personne ne la réclame.

Autre point sur lequel il semble impossible de leur faire entendre raison : celui de l’éducation à l’égalité, accusée par les militant-e-s roses et bleus de prôner « l’indifférenciation » des enfants.

Difficile dans ces conditions de réussir à leur expliquer que l’éducation à l’égalité ne vise pas à « gommer les différences » des filles et des garçons, mais justement de permettre à tou•te•s, filles comme garçons, de s’épanouir sans être limité•e•s par les stéréotypes de genre.

À lire aussi : Les stéréotypes de genre sont dangereux pour la santé

Extrait du clip vidéo de promotion pour les manifs du 5 octobre

Manif « pour tous », mais contre l’égalité

La dernière revendication des militant-e-s de LMPT ne prête vraiment pas à rire : s’opposer à l’éducation à l’égalité, ce qu’ils appellent « le plan Najat », c’est nier toutes les conséquences du sexisme dans notre société, que ce soit pour les femmes comme pour les hommes.

À lire aussi : « Sois un homme ! », la dangereuse injonction sociale masculine décryptée dans « The Mask You Live In »

Le plan égalité « Najat ». Parce que l’égalité est le caprice de quelques-un-e-s ?

Je vais vous faire une confidence : je ne sais toujours pas si les partisans de LMPT font mine de ne pas comprendre ce qu’est le genre, de ne pas comprendre que l’éducation à l’égalité dès le plus jeune âge ne signifie pas des cours d’éducation sexuelle en maternelle, ne signifie pas qu’on va dire à des enfants de 5 ans qu’ils peuvent choisir leur sexe, ou s’ils n’ont vraiment, sincèrement pas compris.

L’année dernière, les rumeurs les plus ridicules avaient conduit des parents paniqués à retirer leurs enfants des écoles — des parents qui pour certains, je n’en doute pas, étaient sincèrement et légitimement inquiets.

À lire aussi : Rumeurs à l’école sur la « théorie du genre » et la sexualité

La Manif Pour Tous instrumentalise les inquiétudes de ces parents pour « recruter » des manifestants et organiser une « vigilance » dans les écoles, le but étant de faire obstacle à l’éducation à l’égalité entre les filles et les garçons dès le primaire.

Ainsi, en Loire-Atlantique, le réseau des manifestant-e-s bleus et roses a envoyé une lettre à 1000 chefs d’établissements pour les avertir que leurs établissements faisaient l’objet d’une « vigilance accrue » quant au choix des manuels scolaires et de l’éducation sexuelle.

À lire aussi : Les manuels scolaires vecteurs de discriminations

Les écoles sont pourtant ouvertes aux parents. Ce ne sont pas des forteresses, le dialogue est possible, il suffit de solliciter les équipes pédagogiques si vraiment on a des doutes sur ce qui est enseigné aux enfants !

La nouvelle ministre de l’Éducation Nationale elle-même a entrepris d’inviter régulièrement des parents d’élèves pour échanger avec eux sur leurs questions, leurs critiques, leurs propositions autour de l’école : le « cafés des parents ».

À lire aussi : Najat Vallaud-Belkacem répond à des élèves dans le Petit Journal

Reprenons la parole

Une bonne fois pour toutes : la Manif Pour Tous ne défend pas l’intérêt des familles, puisqu’elle discrimine et exclut celles qui ne correspondent pas à SA conception de la famille.

Elle ne défend pas les enfants puisqu’elle leur nie la sécurité juridique conférée par la filiation s’ils ne sont pas nés conformément aux seules procédures autorisées par la loi française.

Elle ne défend certainement pas « notre société et notre humanité, […] avec détermination et sans homophobie » comme elle le revendique dans sa « mission », puisqu’elle refuse explicitement aux personnes LGBT les droits matrimoniaux dont bénéficient les couples hétérosexuels.

Il est grand temps que ces manifestations cessent, ou qu’elles assument pleinement ce qu’elles sont : des démonstrations publiques d’homophobie, la contestation des mesures en faveur de l’égalité entre les femmes et les hommes.

À lire aussi : Votre homophobie me rend « malade »

Ce ne sera sans doute pas « une bonne fois pour toutes », il faudra sans doute continuer à donner de la voix dans les prochaines semaines, et les prochains mois, pour continuer à contrer les sorties de LMPT.

