Quatre films de sorcières à (re)découvrir

Les films de sorcières c'est la vie, et Halloween aussi. La preuve avec cette liste de quatre films à redécouvrir !

Quatre films de sorcières à (re)découvrir

Article publié initialement le 26 octobre 2013

En octobre, c’est bien connu, les amateurs de frisson célèbrent l’horreur sous toutes ses formes, et en profitent notamment pour revenir aux bases essentielles — vampires, loups-garous, zombies et autres créatures mythiques reprennent donc leur place sur le devant de la scène.

Parmi ces créatures se trouvent bien évidemment les sorcières, qui profitent du mois d’octobre et d’Halloween pour retrouver leurs attributs les plus symboliques : chapeaux pointus, chaudrons et chats noirs sont de sortie !

Histoire de bien se mettre dans l’ambiance, on peut toujours se tourner vers sa bonne vieille télé. Deux options possibles : les séries (la troisième saison d’American Horror Story, Coven, vient de commencer et tourne autour d’une bande de sorcières installées à la Nouvelle-Orléans, et pour une atmosphère plus cucul, la série Witches of East End vient de faire son apparition, preuve que les sorcières reviennent en force cette année) et les films.

En plus d’Hocus Pocus, dont je vous ai déjà parlé longuement, voici quatre films de sorcière à (re)voir en ce bien beau mois d’octobre.

Dangereuse Alliance (The Craft) — Andrew Fleming, 1996

Je vous avais déjà parlé de mon envie d’intégrer la bande de The Craft, mais toutes les occasions sont bonnes pour mentionner à nouveau ce film de sorcière que tout le monde devrait avoir vu, revu, et connaître par coeur.

Dans The Craft, Sarah (Robin Tunney), fraîchement débarquée dans une nouvelle ville et un nouveau lycée, intègre la bande de Nancy (Fairuza Balk), Rochelle (Rachel True) et Bonnie (Neve Campbell), trois nanas un peu marginales, à qui la vie ne fait pas vraiment de cadeaux, et qui ont décidé de se rebeller contre le système. Comment ? En pratiquant la sorcellerie, ce qui leur permet de s’offrir tout ce que la vie leur refuse. Coup de bol, il se trouve que Sarah possède un don particulier, qui va grandement faciliter son intégration.

Ensemble, les quatre filles vont donc multiplier les sorts et les incantations, jusqu’à ce que l’une d’entre elles décide qu’elle en veut toujours plus, et que tout parte en couille.

The Craft est un film de sorcières à voir impérativement si vous aimez les films pour ados des années 90 (pourquoi on en fait plus des comme ça, hm ? Pourquoi les ados sont-ils devenus aussi cucul au cinéma ?), le look « petite écolière catho à la sauce goth », les super-pouvoirs, les beaux gosses aux cheveux gras (coucou Skeet Ulrich, aux côtés de Neve Campbell pour la deuxième fois de l’année 1996, quelques mois avant la sortie de Scream) et les histoires de meufs.

Fairuza Balk, l’interprète de Nancy, qui est absolument grandiose dans le film, est également une wiccane dans la vraie vie — ce qui lui a permis de donner des détails « réalistes » à l’équipe du film.

http://www.youtube.com/watch?v=HCZ2orfUQkA

Les Sorcières d’Eastwick — George Miller, 1987

Alexandra (Cher), Jane (Susan Sarandon) et Sukie (Michelle Pfeiffer) ont toutes les trois le même problème : elles sont seules. L’une est veuve, l’autre divorcée, et la troisième a été tout simplement abandonnée par son mari, et elles n’ont plus qu’un objectif en tête : trouver l’homme idéal, qui saura les satisfaire et qui ne les laissera jamais.

Mais elles ont une petite particularité : ce sont des sorcières. Et lorsqu’elles se rassemblent pour parler de l’homme idéal qui ne semble jamais venir, elles provoquent l’arrivée d’un nouveau mâle en ville, le mystérieux Daryl Van Horne (Horne > Horn > Corne en anglais, petit indice), interprété par Jack Nicholson au sommet de sa forme.

