Comment aider les personnes sans-abri pendant la vague de froid ?

Par  |  | 1 Commentaire

Cette semaine, la France traverse une vague de froid intense, qui peut mettre en danger les personnes forcées de vivre dans la rue. Voici comment les aider à ton niveau à traverser cette période de froid.

Comment aider les personnes sans-abri pendant la vague de froid ?

vague-de-froid-620

Cette semaine, la France traverse une vague de froid qui est, sinon inédite, au moins impressionnante. Les températures pourront parfois descendre jusqu’à -10°C pendant la semaine.

Toi et moi (j’espère), on a un logement avec un radiateur. Donc le froid, on s’en accommode.

En revanche, ce genre de température peut être mortelle pour ceux et celles vivant dans la rue. En 2016, la Fondation Abbé Pierre a recensé 141 500 personnes sans-abri et au moins 452 d’entre elles sont décédées.

Si tu vis en milieu urbain ou semi-urbain, tu peux peut-être mettre un visage sur ce nombre : il peut s’agir d’une personne en bas de ton lieu de travail, de ton école, dans ta rue, voire dans l’entrée de ton immeuble.

Et si tu t’es dit que tu aimerais aider cette personne à traverser l’hiver, même juste avec un coup de pouce ponctuel, cet article est fait pour toi.

L’aide première aux SDF : l’appel au 115

Tu ne sais pas quoi faire, tu ne peux pas aider, mais tu voudrais au moins qu’une maraude puisse porter assistance à cette personne ? Sache qu’il existe un numéro d’urgence pour signaler une personne sans domicile, le 115, qui correspond au SAMU social.

Comme on peut le lire sur le site, il y a toutefois quelques recommandations à suivre avant de composer le numéro :

« Entrer en contact avec la personne afin de savoir si elle va bien, et souhaite que vous appeliez le 115 pour elle. Vous pouvez toutefois estimer que les circonstances justifient un appel, en dépit du refus de la personne (froid, pluie, détresse inhabituelle, etc.).

De s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une urgence sanitaire, auquel cas il faut contacter les pompiers (18) ou les urgences médicales (15).

De prendre note de l’emplacement exact de la personne afin de pouvoir transmettre cette indication aux équipes. »

L’idée est de permettre de mieux repérer les personnes que les maraudes peuvent aider, en particulier quand il fait aussi froid que maintenant.

Il est donc tout aussi important de demander des conseils en fonction du lieu d’habitation (ou de t’adresser à une association locale) : l’urgence et l’aide à apporter ne sont pas nécessairement les mêmes entre une zone rurale et une zone urbaine, un environnement très froid par rapport à un moins froid.

Dans tous les cas, tu peux te tourner vers la Croix-Rouge ou le SAMU social pour te conseiller.

Attention, si tu t’adresses à une personne sans-abri, vérifie que celle-ci réagit à ta présence, en particulier s’il fait très froid comme cette semaine.

Si elle te semble être en train de s’endormir, et ne te répond pas lorsque tu lui demandes si elle va bien (par exemple), elle est peut-être en danger (c’est un des symptômes qui peuvent entraîner la mort par le froid).

Dans ce cas là, appelle le 15 (numéro du SAMU) pour que la personne soit prise en charge médicalement parlant.

Je te renvoie également à la vidéo de Point de Vue social qui apportait des précisions utiles concernant les sans-abri ne parlant pas français (ou ne sachant pas lire).

Des dons aux associations : vêtements chauds et produits alimentaires pour les SDF

Comme tu t’en doutes, tu peux aussi faire des dons monétaires sur les sites dédiés à l’aide des sans-abri.

Par exemple pour les centres d’hébergement d’urgence du SAMU Social ou d’Emmaüs, ou plus généralement pour les associations aidant les sans-domicile, comme la Fondation Abbé Pierre, les Restos du cœur ou l’association Lazare.

Tu peux également choisir de faire un don de biens. Le plus simple reste les collectes alimentaires dans les supermarchés (du Secours populaire ou des Banques alimentaires, notamment), mais ce n’est pas la seule option.

À lire aussi : J’ai testé pour vous… la collecte alimentaire

Il y a également des associations locales qui se concentrent sur le don de produits de première nécessité — d’hygiène, des couvertures ou des vêtements chauds — à l’image d’Action Froid .

Enfin, des initiatives un peu différentes existent aussi, comme le Carillon, qui agit localement dans la capitale en se basant sur une économie collaborative et une aide de proximité.

Les commerçant•es s’engagent à faire don de produits alimentaires à des SDF à partir de X euros d’achat, et le ou la consommateur•trice n’a plus qu’à remettre un coupon à la personne dans la rue pour que celle-ci puisse collecter son bien.

