Cinq téléfilms HBO pour vos longues soirées d’automne

Aki vous propose une nouvelle sélection de films à regarder. Et ceux-là, ils proviennent tous de HBO Films, le studio. Car oui, HBO ne fait pas que des séries !

Cinq téléfilms HBO pour vos longues soirées d’automne

Chaque année, des téléfilms originaux sortent sur HBO et ne sont pas hyper-médiatisés chez nous, du moins pas autant que leurs séries. Ce qui est absolument dommage car la qualité de ces programmes est du niveau d’un film qui sortirait au cinéma. Souvent ce sont des co-productions BBC et HBO Films, et les deux studios réunis réussissent à délivrer des histoires étonnantes.

Généralement ces téléfilms sont fascinants. Okay, c’est très américain et souvent inspiré de faits divers ou de personnalités. Leur angle d’approche est militant car ils traitent souvent de sujets politiques. Ça se voit avec The Normal Heart, ou encore des biopics comme Phil Spector.

En plus, HBO se paye des acteurs de renom pour jouer les premiers rôles. Les stars de cinéma n’hésitent pas à participer à ces projets et la chaîne recrute aussi des têtes d’affiche de séries populaires.

À lire aussi : L’arrivée de « Westworld » se compte en jours, et l’attente est insoutenable !

Gia (1998)

Le premier biopic dont je vais vous parler est l’un des meilleurs rôles d’Angelina Jolie à mes yeux. Elle y incarne Gia Marie Carangi, la mannequin qui a fait toutes les couvertures des magazines avant de mourir des suites du SIDA à l’âge de 26 ans. Angelina Jolie joue à merveille la fougue et la beauté sauvage de la superstar.

Je ne savais même pas que Gia avait été produit par HBO même si, effectivement, le style semble plus adapté à la télé qu’au grand écran. La manière de filmer ce biopic, en s’inspirant des codes du documentaire avec le témoignage des proches de Gia Marie Carangi, donne vraiment un rythme diffèrent.

Puis tout est très esthétique, des costumes qu’elle porte pour ses défilés à la manière de filmer, j’étais vraiment surprise par l’ensemble, c’est juste très brut et j’ai été bien happée par l’histoire.

Temple Grandin (2010)

Temple Grandin. Avec un nom pareil, me suis-je dit, c’est certainement pas une personne anodine. Pourtant l’affiche ne m’avait pas du tout attirée de base… Voir Claire Danes en cowgirl et un sourire idiot placardé au visage, mouais.

Bien sûr, je n’avais aucune idée de qui était cette Temple Grandin avant de voir ce téléfilm… qui m’a bien vite remis les idées en place. Et j’en suis sortie complètement abasourdie par tout ce que cette femme autiste a pu faire.

Campée donc par Claire Danes, qui depuis incarne une agent de la CIA bipolaire dans Homeland, la Temple Grandin présentée dans ce téléfilm est extraordinaire. Et tous ses accomplissements ne sont que la preuve que rien ne peut arrêter un grand esprit. Même sans s’identifier à elle, on éprouve de l’empathie pour cette femme, que ce soit face au jugement des autres ou dans sa marginalité.

À lire aussi : Quelle actrice jouerait ton rôle dans un biopic ?

Les effets visuels rappellent ceux vus dans Un Homme d’exception, car oui, les mathématiques, ça la connait et du coup, elle rêve de chiffres lumineux. Mais rien n’est jamais facile en soi pour la protagoniste, que ce soit la lutte de sa mère ou ses hésitations quotidiennes… le chemin de l’acceptation est encore très long.

Malgré tout, le message de Temple Grandin reste très beau et surtout, met en lumière une personnalité un peu oubliée.

Game Change (2012)

Je n’ai qu’un nom à dire : Sarah Palin. Et c’est une Julianne Moore totalement épatante qui l’interprète. Le monde entier s’est moqué de cette femme politique quand elle a sorti des phrases devenues cultes comme :

« Les gens n’élisent pas le président des États-Unis, c’est Dieu qui le fait. »

Et pourtant, c’est une plongée dans sa campagne électorale qui va nous faire réaliser l’absurde de l’histoire et des facettes peu connues de sa personnalité.

