Les 5 sites qui nuisent le plus à ma productivité

Internet, c'est bien. Mais niveau productivité, Internet est un ennemi tenace, collant, insidieux. Jack Parker vous liste les 5 sites qui boostent sa procrastination, jour après jour.

Les 5 sites qui nuisent le plus à ma productivité

On a tendance à accuser Internet de tout et n’importe quoi – mais ce qui est sûr, c’est qu’il est responsable de 100% de nos baisses de productivité (me faites pas croire que vous regardez encore la télé, ça n’existe plus). Mais il y a des sites qui sont plus dangereux que d’autres. Des sites qui créent des vortex temporels dont il est quasiment impossible de se sortir. Des sites sans fin, dont on ne vient jamais réellement à bout, dont on ne verra jamais la totalité (et c’est pas faute d’essayer). Ce sont des trous noirs virtuels, des puits sans fond, des labyrinthes sans issue de secours.

Mais ces sites ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde – c’est pourquoi je vais partager mon top 5 et je vous inviterai ensuite à en faire de même, parce que la productivité c’est pour les faibles.

Voici les cinq sites qui ruinent le plus ma productivité et dont je n’arrive jamais à me sortir seule.

1. Tumblr

Bah oui, forcément, fallait bien commencer par là.

Sur Tumblr, on commence en suivant une petite poignée de blogs intéressants, dont on voit ensuite défiler le contenu sur notre dashboard. On avance de page en page, sans se rendre compte qu’on avale l’équivalent d’une dizaine de blogs à chaque coup d’oeil, sans jamais ressentir les symptômes d’une éventuelle overdose. Et puis on se rend compte qu’on ne suit pas assez de gens – on n’en suit jamais assez – alors il faut cliquer. Cliquer pour éviter de tomber en panne, pour ne jamais avoir l’impression de revoir les mêmes choses, encore et encore. Il nous faut du sang neuf, de nouvelles images, de nouvelles histoires, de nouvelles ambiances.

En haut de chaque post, on guette l’origine du contenu, et on clique. On atterrit alors sur un autre Tumblr, qui reblogue lui aussi du contenu venu d’ailleurs – et là encore, il faut cliquer, aller voir d’où ça vient, ce qui se passe chez les autres – et on s’abonne, encore et encore. Ça n’a pas de fin, on saute de Tumblr en Tumblr sans jamais s’arrêter, on clique, on s’abonne, on fait défiler, on clique, on s’abonne, on fait défiler… dans une boucle éternelle.

Parfois on pousse le vice encore plus loin et on traque les tags. Quels Tumblrs parlent de féminisme ? De cinéma d’horreur ? De fennecs ? Où trouver les meilleures photos de Vladimir Poutine ? Quel est le meilleur Tumblr de Food Porn ? Y a-t-il un Tumblr qui répertorie des captures d’écran des bibliothèques et piles de livres dans les films ? Où trouver les meilleurs gifs de Freaks and Geeks ?

Et c’est reparti pour un tour, ça ne s’arrête jamais, jusqu’à ce qu’une partie de notre corps (vessie, yeux, estomac…) nous ordonne de quitter notre poste (et encore).

Si tu veux procrastiner avec la rédac, fonce donc sur le Tumblr de madmoiZelle, il est rigolo.

2. Svpply

Si vous aimez vraiment beaucoup remplir des paniers virtuels et faire du lèche-vitrine sur vos e-shops préférés mais que vous ne connaissez pas Svpply, je ne peux que vous conseiller de sauter cette section et de rester dans l’ignorance. Svpply a ruiné ma vie, fuyez tant que vous le pouvez encore, ne tombez pas dans l’engrenage.

Svpply, c’est la version 2.0 maxi-tunée du catalogue des 3 Suisses qu’on feuilletait inlassablement quand on était gamines, en faisant des croix au marqueur sur tous les produits qu’on voulait (mais qu’on aurait jamais, sinon c’est pas drôle). C’est une énorme vitrine qui va se nourrir chez tous les revendeurs de fringues, d’accessoires, de chaussures, de mobilier, de gadgets, de trucs improbables du monde entier. Choisissez une catégorie (Femmes, Hommes, Vêtements, Art, Tech, Jupes, Chaussettes, Bagues, Salle de Bain…) et scrollez à l’infini. Plus vous descendez dans la page, plus il y a de produits – ça ne s’arrête jamais.

