A Girl And Her Room, une série photos sur l’adolescence

A Girl And Her Room est un projet photo qui rassemble des clichés de jeunes filles dans l'espace qui leur est le plus intime : leur chambre.

A Girl And Her Room, une série photos sur l’adolescence

[madgalerie id=62]

Saisir le passage entre l’adolescente et la jeune femme. C’est la photographe Rania Matar qui est à l’origine de cette série de photos qui capture l’essence d’une chambre comme lieu de transition.

Artiste et mère à la fois, Rania a été interpellée par sa propre fille adolescente. L’observant avec ses amies, dans toutes les complications que l’adolescence fait surgir, elle a été fascinée par cette transformation vers l’âge adulte.

« While their bodies were developing fast into women’s bodies, they were still on many levels young girls who suddenly thought they had to behave like adults. From there, emerged the idea of photographing each girl alone. »

« Alors que leur corps se transformait en corps de femme à vitesse grand V, elles étaient encore et sur plusieurs points de jeunes filles, qui s’imaginaient soudainement devoir agir comme des adultes. »

Miroirs, cosmétiques, vêtements, peluches, images politiques, posters d’idoles… Ses photos mettent en lumière toutes les interrogations de ces adolescentes.

Tu peux retrouver toutes les jeunes filles photographiées aux Etats-Unis et partout dans le monde sur le site de Rania Matar.

Je me souviens avoir tartiné mes murs de posters et de feuilles arrachées dans des magazines et réorganiser tout ce bordel tous les quatre mois environs. Et toi, elle était comment ta chambre d’adolescente ? Penses-tu qu’elle était le reflet de tes interrogations à l’époque ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 22 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Cygnus
    Cygnus, Le 21 avril 2011 à 23h35

    J'aime. J'ai tout parcouru. Malgré leurs differences, à tout niveaux, on retrouve toujours, en chacune d'elle, l'universalité de l'adolescence. Les filles qui me touchent le plus sont les plus jeunes, celles qui ont 11 ou 12 ans, qui sont encore ancrées dans l'enfance. Il y a quelque chose en elles de tellement fragile et difficile. Ca me rappelle ce que j'étais moi aussi, par là où je suis passée.

Lire l'intégralité des 22 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)