En 2012, Game Change a raflé toutes les récompenses possibles et imaginables. Il faut dire que l’équipe qui la servait méritait tous les honneurs : Jay Roach à la réalisation (Trumbo, c’est lui), Danny Strong au scénario et un casting cinq étoiles (y avait Sarah Paulson !).

Le scénariste a fait ses petites recherches, ça se voit, avec la reprise d’événements réels importants comme la présence de Sarah Palin dans les médias, ses passages dans des talk-shows et notamment la parodie de Tina Fey visant la candidate. Ce téléfilm montre les aspects de la personnalité de Sarah Palin et son amour pour sa famille.

Gardons tout de même à l’esprit que Game Change est une œuvre fictionnelle malgré sa grande ressemblance avec la réalité.

Behind the Candelabra (2013)

Grand vainqueur aux Emmys et aux Golden Globes, Behind the Candelabra retrace la fin de vie de Liberace et sa relation avec Scott Thorson. Basé sur les mémoires de ce dernier, le long-métrage a été présenté à Cannes ! En même temps, quand t’as Michael Douglas et Matt Damon qui partagent l’affiche d’un téléfilm, tu t’attends à ce que des gens le voient… Surtout quand ce duo est filmé par Steven Soderbergh.

Trois géants du cinéma réunis pour HBO.

À lire aussi : « Ma vie avec Liberace » avec M. Douglas et M. Damon, le trailer

On connaît souvent l’œuvre de Liberace mais finalement assez peu de choses sur sa vie. Et visiblement, son talent de pianiste n’est pas le seul trait qui mérite que l’on parle de lui. L’homme menait une vie assez originale en faisant preuve d’une grande possessivité et d’une mégalomanie profonde. Je veux dire, pour imposer des changements physiques à son jeune amant afin qu’il lui ressemble… euh, il faut de l’idée.

Ce qui est fou, c’est que tout est kitsch dans Behind the Candelabra, des habits et accessoires bling-bling à la chirurgie esthétique poussée à outrance chez tout le monde, et pourtant, ça ne paraît jamais cheap ni de mauvais goût.

Confirmation (2016)

Vous connaissez Kerry Washington dans Scandal, vous allez maintenant la connaître sous les traits d’Anita Hill, une professeure de droit qui a porté plainte pour harcèlement sexuel contre un juge nommé pour une place à la Cour suprême. Ce qui est intelligent de leur part, c’est d’avoir écarté (comme dans la vraie vie en fait) l’aspect racial de l’affaire car ce n’était pas le sujet, mais d’avoir axé tout de suite le débat sur le sexisme.

Confirmation apporte le doute, ce même doute instillé par des séries comme American Crime Story : The People V. OJ Simpson, ou encore Making a Murderer, quand le public ne sait plus à quel saint se vouer ni qui croire. Est-il coupable ? Qui ment ? LA VÉRITÉ EST AILLEURS BON SANG !!!

Encore une fois, le téléfilm a été rendu plus réaliste en s’inspirant des images d’archives du procès, très médiatisé à l’époque, et c’est ce qui fait sa force.

Aussi, j’adore Zoe Lister-Jones, qui joue le rôle de Carolyn Hart, depuis que j’ai découvert son humour sarcastique dans Friends With Better Lives qui m’a aussi rappelé celui d’Aubrey Plaza. Et elle manque dans ma télé.

À lire aussi : L’arrivée de « Westworld » se compte en jours, et l’attente est insoutenable !

Voilà, si vous ne savez pas quoi regarder, HBO reste la solution.

Je ne sais pas qui opère en tant que directeur ou directrice de casting chez HBO Films, mais franchement, c’est un ou une génie. En plus, les acteur ou actrice incarnent bien les personnages qu’ils interprètent, et ce n’est pas uniquement grâce à leur talent. Voilà, si vous ne savez pas quoi regarder, HBO reste la solution.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 2 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Aspirateur-killeuse
    Aspirateur-killeuse, Le 10 octobre 2016 à 18h37

    Le film "Game Change" apparemment est très fidèle à la réalité. Steve Schmidt et Nicole Wallace joués par Woodie Harrelson et Sarah Paulson ont tous les deux dit que regarder ce film était comme se regarder dans un miroir. Je l'ai adoré. A regarde.
    Confirmation avec Kerry Washington est aussi juste très bien. Apparemment moins fidèle à la réalité que le précédent mais qui montre à quel point la politique peut être dégoûtante.

Lire l'intégralité des 2 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)