Mais pourquoi s’en tenir à ça ? Quand un produit vous plaît, cliquez dessus, puis cliquez sur les profils de tous les gens qui veulent aussi ce produit pour voir si quelque chose d’autre vous plaît dans ce qu’ils ont sélectionné. Pour chaque produit trouvé, reprenez la boucle. Mieux encore : cliquez sur les collections dans lesquelles figurent les produits qui vous plaisent. Cherchez les produits similaires. Faites des recherches de tags au pif pour trouver d’autres produits, d’autres profils, d’autres collections.

Et dès qu’un truc vous plaît, cliquez sur « Want », puis ajoutez-le à une de vos collections. Regardez votre wish list enfler de jour en jour et rappelez-vous bien que vous n’achèterez jamais le quart du dixième des produits que vous désirez pourtant si fort. Depuis que j’ai créé mon compte, je n’ai acheté qu’un seul débardeur dans ma liste de 300+ fringues en « attente » de rejoindre mon armoire.

3. Les listes Twitter

Il est plus facile de faire le tour de Twitter que des autres sites présents sur la liste – dans le sens où, quand on suit un nombre défini de personnes, on a beau faire défiler sa timeline, il arrive forcément un moment où on rattrape son retard. Pour trouver d’autres gens à suivre, il faut attendre un RT ou un FF intéressant qui nous amène sur un profil qui nous plaît. Ces opportunités ne se présentent pas tous les jours – du coup, y a moyen de passer moins de deux heures par jour (au total) sur Twitter.

C’est pour ça qu’ils ont créé le concept de listes. Vous avez la possibilité de créer des listes dans lesquels vous calez tous les comptes Twitter que vous suivez dans une catégorie spéciale. Par exemple : pour faire le tour de l’actu du cinéma d’horreur, j’ai ma petite liste dont je fais le tour chaque matin – ça me fait gagner du temps et je ne rate rien. Mais comme gagner du temps c’est pourri et que c’est pas trop dans ma religion, j’ai trouvé un moyen de tourner ces listes à mon désavantage.

Dès que je tombe sur un compte qui m’intéresse, je vais voir les listes qu’il/elle a créé (il y en a généralement assez peu) puis les listes auxquelles il/elle a été ajouté-e. Et c’est là que s’ouvre mon vortex. Certaines personnes sont ajoutées à plus de 100, 500, 1 000 listes – et je dois toutes les faire. Et je dois regarder chacun des profils ajoutés à chaque liste pour voir si quelque chose m’y intéresse. Si c’est le cas, je mets le profil de côté dans une de mes listes et j’y reviens plus tard pour aller voir à quelles listes il appartient.

Là encore, c’est sans fin. Ma quête n’est jamais terminée, et je dois me farcir en moyenne 50 comptes inintéressants pour en trouver un cool – ça me prend des heures mais une fois que je tombe sur quelqu’un de drôle/pertinent, ça me fait la journée. Et j’ai plutôt intérêt à me réjouir, parce que vu le nombre d’heures de sommeil foutues en l’air pour trouver le Graal de Twitter, y a plutôt moyen d’en chialer.

Et comme on est des gens cool, on t’a sélectionné il y a quelques temps 50 comptes Twitter à suivre pour une timeline qui scintille telle un Cullen au soleil.

4. Reddit

Ah, on y revient. Reddit et moi, c’est une très longue histoire. J’ai passé des années à tenter de comprendre son fonctionnement avant de lâcher l’affaire au bout de quelques minutes et d’y revenir six mois plus tard. J’étais intimidée par son interface pleine de liens, je ne savais plus où donner de la tête, personne n’était là pour m’indiquer le chemin à prendre, c’était terrible.

