Ces vacances, j’ai traîné mes basques au pays de Berlusconi et du bel canto. Je n’ai croisé ni l’un, ni l’autre, mais Il faut bien reconnaître que les Italiens ne manquent pas d’arguments

Ces vacances, j’ai traîné mes basques au pays de Berlusconi et du bel canto. Je n’ai croisé ni l’un, ni l’autre, mais

Il faut bien reconnaître que les Italiens ne manquent pas d’arguments

Cet article t'a plu ? Tu aimes madmoiZelle.com ?
Tu peux désormais nous soutenir financièrement en nous donnant des sous !
Big up
Il n'y a pas encore de commentaire