Commençons par le 5 octobre, et par cette pétition, pour reprendre la parole et s’opposer à l’occupation médiatique de LMPT.

Vous pouvez aussi aller voir Pride au cinéma, parce que ce film est vraiment, vraiment bien. Et tristement actuel, quelque part…

À lire aussi : La loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes a été adoptée !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 193 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Erika75
    Erika75, Le 6 octobre 2014 à 21h02

    calipo;4949835
    erika75;4948337
    calipo;4946957
    erika75;4946783
    calipo;4946568
    erika75;4945623
    calipo;4943633
    unicornlsd;4943121
    @Freehug                je comprends ton point de vue et je suis même d'accord pour simplifier l'adoption par contre l'argument "une grossesse ça se passe pas toujours bien: complications, changements d'humeur, dépression post-partum" je le trouve discutable.
    Un don d'ovule peut aussi mal se terminer, si c'est bien fait et dans des conditions optimales c'est rare mais comme toute intervention de ce type le risque zéro n'existe pas. Et être enceinte c'est pas une maladie même si ça implique des risques, biologiquement le corps de la femme est fait pour le supporter.
    Tout comme un don de rein, tu peux mourir parce que t'as donne un rein a ta soeur ou bien dans 10 ans t'auras peut-être besoin de ce rein et tu peux pas le récupérer.
    Fin dans l'absolue que ce soit porter un enfant, donner un ovule ou un rein. Y a des risques mais a partir du moment ou tu prends cette décision en âme et conscience y a pas de raison de la mettre en doute epu importe tes motivations.
    Tu peux aussi les vendre tes ovules tout comme ton rein, c'est très discutable sur plusieurs point mais c'est vieux comme le monde l'histoire de l'offre et la demande. Le mieux qu'on puisse faire c'est encadrer mais ça empêche pas les dérives et les marches noires.

    "En plus ça impliquerait aussi d'interdire à la "donneuse" de voir l'enfant qu'elle a porté pendant neuf mois sauf accord des parents"

    Je vois pas le problème, si tu décide d’être mère porteuse, tu accepte que ce n'est pas ton bébé. Quand tu décide de faire adopter ton bébé, tu pars du principe que tu le reverras surement pas.
    La différence entre les deux c'est que l'adoption peut être une option a contre cœur alors que logiquement si tu décide d’être mère porteuse c'est dans l'optique que tu portes un bébé qui n'est pas a toi.

    C'est une question de choix, tout comme tu choisis de donner ton sang, ton rein, tes ovules ou autre. Comme tout choix il doit être réfléchis et hélas les dérives existent dans tout domaine. Interdire n’empêche pas les dérives pas plus qu'autoriser crée plus de dérives.

    Quant aux complications, dépression et psychose post-partum sont des risques bien réels, pas des cas isolés. Il est difficile de trouver des chiffres précis, mais on tombe régulièrement sur le chiffre de 10 à 15% des femmes atteintes, ce qui est assez énorme. Se dire qu'on passera forcément au travers parce qu'on avait décidé avant d'être enceinte qu'on donnerait le bébé c'est de l'inconscience. Parler de ça façon "le risque zéro n'existe pas" c'est quand même très léger.

    Et même sans aller jusque là, donner 9 mois de sa vie, voir son corps modifié souvent de façon définitive à cause de la grossesse, c'est pas rien au niveau psychologique.

    La GPA c'est pas un don lambda. C'est traiter la femme comme une outre qu'on remplit et qu'on vide selon sa convenance, sans trop se soucier des conséquences que cela aura sur elle. D'ailleurs c'est le plus souvent la convenance des gens assez riches pour se la payer, cette outre puisque bizarrement les mères porteuses viennent rarement des CSP++, allez savoir pourquoi! Peut-être que seuls les pauvres sont généreux...

    Alors oui, on trouvera toujours des exemples de femmes qui l'ont fait par altruisme. Mais pour une comme ça, combien l'on fait pour l'argent? Rien qu'à voir les derniers scandales en Asie, ça fait froid dans le dos.
    Pouvez vous apporter des éléments factuels (études de sociologues ou d'anthropologues par exemple) pour étayer vos propos ? Car j'ai l'impression que vos opinions ne reposent que sur la lecture d'un ou deux faits divers qui par définition sortent de l'ordinaire des pratiques.