Un homme, trois femmes, une petite ville : trois éléments clés qui vont créer un bien joli bordel que nos héroïnes vont devoir réparer à l’aide de leurs pouvoirs fraîchement découverts. Et avec un casting pareil, autant vous dire qu’on s’emmerde pas, et qu’on en ressort avec le double X en feu, prête à conquérir la planète à l’aide de ses copines.

Le film est également bourré de répliques cultes à noter dans un coin de sa tête pour les ressortir nonchalamment, un verre à la main, à la prochaine soirée entre meufs.

Les Sorcières — Jim Henson, 1990

Si vous avez besoin d’une grosse dose de nostalgie, tournez-vous vers Les Sorcières de Nicolas Roeg, adapté du roman de Roald Dahl.

Dans le film, un jeune garçon tombe malgré lui sur un rassemblement de sorcières et se fait changer en souris, ce qui ne l’empêchera pas de tout faire pour mettre fin aux activités de ces vilaines femmes, avec l’aide de sa grand-mère. Et la grande cheftaine des sorcières est interprétée par l’illustre Anjelica Huston, qui enfilera d’ailleurs la robe de Morticia dans La Famille Addams l’année suivante.

Les effets spéciaux ont pris un très, très gros coup de vieux, mais c’est finalement ce qui ajoute au charme de ce film de sorcières, qui est à la fois mignon et un peu dérangeant, à l’image de l’oeuvre complète de Roald Dahl (dont on devrait tous avoir lu les romans avant d’atteindre la puberté, mais si ce n’est pas fait, souvenez-vous qu’il n’est jamais trop tard et qu’on les apprécie aussi bien à l’âge adulte).

Si les petits enfants mignons c’est pas votre came et qu’ils ont du mal à vous attendrir, vous ne pourrez pas résister aux aventures d’une petite souris en peluche mal animée qui se retrouve propulsée dans un tas d’emmerdes mais qui garde la patate et se bat jusqu’au bout pour remettre les vilaines sorcières à leur place.

Sinon c’est que vous n’avez pas de coeur, et dans ce cas vous vous rangerez certainement du côté d’Anjelica et ses copines (qui sont en grande majorité jouées par des hommes, par ailleurs).

Les Ensorceleuses — Griffin Dunne, 1998

Sally (Sandra Bullock) et Gillian (Nicole Kidman) Owens ont eu une enfance un peu particulière : après la mort de leurs parents, elles ont été élevées par leur tante, qui leur a notamment appris à pratiquer la magie. Mais si ces pouvoirs peuvent avoir quelques avantages, ils ont aussi un énorme inconvénient : la vie de Sally et Gillian est régie par une malédiction un peu gênante.

En effet, chaque homme dont elles tombent amoureuses est condamné à mourir prématurément. Après avoir vu mourir pas mal de leurs amants, les soeurs Owen se retrouvent donc forcées d’unir leurs pouvoir pour combattre la malédiction et sauver toutes les femmes de la famille, menacées par des forces surnaturelles pas très gentilles.

Moitié film de famille, moitié comédie romantique, Les Ensorceleuses est un excellent film-du-dimanche ou du-soir-de-la-semaine-où-franchement-pfff-j’ai-juste-envie-d’ouvrir-une-bouteille-de-vin-et-de-me-vautrer-dans-le-canapé, notamment grâce à des scènes comme la pause margarita de minuit, un rituel qu’on devrait toutes instaurer dans nos foyers dès aujourd’hui.

Sérieusement, ça donne pas envie ? D’ailleurs, ne dit-on pas « Tequila du soir, espoir » ?

Et si ces films de sorcières ne vous suffisent pas et que vous cherchez du sorcier musclé aux cheveux en bataille, je vous laisse avec cette offrande : Le Pacte du Sang, un film cucul, avec Taylor Kitsch et des sorciers en slip de bain.

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 12 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Pliine
    Pliine, Le 30 septembre 2014 à 0h44

    Oui je tente de faire revivre ce topic à l'approche d'Halloween haha
    J'étais tellement fan des sorcières quand j'étais petite que ces films me font terriblement envie (et oui j'adore les films des années 80/90 que mes parents ne connaissent même pas) et je pense que je vais me faire un marathon spécial Halloween cette année :caprice:

    [​IMG]

Lire l'intégralité des 12 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)