À lire aussi : Faut-il « donner de l’argent à un SDF ? » et autres interrogations d’un « Point de vue social »

big-donner-protections-hygieniques-sdf

L’avantage de ces solutions c’est qu’elles te permettent d’aider ponctuellement si tu n’as pas la possibilité de participer à une association ou en intégrant une maraude.

Comment aider directement les personnes sans-abri ?

Selon Florent Vallée, coordinateur des opérations d’urgence à la Croix-Rouge, aider les sans-abri c’est d’abord :

« Une question de bon sens et de respect de l’être humain. Si on arrive en disant « Bonjour Monsieur/Madame », on a déjà gagné un minimum de confiance. »

Pour aider à ton niveau et ponctuellement, il n’y pas vraiment de contre-indications. La seule chose à ne pas faire, c’est de se rendre dans des lieux fermés comme un squat, une cave ou un camp, car pour la personne que tu souhaites aider, il s’agit de son domicile.

Et je te laisse imaginer comment tu le prendrais si quelqu’un rentrait chez toi comme ça.

À lire aussi : Comment agir, à notre échelle, pour un monde meilleur ?

Autre conseil de Florent Vallée, si possible être à deux (ou trois). Et de préciser :

« Ce n’est pas parce que les personnes à la rue peuvent être dangereuses, on a d’ailleurs très peu de problèmes de violence dans nos maraudes, mais il y a une meilleure chance que le contact passe.

Car s’il ne passe pas avec vous, il passera peut-être avec la personne qui vous accompagne… »

Pour ce qui est de de donner de la nourriture, plutôt que d’imposer ce que tu souhaites offrir, commence par proposer. Car même si la personne a froid, elle préfèrerait peut-être qu’on lui offre une alternative au traditionnel café.

Si tu ne peux pas donner le choix, préfère de la soupe qui a le mérite de nourrir en plus de désaltérer.

Mais encore une fois, inutile d’imposer, mieux vaut demander si la personne en veut.

Question vêtements, encore une fois le maître mot est de proposer. Mais à choisir, l’essentiel est de protéger les extrémités du froid. Mise donc sur une paire de gants, de chaussettes et un bonnet.

Bien sûr, si tu as aussi un manteau ou une couverture, n’hésite pas à l’offrir. D’autant plus qu’il y a toujours un risque pour les sans-abri de se faire voler leurs affaires durant la journée (et donc d’avoir besoin des mêmes biens le soir suivant) ou tout simplement que les services de propreté les jettent.

Il fait vraiment froid, et tu t’interroges : est-ce une bonne idée de chercher à donner un abri à cette personne par exemple en lui ouvrant la porte de son immeuble ?

Pour Florent Vallée, il s’agit d’un geste citoyen, mais sache tout de même que tu pourrais avoir des ennuis avec ton propriétaire ou ta copropriété.

À lire aussi : Faites du bénévolat, ça rend heureux !

Enfin, si tu te retrouves face à une personne qui rejette ton aide et refuse de se protéger davantage du froid, essaie de discuter avec elle.

Déjà parce que tu disposes peut-être d’informations qu’elle n’a pas (comme par exemple, les températures prévues ou s’il doit neiger…) et que ça te permettra de lui communiquer cette info.

big-comment-aider-sans-abri

Mais aussi parce que c’est de cette façon que procèdent les équipes de maraude.

Dans le pire des cas, pense à appeler le 115 pour signaler cette personne et être sûr•e que les bénévoles prennent le relai.

À lire aussi : La réponse des SDF « français » aux intolérants qui pensent soudain à eux

8 surprises choisies par la rédac
18.90€ + 4€ de livraison

Chloé P.


Tous ses articles

Commentaires
  • Lesalerat
    Lesalerat, Le 19 janvier 2017 à 22h30

    Par contre pour ceux qui peuvent donner, Emmaüs n'est peut-être pas une bonne idée...
    J'avais vu un reportage vraiment sérieux sur la vie des Compagnons et apparemment ils se font vraiment exploiter. Ils avaient mené l'enquête dans quelques centres, donc peut-être que ce n'est pas représentatif mais les choses qui ont été filmées étaient vraiment cruelles, notamment un Compagnon qui se faisait expulser dans le froid manu militari parce qu'une canette de bière avait été retrouvée dans la poubelle de sa chambre... les gars bossaient 10h (si je me souviens bien) par jour pour gagner 150€/mois et n'avaient même pas le droit de boire une bière à la fin de leur journée de labeur...

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Désactive ton bloqueur de pub ou soutiens-nous financièrement!