    Car par exemple si vous lisez la synthèse des études qu'a fait Karen Busby, vous sauriez que la pauvre mère porteuse obligatoirement pauvre et démunie, ça n'a aucune réalité.

    Ou encore que selon les études de S. Golombok, les mères porteuses ne font jamais de dépression post partum (au contraire des mères classiques qui sont environ 15% à le faire) ou que les enfants nés par GPA vont aussi bien que les autres.

    Alors oui moi j'ai l'impression que vous avez le niveau pour défiler avec LMPT.
    Pour Susan Golombok, si tu me cite l'article qu'elle a écrit en 2003 (ça remonte un peu quand même, un article qui date de 11 ans), désolée, mais un panel de 34 mères anglaises prises en charge par une agence sérieuse et ayant accouché au Royaume-Uni, ça ne représente rien. Si on prends en compte que 7 de ces femmes ont porté un enfant pour un membre de leur famille, ce qui change sérieusement la donne, il nous reste 27 femmes qui ont porté un enfant pour des inconnus.

    Sachant que 11 des 34 femmes ont exprimées avoir eu quelques difficultés après avoir donné l'enfant (c'est pas le moi qui le dit, c'est l'étude), c'est que ça n'a pas été si facile que ça.

    Moi par exemple, j'aime pas le chocolat. Mon frère non plus. Si je trouve trente-deux autres français entre 20 et 30 ans qui n'aiment pas le chocolat, Est-ce que ça représentera de façon sérieuse le ressenti de l'ensemble des français face au chocolat??? Voire même, vu ton commentaire, de la majorité des jeune de 20 à 30 ans dans le monde??

    Faut arrêter de déconner. C'est pas parce qu'on te sort une étude avec un titre ronflant et un joli petit pourcentage que ça veut dire quelque chose.

    Quand à l'argent, K Busby a admis elle-même durant une conférence qu'elle a fait en septembre 2013 (un peu plus récent donc) à l'Université du Manitoba, qu'une partie des mères porteuses le faisait effectivement pour l'argent. Sachant que son panel est constitué (et là, je cite son propre power point): des femmes caucasiennes (peu de femmes de couleurs), entre 25 et 35 ans, chrétiennes, issues de la classe moyenne, dans des relations stables et ayant déjà eu des enfants. En plus elle travaille au Canada, où la population bénéficie d'un système de sécurité sociale très performant (donc les femmes enceintes sont bien prises en charges au niveau médical, que ce soit pendant ou après la naissance).

    Là encore, pour la représentativité, on repassera.

    Enfin, pour ta gouverne, être contre la GPA ne veut pas dire être contre le mariage gay ou l'adoption par des couples de même sexe. ça ne veut pas dire non plus qu'on pense que les enfants issus de GPA ont plus de problème que les autres... Mais bon la subtilité c'est pas ton truc apparemment. Vaut mieux accuser les gens d'homophobie, c'est tout de suite plus construit comme argumentaire :facepalm:
    J'avais un doute, c'est maintenant une certitude : tu es totalement de mauvaise foi.

    1) L'équipe de Susan Golombok publie des études longitudinales à raison de plusieurs par an . Les dernières datent de 2014 et pas de 2003 comme tu le prétends. Les extraits que tu cites de manière tronquée et en les interprétant fallacieusement de manière opposée à l'étude ne font pas oublier les conclusions.

    2) Tu as vraiment aucune connaissance en sociologie et en statistique pour prétendre qu'il suffit de trouver 32 personnes qui vont dans un sens pour affirmer ce que l'on veut. Si c'était si simple pourquoi tu n'es pas capable de citer une seule étude qui accrédite tes thèses ?

    3) Même commentaire sur ta mauvaise foi cette fois ci vis à vis de Karen Busby : elle n'a pas choisi son panel, elle constate (comme d'ailleurs les autres anthropologues avant elle) que les gestatrices sur-représentent les catégories blanches, chrétiennes et classes moyennes. C'est justement un constat qui invalide le mythe urbain de la gestatrice pauvre. Par ailleurs tu passes totalement sous silence que la méta-étude qu'elle a réalisée correspond par définition à des panels qui n'ont pas été formés par elle.