Et puis un jour, j’ai décidé de persévérer. J’ai forcé le destin, je me suis arraché les cheveux pendant des heures, je me suis créé un compte et j’ai commencé à m’abonner à tout un tas de subreddits qui me paraissaient plutôt intéressants. En revenant sur la page d’accueil, j’ai constaté que tous les liens les plus cool de chaque subreddit que je suivais apparaissaient devant mes yeux et ne demandaient qu’à être visités. Mais pareil, une fois que j’avais fait le tour de deux ou trois pages de liens, je finissait par me lasser. Il a donc fallu pousser le truc plus loin.

Au lieu de me contenter du petit condensé digeste concocté par Reddit sur ma page d’accueil, j’ai commencé à visiter religieusement chaque subreddit que je suivais pour être sûre de ne rien rater. Je ne voulais pas voir les photos d’animaux les plus populaires – je devais les voir toutes. Idem pour les liens, les discussions, les images à la con, les vidéos sorties de l’antichambre de l’Enfer – ne voir que la partie émergée de l’iceberg ne m’intéresse pas, je dois aller jusqu’au bout.

Du coup, là encore, je n’en finis jamais. Je peux passer plusieurs heures sur un même subreddit (notamment sur ceux comme AskReddit qui nécessitent qu’on lise en plus tous les commentaires de chaque post, pour ne pas rater une miette de chaque discussion). Et quand j’ai fini de faire le tour d’un seul endroit et que je reviens sur la page d’accueil, je constate que les liens les plus populaires ont eu le temps de changer et qu’il faut tout recommencer.

5. Spotify

On change complètement de crèmerie avec un passe-temps réservé cette fois aux utilisateurs-trices de Spotify. Spotify est un outil merveilleux dont je ne me lasserai probablement jamais, qui m’a sauvée du piratage et qui m’accompagne chaque jour, partout où je vais, sans jamais fatiguer. Spotify est l’homme de ma vie et les 10€ que je lui balance chaque mois ne me manquent jamais.

Mais comme je suis une éternelle insatisfaite, me contenter d’explorer les nouveautés présentées en page d’accueil ne me suffit pas. Il faut que j’aille plus loin. Et pour ça, j’ai plusieurs options.

1. Les artistes similaires

Pour chaque artiste qui me plaît, je clique sur l’onglet « Artistes Similaires » pour tenter de trouver des groupes/artistes que je ne connais pas encore, dans l’espoir d’avoir un coup de coeur. Je me contente généralement d’écouter leurs titres les plus populaires, et si quelque chose me plaît, je recommence et je clique sur “Artistes Similaires”.

2. Share My Playlists

Le gros plus de Spotify, ce sont les playlists. En tant que grosse accro aux listes, j’ai eu l’impression de décrocher le gros lot lorsque je suis tombée sur le site Share My Playlists. Le site répertorie actuellement plus de 126 000 playlists aux genres tous plus variés les uns que les autres. Alors quand j’en ai marre d’écouter le même album en boucle, je me rends sur SMP et je me lance dans une exploration sans fin de toutes les playlists proposées jusqu’à ce que mes oreilles se mettent à saigner. Il faut que je les écoute toutes – pas en entier, faut pas déconner – mais je dois tout essayer. Sinon je ne saurai jamais si ça me plaît ou pas, alors je dois donner une chance à chaque genre, sous-genre, compilation, artiste, reprise, remix.

3. Les utilisateurs

Une fois que j’ai trouvé une playlist intéressante, je clique sur l’utilisateur qui l’a créée pour aller voir ses autres playlists. Une fois mon exploration terminée, je passe aux profils des gens abonnés aux playlists du premier utilisateurs pour voir ce qu’eux ont à proposer. Quand un utilisateur a 20 playlists avec 50 à 100 abonnés pour chacune d’entre elles, je vous laisse imaginer le temps que ça me prend d’en faire le tour.

Voilà, ça c’est pour mon top 5. Gardez bien en tête qu’il ne s’agit que des cinq principaux coupables. Internet est à la fois mon meilleur ami et mon pire ennemi, et le fait qu’il soit l’acteur principal de ma vie professionnelle n’est pas nécessairement une bonne chose.

Et vous, quels sont les sites qui font des gros trous dans votre productivité ?

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 49 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Teachergirl
    Teachergirl, Le 18 juillet 2014 à 0h58

    IMGUR

Lire l'intégralité des 49 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)