28 Jours Plus Tard

28 jours plus tard est un film de Danny Boyle, aka Monsieur Trainspotting, ou encore Petits Meurtres Entre Amis, et la suite de Trainspotting à venir : Porno. L’histoire se déroule à Londres, et commence par ce qui semble être une jolie petite action écolo menée par des hippies de choc. Un petit commando s’introduit […]

28 Jours Plus Tard

28 jours plus tard est un film de Danny Boyle, aka Monsieur Trainspotting, ou encore Petits Meurtres Entre Amis, et la suite de Trainspotting à venir : Porno.

Chargement du lecteur...

L’histoire se déroule à Londres, et commence par ce qui semble être une jolie petite action écolo menée par des hippies de choc.
Un petit commando s’introduit dans un centre de recherches où des expériences sont pratiquées sur des chimpanzés, dans le but de leur porter secours.
Ce qu’ils ignorent, c’est que les singes sont infectés et très contagieux. Ils portent en eux un virus qui transforme n’importe quel être vivant en bête sauvage assoiffée de sang, en gros c’est un peu comme si le virus de la rage avait muté. La contamination s’effectue par le sang et la salive, et la mutation est quasi-immédiate, contrairement aux zombies à la Romero, tout aussi gourmands mais nettement plus longs à la détente (dans un film de Romero, un zombie peut mettre des heures avant de se décider à sortir du coltard pour aller grignoter ses petits copains). Dans 28 jours plus tard, c’est rapide et extrêmement violent, donc attention, GORE ALERT !

28 jours plus tard

Le décor est planté. 28 jours après le fiasco de l’opération « sauvons les chimpanzés », un jeune homme, Jim (interprété par Cillian Murphy, l’épouvantail de Batman Begins et de The Dark Knight), sort d’un profond coma pour se réveiller dans un hôpital complètement désert (et en plus, on voit son zizi). Après avoir trouvé un joli pyjama vert, il sort du bâtiment, pour petit à petit réaliser que la ville toute entière semble avoir été desertée. Et ça commence à se corser lorsqu’il entre dans une église, pour y découvrir un merveilleux par-terre de cadavre et accessoirement y faire la connaissance de quelques uns de ces super-zombies. Après un petit footing pour échapper aux crocs de ses assaillants, il est récupéré par une deux individus masqués qui balancent des cocktails molotovs sur les vilains cannibales. Une fois à l’abri, ils lui expliquent la situation. Comment l’épidémie s’est répandue à travers le pays, le continent, puis le reste du monde. Et à partir de là, le film n’est plus qu’un immense bain de sang.

Les attaques se multiplient et évidemment elles se font de plus en plus sauvages, sinon c’est pas rigolo. 28 jours plus tard est un film qu’il faut regarder seule, dans le noir, en pleine nuit de préférence (et évidemment sur le meilleur écran disponible autour de vous). Il fout la pression sans arrêt, il fait sursauter, grimacer, grincer des dents. On passe son temps à regarder tous les coins de l’écran en s’attendant à voir surgir un contaminé et généralement c’est quand on s’y attend le moins qu’il nous saute à la figure. Les quelques moments de répis sont vite interrompus par des pics de stress, et c’est ça qu’est bon !

Ce film réussit même à nous arracher quelques sourires (la scène du déjeuner champêtre ferait presque envie !) parce que malgré tout, une certaine tendresse s’en dégage. Je sais, ça parait bizarre, mais il faut le voir pour le croire !

Bon par contre, évidemment, il y a beaucoup de sang, et attention aux émétophobes (comme moi, ahah), les contaminés ont une fâcheuse tendance à vomir du sang. Alors ce n’est pas non plus le carnage le plus insoutenable auquel j’ai assisté, mais pour les plus sensibles d’entre vous, ça risque de titiller un peu.

Et puis ça vaut le coup aussi pour la musique, le thème du film que l’on retrouve également dans 28 semaines plus tard, et que j’aime tout particulièrement. Et puis mince quoi, Cillian Murphy tout nu, TOUT NU ! Enfin bref, c’est encore un film que je revois souvent, avec le même plaisir. Bien sûr, il faut aimer se retrouver avec la main plaquée sur la bouche, ou sur les yeux, mais par exemple 28 semaines plus tard est bien plus dégueu (mais également excellent).

Pour résumer, si vous aimez avoir un peu la trouille, les histoires d’épidémie, les zombies-mutants et les décors post-apocalyptiques, ce film devrait largement vous satisfaire !

Et oui, on en rêvait, ils vont le faire, 28 mois plus tard est prévu pour 2011 ! Bon là comme ça, ça parait loin, mais c’est déjà bon à savoir. D’ici là, je retiens ma respiration et je m’en frotte les mains d’avance ! Et pour Noël 2011 (ou 2012) j’espère pouvoir trouver un coffret trilogie en magasin (Papa Noël, si tu m’entends, cette fois je prends de l’avance).

Gore : 3.5/5
Chance de passer la nuit suivante avec la lumière allumée : 2/5

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Viens apporter ta pierre aux 16 commentaires !

Voici le dernier commentaire en date :

  • Mademoiselle-Upanova
    Mademoiselle-Upanova, Le 1 février 2009 à 4h51

    Super tout nu même.
    J'adore tout, je crois. L'acteur tout nu ( oui ), la musique, l'ambiance, etc...
    On n'a aucun mal à s'imaginer la panique pendant la contamination, ni à bader autant que les personnages quant au futur qui les attend... L'atmosphère est badante, quand même. Et c'est ce qui fait peut etre que j'ai autant accroché, il n'y a pas que des zombies réalistes et flippants à mort, y a aussi tout une ambiance qui prend aux tripes. Enfin, sans doute juste aux miennes !

Lire l'intégralité des 16 commentaires

(attention, tu dois être connectée pour participer — tu peux nous rejoindre ici !)