D’acteur porno à prof : l’enseignant doit-il être irréprochable ?

Kevin Hogan, professeur d'anglais dans une école publique du Massachussetts, a été mis en congé après que la chaîne américaine Fox News l'ait dénoncé. Le motif de son exclusion ? Il a brièvement joué de son gourdin dans des films X.

D’acteur porno à prof : l’enseignant doit-il être irréprochable ?

Kevin Hogan est un professeur d’anglais américain comme les autres, à un détail de son passé près. Avant de se reconvertir dans l’enseignement, le quadragénaire était en effet plus connu sous le nom de Hytch Cawke et officiait en tant qu’acteur pour des films X. Cependant, avec un peu de discrétion et de bonnes références dans le domaine du métier qu’il avait fini par choisir d’exercer, Kevin Hogan avait réussi à séparer son passé de son présent et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

C’était sans compter sur la chaîne Fox News. Permettez-moi de faire un petit aparté à ce propos : Fox News Channel est une chaîne de télévision américaine possédée par News Corporation, groupe de médias fondé par Rupert Murdoch. La chaîne câblée est souvent accusée de défendre et de promouvoir des idées à haute teneur en conservatisme. Pour te donner un petit exemple, la chaîne d’information en continu a décidé en 2010 de lancer une polémique contre Wikipedia dans le but de dénoncer des contenus que les dirigeants de Fox News jugeaient « pornographiques ». Conséquence : Jimmy Wales, fondateur de l’encyclopédie en ligne a décidé de faire le ménage tous les contenus pouvant être jugés comme tels. Fox News, défenseur des bonnes vieilles valeurs.

Mais revenons donc à Kevin Hogan ; s’il vivait jusque là discrètement tel une Mylène Farmer de l’enseignement, sa vie a connu un grand chambardement fin novembre dernier, quand Mike Beaudet, journaliste (je fais avec mes mains le petit signe des guillemets) local pour Fox News ne prenne connaissance du passé du professeur d’anglais et ne décide – accroche-toi à ton slip – d’aller le harceler dans la rue, la caméra braquée sur l’enseignant. On voit donc le « reporter » marcher à la même hauteur que l’enseignant dont le visage se décompose un peu plus chaque seconde, pour lui dire qu’en gros il sait ce qu’il a fait l’année dernière : « Vous avez fait des films intéressants. L’école est-elle au courant ? » demande le journaliste tandis que Kevin Hogan se contente de répondre en boucle « Je ne sais pas de quoi vous parlez ».

>> Lien vers la vidéo <<

Après ce reportage, Kevin Hogan a été mis en congé par la direction de l’établissement jusqu’à la fin de l’enquête le concernant. Une nouvelle occasion pour Fox News de faire dans le sensationnalisme et la délation. Fait intéressant : la chaîne Fox News a mis en ligne un sondage. A la question « Un enseignant qui a participé à des films pornographiques l’année dernière doit-il avoir le droit de continuer à travailler ? » 86% des participants répondent « oui ».

Cet évènement au pays de l’Oncle Sam me permet également de rebondir sur ce qu’il s’est passé ces derniers jours à l’école catholique Notre-Dame-de-Caderot à Berre-l’Etang ; des parents d’élèves ont séquestré de mardi soir à mercredi après-midi la directrice de l’établissement, deux institutrices et deux agents administratifs dans le but de faire remplacer un enseignant stagiaire (ayant commencé le métier en septembre dernier (il y a 3 mois, donc)) à qui ils reprochaient « un manque d’autorité » et des « problèmes de sécurité » (source : lepoint.fr). Les parents d’élèves ont par ailleurs obtenu la garantie d’un remplacement pour aujourd’hui.

Si je me permets de mettre ces deux évènements totalement différents en parallèle, c’est avant tout pour poser la question suivante : sommes-nous trop exigeants avec les enseignants, débutants ou non ? Si on y réfléchit bien, on leur demande d’être irréprochables, tant au niveau de leurs capacités pédagogiques que de leur passé. Est-ce vraiment justifié ? Si la question fait débat à juste titre (il est logique que des parents soient inquiets pour leurs enfants), les méthodes utilisées pour ces deux faits, elles, sont incontestablement contestables.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 24 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Funky_Jam
    Funky_Jam, Le 10 décembre 2011 à 12h52

    Alecto;2757525
    Après pour parler des professeurs stagiaires... c'est bien évidemment une énorme bêtise, mais j'ai aussi envie de dire qu'être prof, ça ne se découvre pas en septembre après les oraux du Capes. J'enseigne (à des degrés divers, du cours particulier, en petit groupe à la classe entière d'enfants, d'ados ou d'adultes) depuis mes 18 ans, j'ai pas attendu les stages obligatoires.
    Tu as beaucoup de chances d'avoir pu trouver des stages/emplois en dehors de L'EN, ça n'est pas donné à tout le monde, d'autre part, donner des cours via acadomia ou être assistant de langue dans une école étrangère ce n'est pas du tout la même chose qu'être professeur "responsable" d' une classe de 35 ados (je parle du secondaire, c'est ce que je "connais" le mieux...). On peut aussi se découvrir une "vocation" sur le tard!

    Le manque de formation des profs en France est ecoeurant, le concours est une aberration il suffit de bachoter ou d'exceller dans sa discipline (ce n'est pas parce qu'on est bon dans sa discipline qu'on est un bon professeur...) pour l'avoir! On se bourre le crane de choses qui ne nous serviront jamais pendant notre carrière pour les écrits, en langue il n'y a plus programme limitatif, cette année le texte qui est tombé en anglais avait été étudiée en TD de civi dans certaines facs, dommage pour les autres! Les stages sont un peu notés au petit bonheur (enfin de toute façon ils ne sont pas pris en compte dans la note du concours...), les modalités changent selon les académies, voir les tuteurs...c'est n'importe quoi!

    D'autre part préparer 18h de cours, quand on le fait consciencieusement et qu'on y réfléchit serieusement, c'est énorme pour un débutant (je passe en moyenne 5h à préparer une heure de cours, parfois plus, parfois moins...). Certains stagiaires n'ont pas de tuteurs (ou alors pas dans le même établissement) et les collègues ne sont pas forcément prêt à aider (true story...). Si on rajoute à ça l'image complétement ridicule et dévaluée véhiculée par les clichés et les médias, je trouve ça franchement courageux de se lancer dans ce métier.

Lire l'intégralité des 24 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)