    Je crois que ton niveau élevé de contre-vérités grossières est tout à fait instructif.
    Point n°1: disons que son article de 2003 est celui qui reprends le mieux tout ce que tu avais énoncé. Je n'avais jamais dit qu'elle n'avait jamais publié depuis...
    Le fait est que ses nouveaux articles, portent toujours sur des panels restreints. Si on prend son article de 2013 sur la santé psychologique des mères porteuses et de leur famille: 28 mères porteuses.

    L'étude qu'elle a suivi sur 10 ans à partir de 2000 avec des mères porteuses et les familles (articles publié en 2012): 42 familles.

    Je ne vais quand même pas sortir toutes ses publications pour te faire plaisir.

    Pour le point n°2: c'est de l'ironie quand je dis que 32 personnes représentent une population... Je pensait que c'était clair dans mon message...

    Pour le point n°3: Justement! son travail concerne les femmes blanches de classe moyenne. Or la GPA concerne aux dernières nouvelles des milliers de femmes dans le monde, notamment en Asie ou en Europe de l'Est, dans des pays où le niveau de vie et la prise en charge médicale n'ont rien à voir avec ce qui se passe dans les pays développés.

    Je n'invalide pas les travaux de Golombok ou de Busby. Je ne conteste pas que la GPA peut se passer très bien, que ce soit pour la mère porteuse, pour le couple, pour l'enfant.  Mais leur travail concerne majoritairement les pays anglo-saxons, et repose sur des panels qui restent très semblables.

    J'ai l'impression qu'avoir de sérieux doutes sur la GPA veut automatiquement dire qu'on est contre le mariage gay, contre l'adoption par des couples gay, ou encore qu'on pense que les enfants élevés par des gays vont devenir gay ou pervers, ou je ne sais quoi d'autre d'inavouable, et que c'est pour ça qu'on a pas le droit d'en parler.

    Mon problème ne se situe pas à ce niveau-là. Mon problème se situe au niveau de femmes qu'on utilise pour avoir un bébé.

    Quid du reste de la planète? on s'en fout? On sait très bien que tout le monde n'a pas les moyens d'aller faire une GPA aux USA. On sait très bien que certains pays d'Asie sont devenus des go-to destination pour s'acheter un bébé.
     C Waldby et M Cooper ont écrit des articles assez poussés sur le fait que dans les pays en développement, le corps des femmes et ses produits (bébé ou autre) sont devenu des marchandises. Que les femmes de ces pays acceptent de se vendre ou de subir des procédures médicales parfois risquées pour de l'argent.

    Parce que de riches occidentaux veulent un enfant, alors tout le reste passe à la trappe?

    Je suis désolée, mais si penser que le principe de l'indisponibilité du corps de la femme devrait primer sur le désir d'enfant (parce que pour moi un désir n'est pas un droit), alors oui je suis de mauvaise foi.

    Mais prétendre que tout va bien au merveilleux royaume de la GPA en se basant sur des travaux qui concernent principalement des femmes blanches de classe moyenne anglo-saxonnes, s'en est aussi.

    Bonne manif avec tes copains le 5 !
    Je pense être restée polie dans mes messages (j'admet un peu d'ironie), mais visiblement tu es incapable de faire pareil, donc je vais arrêter là.

    Débattre de façon musclée ne me gêne pas. Me prendre une remarque insultante et complètement infondée à chaque fin de tes messages par contre ça m'emmerde sérieusement. C'est pas pour rencontrer ce genre d'attitude que je viens ici.

    Je tiens quand même à te dire que si tu veux faire changer les gens d'avis sur la GPA, faudrait peut-être éviter de hurler à l'homophobie dès qu'ils essaient de s'exprimer, surtout quand tu ne connaît absolument rien d'eux.
    Je n'ai jamais hurlé à l'homophobie. J'ai seulement noté que tout ton discours repose sur deux techniques, les affirmations péremptoires sans éléments factuels, et la mauvaise foi qui consiste à isoler des bouts de phrase pour leur faire dire le contraire des textes qui les contiennent.

    Ce sont exactement les techniques de la manip pour tous qui les a repris de l’extrême droite. Alors peut-être suis-je lourde à te suggérer d'aller défiler avec bouillon de courges et alliance vitae, mais bon si tu ne reprennais pas leur rhétorique, j'aurais peut-être dit autre chose de plus fin.

Lire l'intégralité des 193 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)