5 trucs qui devraient être interdits par la loi quand il fait beau

Le beau temps c'est bien, mais ça dure pas toujours très longtemps : Alfrédette liste avec toi 5 trucs qui devraient être interdits par la loi quand il fait beau. C'est déjà 5 trucs qui ne te manqueront pas.

5 trucs qui devraient être interdits par la loi quand il fait beau

Aujourd’hui, nous allons nous glisser dans les plumes de Calimero, notre maître à tous, pour geindre un bon coup, et se rendre à cet amer constat : la vie est trop injuste. Alors que certaines lois ne servent strictement à rien*, certains fléaux de la vie en société demeurent impunis. Si ces derniers sont relativement brise-ovaires tout au long de l’année, ils gagnent en horreur avec le retour des beaux jours : faisons donc la liste de ces maintes abominations qui devraient être punies d’une amende conséquente – ou d’une éternité à écouter Justin Bieber avec un corps inconnu coincé dans le nez, au choix.

*Saviez-vous que vous pouviez rédiger un chèque sur du papier toilette d’une manière tout à fait légale ? Et qu’il faut aujourd’hui une ordonnance pour se mettre en pantalon à Paris lorsque l’on est une femme ? Non ? C’est pas grave – tout le monde s’en fout.

Polluer l’espace sonore 

Selon une étude si tordue que même BFM TV ne la relaie pas, l’écoute prolongée des cantiques de Patrick Sébastien** causerait d’irréversibles lésions cérébrales – ainsi que certains TOCS socialement handicapants (faire tourner des serviettes ou bouffer des petits bonhommes en mousse, par exemple). Or, avec le retour des beaux-jours, les oeuvres de Patrick Sébastien redeviennent à la mode : dégoulinants des hauts-parleurs municipaux de Palavas-Les-Flots*, relayés par les hauts-parleurs nasillards de quelque smartphone*, ils constituent une atteinte grave à tes tympans – et te donneraient presque envie de te cloîtrer chez toi plutôt que de profiter du moindre rayon de soleil.

*Triste, mais vrai.

**Je dis Patrick Sébastien parce que je l’ai vécu et que ça me traumatise, mais ça marche tout aussi bien avec n’importe quel tube qui sent le monoï.

Les relous de mauvais augure

Depuis juillet 2009, tu n’avais pu profiter d’un temps aussi clément : ainsi, sitôt qu’Evelyne Dhéliat a prédit un temps estival dans ta froide contrée, tu t’es débarrassée de ton pelage hivernal et de tes moult doudounes pour retrouver sandales et robe en liberty. Oui mais : ton gueux de voisin ne cesse de répèter que « de toutes manières, ce temps, ça va pas durer » et que « tiens, ils ont prévu de la grêle pour ce week-end ». Ce wisigoth te donne des envies de crime, mais comme tu es bien élevée, tu ne peux décemment pas enduire son faciès de chatterton pour l’empêcher de causer. Dommage.

« Fais pas ton rabat-joie estival ou les policiers à vélo de Pacific Blue ils vont grave de maraver ». Une menace peu efficace.

Être un moustique

« Beaux jours » ne rime pas qu’avec « Amour » et « Boulgour ». Le retour du printemps, c’est aussi l’occasion pour des millions de fourbes moustiques de se repaître de ton sang. Ces salaupiauds qui sifflent sur ta tête t’empêchent de dormir, constellent tes mollets de cicatrices (que celles qui parviennent à ne pas se gratter jusqu’à l’os me jettent le premier tube d’Apaisil) et sont porteurs du paludisme. De plus, si tu es, comme moi, allergique à ces charmantes bestioles, tu gonfleras telle une vulgaire baudruche à chaque piqure – et auras le privilège d’être comparée à Elephant man si un moustique s’aventure de trop près sur ton visage. De quoi regretter novembre et ses frimas, en somme.

(Note : malheureusement, même si les moustiques étaient interdits par la loi, il serait bien difficile de les enfermer dans une cellule pour l’éternité.)

Se débarrasser de son chewing-gum sur la voie publique

Et maintenant, causons d’un problème de société majeur : chaque été, des millions de chewing-gums sont lâchement abandonnés et finissent par s’échouer sur un trottoir. L’affaire ne serait pas grave en soi si lesdits chewing-gums ne se collaient pas lamentablement sur tes semelles – te conférant une démarche proche de Daffy Duck, ruinant tes chers souliers et occasionnant de mémorables chutes. Certes, en janvier, le verglas est plus dangereux pour l’intégrité physique de ton coccyx qu’un Malabar en phase terminale. Mais tout de même.

Johnny menace TRÈS FORT du regard tous les gens qui jettent leur pâte à mâcher par terre.

Organiser des partiels à la fin de l’année

Les partiels puent, les partiels tuent. A cause d’eux, tu passeras ton joli mois de mai cloîtrée dans ton 9m2 poussiéreux, à apprendre par coeur des arrêts de droit administratif en te nourrissant exclusivement de pâtes froides alors que tu pourrais gambader gaiement dans les bois en vivant d’amour et d’eau fraîche. De plus, l’utilité des partiels est toute relative : est-ce que Harry Potter a suivi des cours de micro-économie et d’épistémologie des sciences sociales à Poudlard ? Non. Cela veut donc dire qu’il ne sert à rien de valider ses partiels pour devenir le plus grand des sorciers. Voilà.

Et toi, quels sont ces trucs qui te hérissent le pelage en été ? Enfin, quand il fait beau plutôt, sachant que l’été dure 3h par an dans quelques régions. Viens nous narrer tout cela dans les commentaires !

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Xluciolex
    Xluciolex, Le 17 juillet 2014 à 12h58

    Je vote aussi pour le bannissement de la transpiration, je sue comme un porc en été (vous avez dit "glam"?) et même si ça ne sent rien (oui, j'ai trouvé le Graal des déodorants), c'est super gênant de sentir qu'on est "humide" et qu'on à le visage brillant... Enfin bref, non à la chaleur en été :d

    Les pieds aussi je trouve ça dérangeant quand ils sont dégueulasses sinon, je m'en fiche un peu...

    Et les gens qui jettent chewing-gum/ papiers/ mégots par terre, je leur feraient bouffer. Quand je suis avec mon frère, je l'oblige toujours à mettre ses mégots à la poubelle, ça le fait ch*er mais tant pis.

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)